Border Studies Summer School 2018 at the Hokkaido University, Sapporo, Japan: a brief debrief

From July 2 to 5 2018, I had the chance to attend the Border Studies Summer School organized by the Slavic-Eurasian Research Center (SRC) and the Public Policy School (HOPS) at the Hokkaido University. I live-tweeted in French the different conferences with the hashtag #BSSSSapporo on my account @BenoitVaillot

The first part of the programme reviewed the borders in North-East Asia and addressed a large number of subjects from a comparative perspective. That gave me a better understanding of the diplomatic, economic and cultural relations between the various States in the region. But above all, even though I already knew a little bit the region through my general background, thinking from a regional point of view and being in Japan completely changed my perspective. This has been a good way to revise my European perspective and I hope I will import some visions I discovered here in my work. In a more general way, it was really important to share with students from all over Asia, but also from America. I am used to working with international researchers, but they are mostly Europeans, and if we can have different approaches in Europe, they remain very close in comparison with the approaches I encountered at this Border Studies Summer School. The various conferences were very effective in capturing the region’s main border issues.

Professor Akihiro Iwashita (Hokkaido University), pioneer of border studies in Asia, introduced this first part of the programme, while Professor David Wolf (Hokkaido University) spoke of the construction of North East Asia as a space and a concept, geographically centred on the Korean peninsula. Wooyeal Paik (Yonsei University) intervened on China’s borders, and particularly those of its authoritarian neighbours, North Korea and Myanmar: a fine case study for understanding the influence of borders in authoritarian regimes domestic politics. In a different way, Edward Boyle (Kyushu University) traced Japan’s territorial construction in order to analyse Japan’s relations with its neighbours, with whom it has territorial disputes (see below). For example, the island of Hokkaido was late integrated into Japan, and was called Ezo until the incorporation that only begin with the Meiji era. This island was a bridgehead to Sakhalin and Kuril islands, which fanned the lust of Russia.

Jonathan Bull, for his part, spoke of post-imperial memory in Japan, a memory that cannot be reconciled with those of its neighbours — at the moment. The Japanese understanding of migration in the twentieth century is closely linked to their vision of the end of the Japanese Empire, in which they willingly considered themselves as victims, while Japan’s neighbours suffered from Japanese imperialism until 1945. A very excellent sum-up of the North Korean Issue was made by Professor Naomi Chi (Hokkaido University), who showed well the current paradoxes of the division of the Korean peninsula: cooperation in many fields without peace treaty or even recognition of the regime on each side of the Demilitarized Zone. I was particularly interested as a historian by Ed Pullford, who put the social actors, and in particular the most marginal (smugglers, bandits, guerilleros) in the production of borders in North East Asia during the nineteenth and twentieth centuries, and more particularly in the region where Russia, China and Korea have a common border. And finally, Christophe Sohn spoke about cross-border cooperation in Europe through three main cases: Geneva, Oresund and Luxembourg.

The second part of the programme was devoted to the governance and the public policies in a globalized world. Thanks to Naomi Chi, the main concepts and a general overview were explained. The focus was first on the United States border with Laurie Trautmann (Border Policy Research Institute), who is working on the U.S.-Canadian border and Professor Mark Montoya (University of Arizona), who is dealing with the U.S.-Mexican border at a time when the U.S. president wants to build a border wall. It is interesting to see how the issues are different, and in the case of Mexico, the border is not only economic and political, but also racial. I really appreciated the documentary Statelessness, which taught me that there were people without citizenship in Japan, but not only, because of the complex history of migrations and political shifts in Eastern Asia.

Naomi Chi reviewed the migration situation in Japan and South Korea, and linked them to the relations between the two countries. One must fight the widespread idea that there is no immigration to Japan, nor identity problems. There are Koreans living in Japan for a very long time, and very few have taken Japanese nationality because it is very difficult. At the same time, Japan welcomed Japanese descendants, for example, from Brazil. Japan needs workers for its economy, especially in the care sector. Then, Alexander Bukh (Wellington University) explained the different territorial disputes Japan has with its neighbours: claims on Senkaku Island (with China and Taïwan), Etorofu islands (Iturup administered by Russia) and on Takeshima islands (Dokdo for Koreans) administered by South Korea. The documentary This Land is Ours he made was very interesting to understand the claims on the Senkaku/Dokdo islands from below, through the activists group of Japan and Korea who are claiming theses islands for their respective country. Professor Iwashita concluded the programme with the border tourism, taking the example of the Russian-Chinese border, with which it is possible to solve conflicts.

I warmly recommend the Border Studies Summer School programme at the Hokkaido University. I learned so much about North East Asia and its borders and really enjoyed the documentary films that point to another aspects of the issues raised during the program. The interdisciplinary approach made it possible not only to address geopolitical problems, but also to consider the different actors in the region in a historical context.

I really want to add that the organization was extraordinarily amazing and efficient. I respectfully thank the Professor Iwashita and Professor Chi for everything they have done. Undoubtedly, this Border Studies Summer School was a great success.

Il est des lieux où souffle l’esprit

Au XIXe siècle, le pèlerinage catholique de la colline de Sion, au sud de Nancy, attire chaque année des foules impressionnantes venant de toute la Lorraine, et même au-delà. Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, le pèlerinage ne faiblit pas, mais il revêt une signification supplémentaire : l’espérance dans le retour de la France. En effet, une partie des pèlerins est devenue allemande à la faveur du traité de Francfort ; pour eux, faire le pèlerinage, c’est désormais franchir une frontière.

C’est pourquoi, le 8 septembre 1873, les pèlerins mettent l’Alsace et la Lorraine sous la protection de Marie, à qui ils confient leur « espoir » et leur « confiance ». Une plaque apposée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en témoigne (ci-dessous). Ils proclament leur foi en Dieu et en la patrie, ce qui est, pour eux, plus ou moins la même chose. Une croix de Lorraine brisée symbolise la patrie mutilée par la nouvelle frontière, mais elle est coiffée de quelques mots dans le patois parlé à Dieuze : « ce n’ame po tojo ». Ce vœu engage l’avenir et promet que « ce n’est pas pour toujours ». Tous attendent la résurrection de la patrie, une notion faussement familière, qui recoupe en France, dans des proportions variables, jusqu’au début du XXe siècle à la fois la petite patrie (Lorraine), la grande patrie (France) et la patrie du ciel (le royaume de Dieu).

