Une blague ayant pour sujet la frontière franco-allemande

La Dépêche du Midi a publié le 6 mai 2019 une blague ayant pour sujet la frontière franco-allemande ayant pour titre « L’enfer français et l’enfer allemand » que nous retranscrivons intégralement :

Un gars meurt sur la frontière franco-allemande. Quand il arrive au ciel pour le jugement dernier, Saint- Pierre lui dit :

– Bon, votre vie sur terre, pas terrible, quelques adultères, pas souvent à la messe, des blasphèmes,
etc.etc… Je ne peux pas vous faire entrer au paradis, mais comme vous n’avez rien commis de grave et que vous êtes mort sur la frontière, je vous laisse tout de même le choix entre l’enfer allemand et l’enfer français.

– Mais Saint Pierre, je ne connais ni l’un ni l’autre, pourriez-vous m’en dire un peu plus s’il vous plaît ?
– Et bien, dans l’enfer allemand, on vous met dans une grande marmite pleine de purin, des petits gnomes très vilains qui sentent mauvais mettent des buches sous la marmite, un dragon vient allumer les buches et vous cuisez toute la journée. Et c’est tous les jours pareil !

– Mais Saint Pierre, je ne connais ni l’un ni l’autre, pourriez-vous m’en dire un peu plus s’il vous plaît ?

– Et bien, dans l’enfer allemand, on vous met dans une grande marmite pleine de purin, des petits gnomes très vilains qui sentent mauvais mettent des buches sous la marmite, un dragon vient allumer les buches et vous cuisez toute la journée. Et c’est tous les jours pareil !

– Et l’enfer français alors ?

– Et bien, dans l’enfer français, on vous met dans une grande marmite pleine de purin, des petits gnomes très vilains qui sentent mauvais mettent des buches sous la marmite, un dragon vient allumer les buches et vous cuisez toute la journée. Et c’est tous les jours pareil ! Mais, si vous voulez un bon conseil, je serais vous, je choisirais l’enfer français.

– Mais, Saint-Pierre c’est exactement la même chose !

– Mais non, pas du tout ! Car dans l’enfer français, un jour les gnomes sont en grève, un jour on n’a pas livré les buches, un jour le dragon est en RTT, un jour il est en congé maladie, un jour ils ne trouvent plus la marmite, un jour on n’a pas commandé le purin… Et quand les syndicats s’en mêlent, je ne vous raconte pas !

Les frontières au programme du secondaire : quelques réflexions

Le nouveau programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale met à l’honneur les frontières en introduisant, avec le thème 3, l’étude des divisions politiques du monde. Nous ne pouvons qu’accueillir favorablement cette nouveauté, même si elle apparaît mal conçue et peu ambitieuse.

Extrait du Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale

L’étude des frontières est en effet indispensable à la compréhension des enjeux contemporains, tant le fait étatique s’est imposé au cours de l’histoire. Ce sont les frontières politiques que les professeurs sont amenés à enseigner en Première générale, et non les frontières au sens large — qui inclurait leurs dimensions économiques, sociales, culturelles, etc. Il paraît néanmoins difficile d’y échapper : comment aborder les formes, les dynamiques et les enjeux associés aux frontières sans étudier ces aspects autres que politiques  ?

Le programme vise principalement à faire comprendre aux élèves que les frontières, loin de se réduire à des murs, obéissent à une fonction interne de cohésion intérieure et à une fonction externe de différenciation, qu’elles sont à la fois un espace de séparation et de contact. Le Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale conseille de consacrer environ 25 heures à l’enseignement de ce thème en suivant deux axes principaux :

— « Tracer des frontières, approche géopolitique » ;

— « Les frontières en débat ».

La compréhension des enjeux contemporains étant au cœur du programme de la classe de Première, il n’est pas étonnant que l’introduction commence par aborder la question des frontières dans le monde d’aujourd’hui. Il suffit de considérer le XXe siècle dans son ensemble pour constater leur multiplication et le triomphe de la forme politique de l’État-nation. Une approche géographique multiscalaire variant les exemples peut facilement aboutir à une première typologie des frontières, en fonction de leur degré d’ouverture ou de fermeture, et mettre en lumière des espaces transfrontaliers.

