Archives par étiquette : Lorraine

Le coup de poker d’un actionnaire

Après six mois de combats, la guerre de 1870 prend fin : la France est défaite et contrainte de réclamer une paix. Commence alors une longue période de pourparlers et de négociations qui aboutissent, non sans peine, au traité de Francfort du 10 mai 1871. La question principale qui occupe les négociateurs est celle du tracé de la nouvelle frontière, car il s’agit de déterminer l’ampleur de l’annexion des territoires réclamés par les Allemands.

Les plénipotentiaires des deux pays se sont mis d’accord dès les préliminaires de paix sur un tracé frontalier qui cède l’Alsace et une partie de la Lorraine à l’Empire allemand fraîchement proclamé. Cependant, au dernier moment, les Français obtiennent de sauver un morceau d’Alsace — Belfort et ses environs — en échange de deux villages lorrains. Le traité renvoie à plus tard la détermination du « rayon » autour de Belfort conservé à la France. Mais les négociateurs n’arrivent pas à trouver un accord, car les Allemands exigent, pour tout gain français autour de la place forte, un gain allemand en Lorraine.

Ainsi, dans le Pays-Haut, plusieurs villages au sous-sol riche en fer — Aumetz, Moyeuvre, Thil et Villerupt — deviennent monnaie d’échange permettant de conserver aux Français la citadelle de Belfort, verrou stratégique et seule forteresse à ne pas s’être rendue, ou à ne pas avoir été prise, pendant la guerre. Les diplomates français s’évertuent tout de même à minimiser, autant que faire se peut, les gains allemands en Lorraine. Le ministre des Finances Pouyer-Quertier, d’origine normande, obtient même, lors d’une conversation surréaliste avec Bismarck rapportée par un tiers [1], une modification du tracé au profit de la France… mais plus encore :

« — Si vous étiez le vaincu, je vous donne ma parole que je ne vous eusse pas obligé à devenir Français, et vous me faites Allemand.

— Comment cela ? s’est exclamé le grand chancelier, et qui vous parle de prendre votre Normandie ? Je ne comprends plus rien à ce que vous me dites en ce moment.

— La chose est pourtant bien simple, prince ; je suis l’un des principaux actionnaires des forges de Villerupt, et vous voyez bien que, de ce côté, vous me faites Allemand.

— Allons, allons, fit M. de Bismarck, ne pleurez pas, je vous laisse Villerupt, mais ne me demandez plus rien, ou je vous le reprends. »

Carte postale, Friedenschluss in Hôtel Schwan, Frankfurt A/M 10. Mai. 1871, date inconnue. (Accords de paix à l’hôtel Schwan, Francfort-sur-le-Main, 10 mai 1871). Pouyer-Quertier et Bismarck sont respectivement le 5e et 6e personnage en partant de la gauche.

Le ministre des Finances, en veillant aux intérêts de la France, veillait donc aux siens propres. Ce gentlemen’s agreement permet de reconsidérer la rationalité de l’État dans les négociations internationales. La bonhomie de certains des acteurs qui l’animent peut avoir une influence, à la marge, sur le cours de l’histoire. Les intérêts de la nation ont-ils été lésés au profit d’intérêts particuliers ? Difficile de l’établir. Ce qui est certain, c’est que de tous les villages discutés, les seuls à avoir été conservés grâce à Pouyer-Quertier sont ceux qui avaient le potentiel minier et industriel le plus faible pour la France, mais la plus grande valeur pour sa fortune personnelle. Un tracé frontalier tient, parfois, à peu de choses.

[1] Aimé Laussedat, La délimitation de la frontière franco-allemande. Souvenirs et impressions, Paris, Charles Delagrave, 1902. AImé Laussedat a participé aux négociations de Bruxelles et Francfort concernant le tracé de la frontière.

La frontière comme refuge

Au XVIIIe siècle, le château de Cirey (Cirey-sur-Blaise, aujourd’hui en Haute-Marne) a accueilli un invité exceptionnel : Jean-François Marie Arouet, plus connu sous le nom de Voltaire. Le philosophe avait été contraint de s’enterrer aux confins du royaume de France après la publication en 1734, à son insu, des Lettres Philosophiques. Il y vécut jusqu’en 1749 en compagnie de sa maîtresse, Émilie du Châtelet, propriétaire de la demeure et grande scientifique.

Mais, la plus grande qualité du château est moins son hôte que sa localisation. Il est situé non loin du duché de Lorraine, alors encore indépendant du royaume de France, quoique voué à disparaître. Aux marges de la France, Voltaire et Émilie du Châtelet vivent librement leurs amours et leurs études. Et si la disgrâce royale venait à frapper le philosophe pour ses écrits ou qu’une quelconque menace fondait sur lui, il n’aurait qu’à tailler promptement la route — éventualité à laquelle il s’était d’ailleurs préparé :

« Je suis actuellement sur les frontières de France avec une chaise de poste, des chevaux de selle, et des amis, prêt à gagner le séjour de la liberté, s’il ne m’est plus permis de revoir celui du bonheur » [1].

À partir de 1759, Voltaire s’installe à Ferney (Ferney-Voltaire, aujourd’hui dans l’Ain), où il est encore affaire de château, puisqu’il en reconstruisit un dans le hameau décati. Mais que faire si loin de Paris, avec, cette fois-ci, quelques paysans pour seule compagnie ? S’y réfugier, pardi ! En effet, à moins de 500 mètres de la demeure du philosophe terminait le royaume de France et commençait le canton de Genève (Confédération helvétique).

Bien qu’ayant voyagé dans toute l’Europe et traversé un grand nombre de frontières sans difficultés majeures, Voltaire avait une conscience aiguë de ce qu’étaient les limites de la souveraineté, si bien qu’il aimait s’y abriter, à bonne distance du pouvoir royal.

[1] Voltaire, Œuvres complètes, Garnier, 1883, tome 33, p. 596.