Carte postale vendue à la basilique Notre-Dame-de-Sion au tournant du XXe siècle

Cette promesse résonne tout au long de la frontière, lorsque les populations se souviennent de la guerre et de sa terrible conséquence : la frontière. Maurice Barrès la fera connaître au reste de la France dans La Colline inspirée [1]. La Première guerre mondiale engloutit la mémoire de la guerre de 1870, guerre durant laquelle Lorrains comme Alsaciens n’ont tous pas porté le même uniforme. Et pourtant, la promesse n’est pas oubliée, lors d’une cérémonie, présidée par Maurice Barrès, une nouvelle plaque est posée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en 1920 : « ce n’ato me po tojo ». Les pèlerins de 1920 répondent à ceux de 1873 en clamant « ce n’était pas pour toujours » et en ajoutant sur la croix de Lorraine brisée, une palme aux couleurs tricolores, comme pour panser une blessure.

Et pourtant, la plaie s’est rouverte, durant la Seconde guerre mondiale, avec l’annexion de fait de la Moselle et de l’Alsace par l’Allemagne. Mais la promesse de 1873 lie toujours les vivants et les morts, et c’est ainsi qu’en 1946, une nouvelle croix de Lorraine est ajoutée, sur laquelle a été gravé « estour inc po tojo ». Enfin, la Lorraine et la France ne seront plus jamais amputées : « c’est maintenant pour toujours ».

Le temps passe, la promesse reste. Les ennemis d’hier, qui en voulaient à l’unité de la patrie, ont changé ; ils sont devenus les amis des Lorrains, comme de tous les Français. Ainsi, lors du centenaire du vœu de 1873, une nouvelle plaque, plus sobre que les autres, est-elle ajoutée : « Réconciliation – 1973 ». Après trois guerres, quatre changements de frontière entre la France et l’Allemagne, et autant de changements de nationalité pour les Alsaciens et les Lorrains, en seulement moins d’un siècle, on peut dire que la promesse a bien été tenue. Maurice Barrès l’avait bien ressenti : « il est des lieux où souffle l’esprit », et la colline de Sion en est un.

Photographie des plaques, propriété de ty-az

[1] Maurice Barrès, La Colline inspirée, Émile-Paul Frères, Paris, 1913.

Un peuple de la frontière ?

Le livre Le peuple de la frontière [1], publié l’année dernière, n’a pas fait — à ma connaissance — l’objet de recension ou de discussions en sciences humaines et sociales, ce qui est logique pour un livre de journalisme, et en même temps un tort car il est instructif à plusieurs égards. Son auteur, Gérald Andrieu, est parti à la rencontre des Français qui n’attendaient pas Macron en 2017, en parcourant à pied 2000 kilomètres le long de la frontière de Bray-Dunes à Menton. Il traite en journaliste de différents sujets au cœur de la campagne présidentielle de 2017 (chômage, immigration, inégalités, identité, etc.) à raison d’étapes dans des communes situées non loin de la frontière. À travers une série d’entretiens, il donne la parole à des Français que l’on entend peu — ou pas du tout — dans les médias. Comme nous travaillons sur les frontières, et plus particulièrement la frontière franco-allemande qui représente à-peu-près 1/3 du livre, nous ne pouvions échapper à sa lecture.

Le parti-pris de Gérald Andrieu est intéressant. Pour couvrir la campagne présidentielle de 2017, il part d’en bas, des Français, et non d’en haut, des candidats. On peut regretter que ses références en géographie, et en sciences humaines et sociales de façon plus générale, se limitent à Christophe Guilluy et Régis Debré… [2] Tout le long du livre, il entretient une confusion assez pénible entre la France périphérique, assez mal définie mais dont on ne peut contester l’existence, et la frontière. Cette dernière n’est vue que comme une marge, or Strasbourg, Lille ou Nice sont précisément aux antipodes de cette définition. À la vérité, la même enquête journalistique aurait pu être menée en sillonnant d’autres territoires situés loin de la frontière, et la focalisation sur les seuls territoires et populations en crise ou peu ou prou délaissés aurait pu être enrichie par la confrontation avec ceux et celles ne l’étant pas — mais ce n’était précisément pas l’objet du livre.

Néanmoins, il y a des entretiens intéressants et le changement d’échelle permet de comprendre la situation politique, économique et sociale du pays à l’occasion de la campagne présidentielle, en décentrant le regard de l’offre politique nationale au profit de la demande locale. Un travail de journaliste trop rarement fait, même si l’on se souvient du beau récit de Florence Aubenas sur la condition des femmes travailleuses pauvres [3]. On mesure le fossé qui existe entre l’enthousiasme des rédactions de presse pour Emmanuel Macron en 2017 — qui a tourné à la propagande — et l’absence globale d’intérêt pour n’importe quel candidat dans les populations rencontrées, malgré une inclination à voter Marine Le Pen. Ainsi, loin des centres-villes bourgeois et des métropoles, on peut — malgré la médiocrité de sa candidate, désormais évidente pour tous — voter à plus de 65 % pour le Front National au second tour, mais encore faut-il préciser que l’abstention et les bulletins nuls ou blancs sont très importants. Les résultats électoraux de chaque commune visitée sont indiqués en fin de chapitre, afin de mettre en perspective les rencontres.

En réalité, la frontière abordée par le journaliste est intérieure, c’est celle entre la « Macronie » et le reste du pays, dit-il. La formule est bancale et n’aide pas à l’analyse, mais l’auteur s’efforce de se confronter au « réel » des laissés pour compte, à la précarité, et parfois même à la grande misère [4]. Ainsi, à Fourmies, beaucoup de jeunes adultes n’ont encore jamais vu un de leurs parents travailler : on est parfois à la troisième génération de chômeurs ! La question du chômage est de loin celle qui préoccupe le plus ces Français de la périphérie, même si les préoccupations « identitaires » ne sont jamais loin.

Les travailleurs transfrontaliers — 360 000 Français qui font quotidiennement la « navette » avec le pays voisin — sont longuement interrogés, et permettent d’approcher le phénomène concrètement. L’historien mesure la dégradation de l’attractivité de certains territoires frontaliers lorsqu’on observe que les habitants de Villerupt travaillent pour une part importante au Luxembourg, alors même que la situation était tout à fait inverse un siècle plus tôt. Loin d’être les hérauts de l’abolition des frontières, les « navetteurs » sont souvent peu qualifiés en comparaison des travailleurs transfrontaliers belges et allemands, et ne travaillent à l’étranger que par défaut.