Les jalons qui servent de support à l’évaluation en contrôle continu (contrôle en cours de formation) témoignent du manque d’ambition du thème 3 « Étudier les divisions politiques du monde : les frontières » et, surtout, d’une ignorance manifeste de la production scientifique en histoire, géographie et sciences politiques au profit d’une approche superficielle et trompeuse.

Si l’on en croit le premier axe, le tracé des frontières obéit à trois fonctions : se protéger, se partager des territoires et séparer deux systèmes politiques ; ces dimensions sont successivement envisagées à travers l’étude du limes rhénan, de la conférence de Berlin et de « la frontière entre les deux Corées ».

Le cas du limes rhénan vise à illustrer la dimension protectrice de la frontière, qui sépare l’empire romain du monde germanique qualifié de « barbare ». Les limes romains n’ont pas seulement une fonction de protection et ne peuvent être assimilés à une frontière. On doit lui préférer l’emploi de « limite », mot qui est d’ailleurs utilisé jusqu’à la Révolution française dans le sens que nous donnons aujourd’hui à  « frontière ». L’archéologie a récemment démontré que le limes rhénan n’était pas militarisé sur toute sa longueur et qu’il était aussi un important espace d’échanges économiques entre les mondes gallo-romain et germain. On pourrait utiliser cet exemple pour illustrer la notion de séparation et de contact exigée par le programme. Il est par ailleurs regrettable qu’un seul jalon soit consacré aux formes de frontière d’avant l’époque contemporaine, d’autant plus que le limes romain n’est guère représentatif. D’autres formes que l’on peut retrouver aujourd’hui, comme les zones frontalières, les marches, les marges, etc., ne sont pas obligatoirement étudiées par les élèves et leur professeur ; c’est bien dommage.

La conférence de Berlin est proposée pour aborder les frontières qui partagent des territoires. Ce choix est particulièrement problématique. Depuis plus d’un demi-siècle, l’historiographie déconstruit l’idée d’un découpage territorial de l’Afrique qui aurait été effectué à l’occasion de la conférence internationale de Berlin en 1885 ; or le programme impose de l’enseigner ! L’image de diplomates, confortablement assis dans un fauteuil en train de découper le gâteau africain, est certes familière ; mais elle ne correspond pas à la réalité historique. La conférence de 1885 a été le moment où ont été établies les règles de la conquête coloniale et, en aucun cas, celui du tracé des frontières. L’idée de délimitation à la règle sur une carte géante de l’Afrique est un mythe : c’est sur le terrain que le continent a été essentiellement partagé selon des principes établis à Berlin (occupation effective, notification officielle aux autres puissances, etc.). En outre, Michel Foucher il y a bien longtemps, Camille Lefebvre et Vincent Hirribaren plus récemment — pour ne parler que des francophones — ont démontré que les frontières coloniales en Afrique n’avaient pas été tracées sans ignorer complètement les populations et les enjeux locaux.

Illustration du mythe du partage de l’Afrique lors de la conférence de Berlin (1885)

Le choix de la frontière intercoréenne, quant à lui, est gênant à plus d’un titre. Tout d’abord, on peut contester que ce soit une frontière, puisqu’il s’agit d’une « zone démilitarisée », figeant le front au moment de l’armistice de Panmunjeom qui mit fin à la guerre de Corée (1950-1953). La paix n’a toujours pas été instaurée entre la République de Corée (Corée du Sud) et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord). Aucune des deux parties ne reconnaît de jure la souveraineté de l’autre puisque chacune revendique la souveraineté sur l’ensemble de la péninsule coréenne, de même que sur certaines îles japonaises. Plutôt que de prendre le cas de cette frontière pour illustrer la séparation entre deux systèmes politiques, les rédacteurs du programme auraient été mieux inspirés de proposer un jalon permettant d’étudier la frontière comme lieu de séparation de deux souverainetés. Dans son sens politique, la frontière est la limite spatiale de la souveraineté — souveraineté qui peut prendre des formes politiques variées. On serait presque tenté d’y voir un refus de l’emploi du mot souveraineté en raison d’une manipulation politique de son contenu (cf. souverainisme).