La question migratoire est abordée lors des étapes de Steevoorde et bien sûr de Breil-sur-Roya. Là encore, on s’attend à une vallée de la Roya rebelle sous l’égide de Cédric Herrou, mais la réalité est différente : les habitants, sans être nécessairement hostiles aux migrants, ne sont pas si nombreux à leur prêter attention ou à leur porter secours.

Un bon exemple de disjonction entre citoyens et élite politique est détaillé lors d’étapes en Alsace. La commune d’Ungersheim est à l’origine de nombreuses innovations écologiques et sociales (réduction de la facture énergétique, restauration scolaire issue de l’agriculture locale, budgets participatifs, etc.) qui lui donne le droit d’être régulièrement citée en modèle dans la presse locale et nationale. Mais lorsqu’on interroge les populations, tout semble indiquer que les habitants en sont soit exclus, soit ignorants. Autre exemple, celui de Fessenheim, où les habitants sont hostiles à la fermeture de la centrale nucléaire car y perdraient le premier pourvoyeur d’emplois et ce qui fait vivre toute l’économie locale, même si en cas d’accident ils  en seraient les premières victimes. On est loin du consensus médiatique national soulignant la dangerosité du site, on pourrait même parler de « dénégation locale ».

À tort ou à raison, la frontière est vécue par les populations locales comme un « bouclier », mais on ne sait pas très bien contre quoi dans le livre. On comprend que l’ouverture des frontières a été pour eux une catastrophe (perte des activités liées à la douane, fermeture des usines, perte de repères, etc.) et les partisans de l’Union européenne sont de moins en moins nombreux. Si on a voté pour le traité de Maastricht en 1992, on a franchement refusé le traité constitutionnel européen en 2005. Mais quant à un retour éventuel des frontières — qui rappelons-le, ne se sont pas évaporées — on ne voit pas bien quelle forme il pourrait revêtir.

On trouvera surprenant que le peuple de la frontière ne concerne pas la frontière franco-espagnole. Cette dernière est si ancienne et fossilisée qu’on en oublie qu’elle existe ! Pourtant, en suivant les mêmes buts de Gérald Andrieu il y a à dire, entre le terrible tourisme prostitutionnel de La Jonquera qui est un pied de nez à la position abolitionniste de la France, les communes rurales en crise, et les questions identitaires qui se posent face à la communauté autonome du Pays basque espagnol économiquement dynamique.

Certaines situations ne sont pas assez développées pour rendre compte de la complexité et des paradoxes frontaliers. Par exemple, les personnes en situation de grande précarité qui ne font leurs courses que de l’autre côté de la frontière participent à la dévitalisation de leurs bourgs et de leurs centres, alors même qu’ils le déplorent et savent bien que c’est une perte d’emplois, de ressources pour l’État et les collectivités locales, et donc à terme une dégradation des services publics. Enfin, pourquoi Gérald Andrieu ne franchit-il jamais la frontière ? On apprend parfois beaucoup sur soi, par le regard de l’autre.

Le journaliste en dit finalement assez peu sur la frontière, mais il mérite d’être lu. Ce genre d’enquête, avec ses nombreux biais, reste intéressante et utile puisqu’elle part d’en bas, de rencontres, et articule différentes échelles, ce qui est tout de même autre chose que de commenter un fil twitter ou resucer un communiqué de presse [5]. Le livre n’est ainsi pas loin de ce que nous entreprenons en histoire, essayer de comprendre la frontière franco-allemande par en bas, à partir des acteurs locaux, et non par en haut, des États, et ce, des deux côtés de la frontière.

[1] Gérald Andrieu, Le peuple de la frontière, 2017, 237 p.

[2] Nous ne dénigrons ni l’un ni l’autre, mais estimons que c’est un peu court pour comprendre les frontières, l’espace et le territoire.

[3] Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, 2010, 276 p.

[4] L’emploi de l’expression « pays réel » dans le livre est néanmoins problématique en raison de son origine maurassienne, même si l’on ne peut remettre en cause la probité de Gérald Andrieu.

[5] C’est peu ou prou ce qui est dit en introduction par l’auteur.

Méfions-nous de la belle infographie

Depuis quelque temps, on observe la multiplication dans la presse de diagrammes, cartes et schémas employés comme illustrations d’articles, et désignés par le terme générique — heureux ou malheureux — d’infographie. Cette mode s’étend à beaucoup d’acteurs qui produisent de l’information sur internet. Les cartes sont donc de plus en plus produites et mobilisées. Or leur lecture n’est pas évidente et leur sémiologie reste complexe. Et nous savons bien que les cartes peuvent mentir [1]. L’entreprise Visual Capitalist, qui produit de l’infographie à des fins commerciales, a récemment publié une très belle carte en ligne, intitulée The Age of Borders, qui nous permet de prendre la mesure du phénomène.

Cette carte est en haute résolution ; il faut zoomer pour l’apprécier pleinement.

Pour notre grand plaisir, elle propose de dater le premier tracé de toutes les frontières du monde. Deux petites cartes complémentaires indiquent l’« âge moyen » des frontières dans chaque région du monde : 33,6 % d’entre elles — notez la précision ! — ne seraient même pas centenaires. Un diagramme distribue les tracés frontaliers par grandes périodes et, sans surprise, les frontières semblent en majorité avoir été tracées entre 1875 et 1924, au cours de ces cinq décennies fondamentales où les puissances coloniales délimitèrent les espaces placés sous leur souveraineté et où de nouveaux États apparurent, à la faveur de la Première Guerre mondiale. Le petit exposé qui accompagne le document est assez naïf : à l’en croire, les frontières auraient été indéfinies jusqu’à une période récente…

De prime abord, le document semble fort pratique pour qui souhaite, en un coup d’œil, visualiser une histoire « globale » des tracés frontaliers actuels. La carte est superbe. Elle s’avère pourtant problématique et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, elle donne à voir un monde de lignes, un monde où les frontières ne seraient que des tracés rectilignes. Même si l’on ne peut contester le triomphe de l’État à l’échelle mondiale, il reste pourtant des frontières indéterminées ou contestées. Certaines sont mentionnées comme « disputées », par exemple celle entre le Pakistan et l’Inde, mais cette indétermination n’apparaît pas ailleurs (cf. le cas du Sahara occidental, revendiqué par le Maroc).

Un autre problème est à souligner : seuls des ouvrages de langue anglaise sont mobilisés à titre de sources — même si plusieurs d’entre eux font autorité — et il s’agit uniquement d’ouvrages à orientation ou à forte coloration juridique. C’est pourquoi la carte mentionne, comme origine des tracés frontaliers, quasi uniquement des dates de traités, allant même jusqu’à mobiliser une charte féodale de 1278 pour Andorre… Nous sommes là face à un cas de « crétinisme juridique » où la frontière se résume à une abstraction de papier. Même en se situant dans cette perspective étriquée, on peut noter de nombreux oublis, par exemple pour le cas de la frontière franco-italienne modifiée par le traité de Paris de 1947 (Pour en savoir plus : Le pays niçois vaut bien quelques chamois). Curieusement, ce sont parfois les dates de commission de délimitation qui sont retenues — ce qui s’avère bien plus intéressant de notre point de vue.

Et quid des frontières maritimes et aériennes ? La frontière ne saurait-elle être que terrestre ? Pourquoi la carte affirme-t-elle représenter les tracés de frontières disparues et n’en fait-elle figurer qu’un nombre extrêmement réduit (et pas un seul en Europe !) ? On est heureux d’apprendre que la Somalie a des frontières internationales, alors que son existence n’est qu’une fiction politique aujourd’hui. Quant au Tibet et à Taiwan, aucun doute n’est possible : ils sont chinois. L’Australie, quant à elle, ne semble pas avoir de frontières, alors que le Sri Lanka pourrait bien être indien…

Un exemple illustrant parfaitement les différents arguments développés ci-dessus est celui de l’actuelle frontière entre l’Iran, d’une part, et la Turquie et l’Irak, d’autre part. À en croire les auteurs de la carte, il s’agirait de la plus vieille frontière de l’Asie, qui remonterait à 1639 (traité de Zuhab). Or, en réalité, cette frontière n’a été tracée que tardivement, au terme d’un long processus achevé seulement au début du XXe siècle. Sabri Ateş [2] nous apprend que les commissaires de délimitation peinèrent, durant toute la deuxième moitié du XIXe siècle, pour lui donner son tracé actuel. Quant au traité de 1639, ils en connaissaient l’existence mais étaient alors incapables de mettre la main dessus. Au mieux, la connaissance du traité a servi à répartir grossièrement différentes régions. Il existait bien une frontière auparavant, mais elle ne correspond en aucun cas à la ligne indiquée sur la carte. Par ailleurs, concernant la frontière maritime, la portion contestée au niveau du Chott-el-Arab n’apparait pas. Et ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres des approximations du document.

Une frontière ne saurait se résumer à un traité et à une date : elle se construit au quotidien, socialement, historiquement, etc. Cette carte, loin d’aider à une histoire globale des frontières, véhicule en fait ce que l’on qualifierait volontiers de « stéréotypes géohistoriques » : elle donne l’illusion d’un monde parfaitement ordonné par le droit international, niant les interactions à l’échelle la plus grande et le temps long. Et que dire des commentaires qui accompagnent certaines représentations des tracés ? Ainsi la conférence de Berlin de 1884-1885 aurait-elle été le moment précis où « les puissances coloniales européennes divisèrent l’Afrique entre elles ». Outre que ce propos a été balayé par l’historiographie depuis longtemps [3], il nie toute participation des populations — africaines, en l’occurrence — à la construction de leurs frontières, allant à l’encontre des études les plus récentes sur la question [4]. C’est pourquoi nous devons nous méfier de l’infographie, particulièrement lorsqu’elle est belle.

[1] Mark Monmonier, How to lie with maps, 1991.

[2] Sabri Ateş, The Ottoman-Iranian Borderlands. Making a Boundary, 1843-1914, 2013

[3] Henri Brunschwig, Lpartage de l’Afrique noire, 1975

[4] Le meilleur exemple : Camille Lefebvre, Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe-XXe siècles, 2015.

‘If you want to know a country’s deepest fears, look at its border.’

Un court billet pour mentionner le travail de Johnny Harris, journaliste à Vox, qui est parti à la rencontre des habitants de six frontières dans le monde. À travers de superbes et courts documentaires, il raconte l’histoire de frontières emblématiques : Haïti / République dominicaine ; Mexique / Guatemala, Espagne / Maroc ; Népal / Chine ; en passant par la mer du Japon et la Russie arctique. Avec des cartes !

Le coup de poker d’un actionnaire

Après six mois de combats, la guerre de 1870 prend fin : la France est défaite et contrainte de réclamer une paix. Commence alors une longue période de pourparlers et de négociations qui aboutissent, non sans peine, au traité de Francfort du 10 mai 1871. La question principale qui occupe les négociateurs est celle du tracé de la nouvelle frontière, car il s’agit de déterminer l’ampleur de l’annexion des territoires réclamés par les Allemands.

Les plénipotentiaires des deux pays se sont mis d’accord dès les préliminaires de paix sur un tracé frontalier qui cède l’Alsace et une partie de la Lorraine à l’Empire allemand fraîchement proclamé. Cependant, au dernier moment, les Français obtiennent de sauver un morceau d’Alsace — Belfort et ses environs — en échange de deux villages lorrains. Le traité renvoie à plus tard la détermination du « rayon » autour de Belfort conservé à la France. Mais les négociateurs n’arrivent pas à trouver un accord, car les Allemands exigent, pour tout gain français autour de la place forte, un gain allemand en Lorraine.

Ainsi, dans le Pays-Haut, plusieurs villages au sous-sol riche en fer — Aumetz, Moyeuvre, Thil et Villerupt — deviennent monnaie d’échange permettant de conserver aux Français la citadelle de Belfort, verrou stratégique et seule forteresse à ne pas s’être rendue, ou à ne pas avoir été prise, pendant la guerre. Les diplomates français s’évertuent tout de même à minimiser, autant que faire se peut, les gains allemands en Lorraine. Le ministre des Finances Pouyer-Quertier, d’origine normande, obtient même, lors d’une conversation surréaliste avec Bismarck rapportée par un tiers [1], une modification du tracé au profit de la France… mais plus encore :

« — Si vous étiez le vaincu, je vous donne ma parole que je ne vous eusse pas obligé à devenir Français, et vous me faites Allemand.

— Comment cela ? s’est exclamé le grand chancelier, et qui vous parle de prendre votre Normandie ? Je ne comprends plus rien à ce que vous me dites en ce moment.

— La chose est pourtant bien simple, prince ; je suis l’un des principaux actionnaires des forges de Villerupt, et vous voyez bien que, de ce côté, vous me faites Allemand.

— Allons, allons, fit M. de Bismarck, ne pleurez pas, je vous laisse Villerupt, mais ne me demandez plus rien, ou je vous le reprends. »

Carte postale, Friedenschluss in Hôtel Schwan, Frankfurt A/M 10. Mai. 1871, date inconnue. (Accords de paix à l’hôtel Schwan, Francfort-sur-le-Main, 10 mai 1871). Pouyer-Quertier et Bismarck sont respectivement le 5e et 6e personnage en partant de la gauche.

Le ministre des Finances, en veillant aux intérêts de la France, veillait donc aux siens propres. Ce gentlemen’s agreement permet de reconsidérer la rationalité de l’État dans les négociations internationales. La bonhomie de certains des acteurs qui l’animent peut avoir une influence, à la marge, sur le cours de l’histoire. Les intérêts de la nation ont-ils été lésés au profit d’intérêts particuliers ? Difficile de l’établir. Ce qui est certain, c’est que de tous les villages discutés, les seuls à avoir été conservés grâce à Pouyer-Quertier sont ceux qui avaient le potentiel minier et industriel le plus faible pour la France, mais la plus grande valeur pour sa fortune personnelle. Un tracé frontalier tient, parfois, à peu de choses.

[1] Aimé Laussedat, La délimitation de la frontière franco-allemande. Souvenirs et impressions, Paris, Charles Delagrave, 1902. AImé Laussedat a participé aux négociations de Bruxelles et Francfort concernant le tracé de la frontière.

La frontière comme refuge

Au XVIIIe siècle, le château de Cirey (Cirey-sur-Blaise, aujourd’hui en Haute-Marne) a accueilli un invité exceptionnel : Jean-François Marie Arouet, plus connu sous le nom de Voltaire. Le philosophe avait été contraint de s’enterrer aux confins du royaume de France après la publication en 1734, à son insu, des Lettres Philosophiques. Il y vécut jusqu’en 1749 en compagnie de sa maîtresse, Émilie du Châtelet, propriétaire de la demeure et grande scientifique.

Mais, la plus grande qualité du château est moins son hôte que sa localisation. Il est situé non loin du duché de Lorraine, alors encore indépendant du royaume de France, quoique voué à disparaître. Aux marges de la France, Voltaire et Émilie du Châtelet vivent librement leurs amours et leurs études. Et si la disgrâce royale venait à frapper le philosophe pour ses écrits ou qu’une quelconque menace fondait sur lui, il n’aurait qu’à tailler promptement la route — éventualité à laquelle il s’était d’ailleurs préparé :

« Je suis actuellement sur les frontières de France avec une chaise de poste, des chevaux de selle, et des amis, prêt à gagner le séjour de la liberté, s’il ne m’est plus permis de revoir celui du bonheur » [1].

À partir de 1759, Voltaire s’installe à Ferney (Ferney-Voltaire, aujourd’hui dans l’Ain), où il est encore affaire de château, puisqu’il en reconstruisit un dans le hameau décati. Mais que faire si loin de Paris, avec, cette fois-ci, quelques paysans pour seule compagnie ? S’y réfugier, pardi ! En effet, à moins de 500 mètres de la demeure du philosophe terminait le royaume de France et commençait le canton de Genève (Confédération helvétique).

Bien qu’ayant voyagé dans toute l’Europe et traversé un grand nombre de frontières sans difficultés majeures, Voltaire avait une conscience aiguë de ce qu’étaient les limites de la souveraineté, si bien qu’il aimait s’y abriter, à bonne distance du pouvoir royal.

[1] Voltaire, Œuvres complètes, Garnier, 1883, tome 33, p. 596.

France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires.

Le musée de l’Armée à Paris organise du 13 avril au 30 juillet 2017 une importante exposition sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, la Commune et leurs mémoires. L’exposition témoigne du regain d’intérêt historiographique pour le second XIXe siècle et en particulier de la guerre de 1870, dont l’importance dépasse la seule histoire franco-allemande comme le rappelle, à juste titre, le président du comité scientifique, Jean-François Chanet [1].

La première partie de l’exposition traite de la guerre et de ses origines. Sa muséographie est assez frustrante. Si une excellente infographie résume habilement en dix minutes tout ce qui doit être retenu des aspects militaires de la guerre de 1870, on peut déplorer la faible part accordée à l’expérience des populations, les Parisiens mis à part. Plusieurs documents et objets (carte de ravitaillement, cornes du dernier bœuf tué pour l’alimentation à Paris, sabre-hachette artisanal, etc.) évoquent leur vie lors des deux sièges : la faim, le froid, la résistance. L’exposition reflète ici les lacunes historiographiques actuelles : par exemple, l’occupation allemande de la France, qui court jusqu’en 1873 pour les départements de l’Est, n’est quasiment pas abordée. Quelques photos inédites de Metz assiégé nous laissent sur notre faim. On s’étonne de la place démesurée accordée aux canons Krupp et à la mitrailleuse Bollée [2] , que seule la mise en valeur des fonds du musée de l’Armée peut expliquer. L’historien s’amuse ici ou là — tout en reconnaissant leur valeur pédagogique — de la présence du nécessaire à pharmacie de Napoléon III ou encore de ses calculs rénaux… La diversité des uniformes militaires exposés suggère aux visiteurs que la guerre de 1870 a déployé un grand nombre d’unités, tant du côté français — garde impériale, garde nationale mobile, volontaires garibaldiens, francs-tireurs, etc. — que du côté allemand où chaque État dispose de son armée avec ses traditions militaires propres. Ainsi, 25 nuances de casques à pointe feront la joie des passionnées d’histoire militaire… Les aspects « spectaculaires » (destructions, violences, ruines, etc.) sont bien mis en valeur dans l’exposition comme dans le catalogue [3] : la photographie du franc-tireur brûlé vif laisse le visiteur sans voix.

Elle attend

La seconde partie de l’exposition se concentre sur les mémoires nombreuses et contradictoires de « l’Année terrible ». La collaboration du musée de l’Armée avec différents musées allemands permet de rassembler et de confronter des peintures, parfois sur le même sujet, d’Anton von Werner ou de Wilhelm Trübner à celles d’Alphonse de Neuville ou d’Édouard Détaille. L’admiration et l’influence réciproques de ces peintres de la nation en guerre sont perceptibles dans cette exposition. On approche avec finesse la peinture d’histoire de cette époque, qui n’est pas aussi triomphale et dominatrice que les discours nationalistes trop souvent plaqués sur elle le laissent croire [4]. La subtilité a aussi présidé au traitement de la Commune, indissociablement liée à la guerre. On sait gré aux membres du comité scientifique de n’avoir pas cédé aux tentations d’une mémoire militante qui en vient parfois à oublier le contexte de la guerre et à nier le poids du patriotisme du petit peuple de Paris dans le déclenchement de l’insurrection. Le souvenir des provinces perdues prend, lui, une place modeste en raison de l’existence d’une salle déjà consacrée à l’Alsace-Lorraine dans l’exposition permanente du musée de l’Armée. Cependant, à notre grande joie, le musée Jean-Jacques Henner a bien voulu prêter son chef d’œuvre L’Alsace. Elle attend (ci-contre). Les lieux de mémoire du conflit, français comme allemands, occupent aussi une place importante.

Le catalogue est par ailleurs remarquable. La moitié de ses 300 pages est consacrée aux essais, de grande qualité, des membres du comité scientifique et des commissaires. Mareike König réussit l’exploit de faire « comprendre la formation de l’Allemagne », et Michel Hau d’en résumer l’histoire économique et sociale de 1820 à 1870, en 6 pages seulement ! Plusieurs contributions (François Lagrange, Jean-Claude Yon) croisent les regards franco-allemands sur la culture de la nation rivale, tandis qu’Éric Anceau dresse un état des lieux historiographique des origines de la guerre. Gilles Pécout souligne la dimension pan-européenne de la guerre de 1870 à travers l’engagement des volontaires garibaldiens. Les aspects militaires ne sont pas oubliés avec les textes de Christophe Pommier et Robert Tombs. Les mémoires françaises (Cécile Champy-Vinas, François Robichon), allemandes (Éric Necker) et socialistes (Mathilde Benoistel) font l’objet de contributions spécifiques qui complètent et servent bien l’exposition. On regrettera seulement les nombreuses erreurs de la cartographie dans un catalogue de belle facture.

Cette exposition a le grand mérite de mettre en lumière une période de l’histoire française, allemande et européenne qui reste méconnue, ensevelie sous les mémoires des deux guerres mondiales. Au sortir du parcours proposé, un immense regret envahit l’historien : François Roth, qui a tant apporté à l’historiographie de la guerre de 1870, est décédé pendant la préparation de l’exposition. Son esprit semble accompagner le visiteur tout au long de ce voyage dans le passé.

[1] Jean-François Chanet, « La guerre de 1870-1871 et l’équilibre européen », pp. 137-143 in Catalogue de l’exposition.

[2] D’autant plus que cette arme a été peu et/ou mal employée, et n’a joué aucun rôle particulier (contrairement aux canons Krupp).

[3] Voir notamment Sylvie Le Ray-Burimi, « « Comme un rêve de pierres ». Ruines et oubli de la guerre de 1870-1871 », pp. 90-96 ; Bertrand Tillier, « Spectaculariser l’Année terrible », pp. 114-120, idem.

[4] Voir à ce sujet : Katja Prott, «  Guerres et nation dans la peinture allemande, 1864-1871 », pp. 104-110 in Catalogue de l’exposition.

Relire Renan

Je viens de terminer Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi — dont je conseille la lecture —, qui débute par une formule pleine d’amertume et qui renseigne sur le parcours identitaire de l’auteur : « L’exception française c’est d’être français et de devoir le devenir » [1]. Cette phrase a retenu mon attention car elle résume plus justement la conception française de la nation que les (creux) discours politiques actuels.

La conception théorisée par Ernest Renan lors d’une fameuse conférence donnée en Sorbonne en 1882 — intitulée Qu’est-ce qu’une nation ? [2] — est celle que le discours républicain défend en France depuis la fin du XIXe siècle. On qualifie classiquement cette conception de « subjective » ou « élective », car on y choisit son appartenance nationale, et on l’oppose à la conception allemande de la nation, dite « objective » ou « ethnoculturelle », dans laquelle l’appartenance nationale n’est pas choisie mais déterminée par l’ethnicité [3].

Mais plutôt que de soutenir l’opposition entre deux conceptions de la nation, l’historien préfère parler d’un débat entre deux idéaux-types, car ils ne résistent pas toujours à l’historicisation. Ce débat est partie prenante de l’histoire de la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919 : chaque État revendique l’Alsace et la Lorraine selon le discours national qu’il porte, ou que l’on porte pour lui. Il revêt aussi une dimension plus générale, au point qu’il est (faussement) familier dans la vie politique française.

En France, on se plaît à invoquer Renan lorsque que l’identité nationale est questionnée, et à raison. Mais le fait-on correctement ? On récite en effet comme des mantras certains passages de Qu’est-ce qu’une nation ? On rabâche un vocabulaire dont le sens s’est perdu : « vivre ensemble » — auquel on ajoute parfois un tiret, absent chez Renan —, « plébiscite de tous les jours », etc. Si bien que sa conception éminemment politique de la nation se trouve pervertie au profit d’un discours incantatoire, selon lequel on intègrerait la nation dès lors qu’on en manifesterait un semblant de volonté.

Cette conclusion, plus qu’un raccourci, est intellectuellement malhonnête, et à l’origine de bien des frustrations que Magyd Cherfi décrit dans son ouvrage. Si l’on peut rentrer dans la nation française pour Renan, c’est au prix d’une grande exigence :

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses, qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. » [4]

Ce « désir de vivre ensemble » n’est pas contractuel, ni le fruit d’une délibération, mais l’appropriation d’un passé et d’un héritage. Ce passé et cet héritage sont nécessairement sélectifs car il s’agit d’oublier tout ce qui peut être ferment de conflits présents et à venir : « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation » [5]. La nation chez Ernest Renan « suppose un passé » [6], car nous naissons dans un monde déjà vieux. C’est la condition nécessaire pour se projeter politiquement ensemble. Elle implique donc un rapport au temps très différent de celui de la conception ethnoculturelle, où l’ethnicité est permanence.

Alors que l’on s’attendrait, chez un démocrate qui s’engage dans un plaidoyer universaliste, à une référence aux vertus civiques des Athéniens du ve siècle avant notre ère, Renan prend précisément le contre-pied et loue le chant spartiate : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » [7]. Cet exemple n’est pas pris au hasard : les Spartiates se nomment Ὅμοιοι (homoioi), c’est-à-dire semblables — et non égaux. L’on peut ainsi entrer dans la nation à condition d’être semblable, à condition de se ressembler ; à condition de s’assimiler. Il défend plus loin que la nation se prouve par les sacrifices et l’abdication de l’individu au profit de la communauté. A contrario, il n’est pas possible de s’assimiler à une nation qui se définit par la « race », l’« ethnie », le « sang » ; malgré l’acquisition d’un patrimoine national, on y reste à jamais étranger.

Selon la conception française de la nation : « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes » [8]. Il n’en reste pas moins que tout impétrant — qu’il naisse ou non sur le sol national, de parents nationaux ou non [9] — doit s’assimiler à ce qui lui préexiste. Ainsi Magyd Cherfi synthétise-t-il bien cette conception française de la nation dont les racines courent jusqu’au XIXe siècle : « L’exception française, c’est d’être français et de devoir le devenir ».

Il faut relire Renan.

[1] Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, Actes Sud, 2016, p. 4.

[2] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[3] Johann Gottlieb Fichte, dans son Discours à la nation allemande, est la figure de proue de cette conception de la nation.

[4] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[5] Idem.

[6] Ibid.

[7] Cité in Ernest Renan, op. cit.

[8] Ernest Renan, op. cit.

[9] Ce qui ne veut pas dire que tous les impétrants sont égaux entre eux. Il est illusoire de nier qu’une immense partie de nationaux nés sur le sol national, de parents nationaux, ont des facilités évidentes à entrer dans la nation par rapport aux autres.

Le pays niçois vaut bien quelques chamois

Lors de la formation de l’Italie en 1860, le tout nouvel État cède les territoires de la Savoie et du comté de Nice à la France, après un plébiscite consultant les populations. Ce transfert territorial déplace considérablement la frontière franco-italienne. L’Italie donne des gages territoriaux à Napoléon III, qui a pesé de tout son poids diplomatique et militaire en sa faveur pendant le Risorgimento, et se débarrasse d’une minorité nationale potentiellement problématique. Au moment de la délimitation de la nouvelle frontière, les deux parties s’entendent pour prendre la ligne de partage des eaux comme limite de principe [1].

Or, cette limite n’est pas respectée dans le pays niçois. En effet, à partir de la cime de Colle Longue (Collalunga en italien), la délimitation devient fantasque et ne respecte plus la ligne de partage des eaux, ni même les limites historiques du comté de Nice. Le tracé est désastreux car il sépare en deux les vallées de la Tinée et de la Vésubie, rompant l’unité économique de la région et les solidarités qui s’étaient nouées au fil des siècles entre les habitants. Les biens communaux sont séparés, les parcours de transhumance coupés et des familles se retrouvent séparées. Un exemple parmi cent : plusieurs mois par an, les habitants de Tende et de La Brigue sont coupés du reste de l’Italie en raison de la neige et doivent se ravitailler en France. Les populations obtiennent cependant des dispositions particulières visant à atténuer les conséquences du tracé, qui n’en reste pas moins incongru. De plus, les habitants de Tende et de La Brigue ont voté, lors du plébiscite de 1860, pour la réunion à la France et se revendiquent volontiers Français, ce qui devient particulièrement conflictuel lors de la période fasciste.

Mais quelle est la raison de ce mépris du droit des peuples dont Napoléon III se disait être le champion ? Quelle est la raison cachée des anomalies de la démilitation frontalière ? Quelles considérations stratégiques peuvent-elles cacher ? Il s’avère que ­— loin de considérations politique de haute volée — ce tracé fantaisiste a une cause plus futile : une requête de l’Italie réclamant en effet, en 1860, les crêtes du mont Malinvern et la cime du Gelas, car elles étaient les seules à abriter… des chamois que le roi Victor-Emmanuel II se plaisait à chasser ! [2] Elles sont vite intégrées à la réserve cynégétique de la couronne italienne, dans laquelle sont réintroduits des bouquetins à partir de 1900 — alors que l’espèce s’était éteinte — pour tenir compagnie aux chamois [3].

chamois

Chamois de Madone de Fenestre, à 15 kilomètres environ de Tende et de La Brigue

La faune de la région est très touchée par la Deuxième guerre mondiale ; il reste seulement 300 chamois et 50 bouquetins après la fin des hostilités [4]. Profitant du fait que l’Italie se trouve dans le camp des perdants, la France renégocie alors le tracé de la frontière afin de le faire correspondre mieux à la ligne de partage des eaux, de contrôler les sources de l’énergie hydroélectrique de la région et de permettre le rattachement de Tende et de La Brigue. À la suite du traité de Paris du 10 février 1947, près de 4 000 Tendasques et Brigasques se prononcent par referendum en faveur du rattachement à la France, sans que personne ne se soucie désormais des chamois du roi.

Actualités françaises du 4 juillet 1946

Il faut attendre la création du Parc national du Mercantour en 1979 pour que chamois et bouquetins redeviennent l’objet d’une attention particulière, mais ceci est une autre histoire…

[1] Convention franco-italienne du 7 mars 1861.

[2] On peut aussi se demander si l’avantage stratégique qu’elles constituaient en cas de guerre avec la France n’a pas pesé.

[3] Le massif du Mercantour, son histoire. Site du Parc national du Mercantour.

[4] Idem.

L’île de la concorde

Sur la rivière Bidassoa qui délimite la frontière entre la France et l’Espagne, en aval du pont qui relie Hendaye (France) à Behobia (Espagne), quelques kilomètres avant la baie de Chingoudy, on aperçoit une petite île d’une superficie inférieure à un hectare, qui jouit d’un statut peu commun. Cette île, c’est l’Île des Faisans (Isla de los Faisanes en espagnol), aussi appelée Île de la Conférence en raison de son histoire, elle aussi, peu commune.

ile_de_la_conference_google_earth

Vue satellite (Google Earth) de l’Île des Faisans, 23/10/2014

Sur cette île, le 7 novembre 1659, Louis XIV de France et Philippe IV des Espagnes, au terme d’une conférence diplomatique, concluent la « Paix des Pyrénées » qui met fin à la guerre franco-espagnole. Cette paix donne lieu à un traité qui, outre le règlement des relations franco-espagnoles, fixe la limite séparant le royaume de France des possessions de la monarchie espagnole aux monts Pyrénées [1]. La couronne espagnole abandonne le Roussillon à la couronne de France, ainsi que d’autres territoires à la taille plus modeste situés au nord de la barrière montagneuse. Le roi de France, quant à lui, renonce à sa prétention d’annexer la Catalogne. En 1660, un mariage y est convenu entre Louis XIV et l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche.

ile_de_la_conference

L’isle de la conférence où la paix generalle a esté conclue entre la France et l’Espagne le 7 novemb. 1659 : [estampe]

Le traité des Pyrénées donne à la France et à l’Espagne une des frontières les plus stables de l’histoire moderne et contemporaine, et la plus stable de leurs histoires respectives. L’annexion française de la Catalogne entre 1812 et 1814 mise à part, la limite des Pyrénées comme séparation de la souveraineté française et de la souveraineté espagnole n’a pas été remise en cause depuis 1659. C’est en raison de cette ancienneté que l’on décrit — à tort ­— la chaîne des Pyrénées comme une « frontière naturelle ».

Lorsque la France et l’Espagne décidèrent d’aborner leur frontière commune dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce que le traité des Pyrénées n’avait pas fait, ils laissèrent à l’Île des Faisans, lieu auquel s’attachent « tant de souvenirs historiques communs aux deux Nations », un statut spécial [2]. Alors que l’île aurait pu être annexée par l’un des deux États ou simplement être l’objet d’un partage, elle constitue un condominium, appartenant par indivis aux deux États riverains. Cela signifie que l’île est à la fois sous souveraineté française et espagnole ; mais cela ne signifie pas que la souveraineté y est partagée (comme c’est le cas pour Andorre), en revanche son exercice l’est. Ainsi la convention franco-espagnole du 27 mars 1901 précise que les deux États partagent l’exercice des droits de police, tour à tour, pendant six mois [3].

La France et l’Espagne s’engagent à réprimer tout délit qui serait commis sur cette île, afin que son statut spécial ne soit pas exploité à des fins de contrebande principalement. Sachez que si vous êtes Français ou Espagnol, vous êtes sur cette île justiciable au même titre que lorsque vous vous trouvez dans votre pays d’origine ; son statut spécial ne change rien pour vous. Mais pour les étrangers, cela dépend de la justice de l’État qui exerce la souveraineté au moment de l’infraction constatée. Cependant, cela demeure théorique car l’accès à l’île est interdit.

L’article 27 du traité du 2 décembre 1856 dispose que la France et l’Espagne doivent prendre « toutes les mesures qui leur paraitront convenables pour préserver cette île de la destruction qui la menace, et pour l’exécution, à frais communs, des travaux qu’ils jugeront utiles à sa conservation ou à son embellissement » [4]. Il a été si bien respecté que cette île, qui aurait dû disparaître en raison de l’érosion, a été préservée par le renforcement des berges [5]. On y a même érigé un monument commémorant la signature du traité des Pyrénées où est inscrit en français et en espagnol : « En mémoire des conférences de MDCLIX dans lesquelles Louis XIV et Philippe IV par une heureuse alliance mirent fin à une longue guerre entre les deux nations. Napoléon III Empereur des Français et Isabelle II Reine des Espagnes ont rétabli cette île l’an MDCCCLXI ».

Ici comme ailleurs, la frontière sépare autant qu’elle lie ; elle est plus couture que fermeture.

[1] Article 42 du Traité des Pyrénées, du 7 novembre 1659.

[2] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[3] Convention franco-espagnole du 27 mars 1901.

[4] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[5] La superficie de l’île s’est cependant considérablement réduite.

Petite étymologie de la frontière

Il existe plusieurs termes désignant ce qui limite, délimite ; frontière est celui que nous utilisons couramment en français. Du latin frons, frontis, qui donna front, la frontière est d’origine militaire ; le mot est ambigu car il recouvre en même temps plusieurs formes de limites et délimitations. En espagnol, frontera recoupe le terme de frontière et assume plus encore sa part de front, certainement parce que ce terme désigna longtemps l’espace entre l’Espagne chrétienne et l’Espagne musulmane lors de la Reconquista. Quant à la frontiera italienne, elle revêt la même signification que la frontière.

D’autres langues utilisent plusieurs termes pour signifier la même notion. En anglais, on distingue border, boundary et frontier. Border vient de l’allemand médiéval bort, borda, qui donna bord, bordure, en français. C’est le terme par lequel, on traduit le plus souvent frontière comme ligne de délimitation politique [1], bien que l’on emploie aussi couramment boundary. Frontier se réfère quant à lui à un espace en mouvement, à un espace incertain, aussi appelé front pionner à la suite des travaux de Frederick Jackson Turner [2]. On retrouve cette distinction entre border/boundary et frontier en arabe, avec hadd et hedad.

Si border vient de l’allemand médiéval, la Grenze allemande n’en dérive pas et recouvre, comme le mot frontière, plusieurs formes de limites et délimitations. Elle a des racines slaves, gran, granica, qui veut dire bord, bordure. Probablement apporté par les chevaliers germaniques qui toujours plus loin s’enfoncèrent à l’est, le mot remplace progressivement le terme de Mark (apparenté à margo, en latin), qui donna margin, mark, en anglais et marche, marque, en français. La marche se rapproche de la frontier : c’est un espace en marge, ayant souvent une fonction militaire visant à contenir ou à mener des attaques.

La frontière, indépendamment des différents sens auxquels renvoie le terme, ne se résume pas à une simple ligne (réelle ou imaginaire) séparant distinctement deux espaces, deux éléments ou deux réalités ; elle peut aussi prendre la forme d’une étendue. Il nous faut composer avec son flottement inhérent et son abstraction croissante — d’une origine spatiale et militaire, on l’emploie pour nombre d’autres domaines, à commencer par le social. Pour résumer, on peut dire que la frontière se borne à limiter.

[1] C’est pour cette raison — et considérant que la plateforme hypothèse limite le nombre de caractères —, que j’ai employé ce terme dans l’adresse du présent carnet.

[2] Frederick Jackson Turner, The Frontier in the American History, Henry Holt and Company, New-York 1921.

Bienvenue

Bienvenue sur mon carnet de thèse qui porte sur l’histoire des frontières, et plus particulièrement la frontière franco-allemande entre 1871 et 1914.

Dans ce nouveau carnet, je propose de présenter plusieurs aspects de ma thèse, mais aussi de discuter des frontières d’hier et d’aujourd’hui.