Dans le second axe (« Les frontières en débat »), il s’agit de « reconnaître » et « dépasser » les frontières. Pour ce faire, les concepteurs du programme proposent de s’attarder sur la frontière germano-polonaise de 1939 à 1990 et le droit de la mer. On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit à choisir cette frontière, tant la question suppose une culture historique et géographique qui ne peut se résumer à quelques Dessous des cartes. Et pour quelle finalité ? Une fois encore, un jalon intéressant et plus abordable aurait pu être conçu autour des frontières de l’Allemagne de 1918 à nos jours. Cela aurait permis de poser la question des limites de l’État-nation à l’époque nazie, puis lors de la Seconde guerre mondiale et durant la guerre froide, lorsque l’Allemagne était divisée. Le mur de Berlin, frontière de facto, aurait aussi permis d’aborder la problématique des frontières fermées.

Le fait d’imposer le droit de la mer comme exemple de « dépassement des frontières » est assez curieux. On peut y voir en effet, au contraire, la victoire d’une conception territoriale appliquée aux espaces maritimes et côtiers. De plus, le droit de la mer est présenté comme « identique sur l’ensemble des mers et des océans », ce qui est rigoureusement faux : il suffit de prendre la mer Méditerranée comme cas d’étude pour le démontrer.

Seule la proposition de se focaliser sur les frontières internes et externes de l’Union européenne, objet d’un « travail conclusif » pour le thème 3, semble pertinente à nos yeux. Les jalons y sont cohérents et adéquats ; ils abordent les frontières de l’Europe de Schengen, celles d’un État adhérent (qui peut faire l’objet d’un beau cas d’étude), et les espaces transfrontaliers intra-européens permettant d’évoquer les coopérations transnationales, ainsi que leurs limites.

Bien que les finalités du programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale soient différentes de celles que l’on peut attendre à l’Université, il est inquiétant de retrouver dans un Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale des contresens scientifiques et des erreurs manifestes. La dissolution de la méthode historique et géographique dans une discipline élargie aux sciences politiques et à la géopolitique n’est certainement pas étrangère à cet état de fait. Avant d’exprimer un avis définitif, nous attendrons de voir ce que proposeront les manuels — si l’on dispose d’une bonne direction scientifique, il est très facile de contourner les écueils pointés tout en respectant le programme — et ce qu’en feront les professeurs, qui ont l’habitude de s’adapter.

Passport to Pimlico

À la fin des années 1940, les habitants de Pimlico, un quartier de Londres, découvrent un curieux document dans les décombres laissés par l’explosion tardive d’une bombe datant du Blitz. Ce document n’est rien de moins qu’une charte médiévale remontant à la guerre de Cent Ans, indiquant que le quartier est une dépendance du duché de Bourgogne. Or, depuis la mort de Marie de Bourgogne en 1482, cet « État » n’est plus : le quartier de Pimlico est alors en mesure de revendiquer son indépendance. Pimlico devient un État enclavé dans Londres, comme le Vatican l’est aujourd’hui dans Rome. Le gouvernement britannique, peu enclin à accepter cette situation contre laquelle il ne peut rien faire légalement, coupe alors l’alimentation en eau, gaz et électricité, supprime tous les services publics du quartier, et instaure un contrôle frontalier. Les habitants de Pimlico, des personnages loufoques, répondent en se proclamant « Bourguignons », jusqu’à ce qu’un descendant de la maison de Bourgogne se manifeste et revendique son héritage…

Au-delà de la comédie, le film Passport to Pimlico illustre très bien les processus de construction de l’État-nation et des identités nationales qui sont à l’œuvre au quotidien, sans que l’on ne sans rende compte. Tout semble ridicule dans cette production des studios Ealings, et pourtant la fierté des habitants à se revendiquer « Bourguignons » parce qu’ils peuvent se soustraire à la police londonienne et aux réglementations qui y sont liées, n’est pas très éloignée, par exemple, des sécessions cantonales qu’a connu la longue histoire suisse.

Le territoire de Pimlico s’invente aussi par une dialectique entre « Bourguignons » et Britanniques, les premiers revendiquent l’indépendance et les seconds la reconnaissent de facto en instaurant, par exemple, un contrôle aux frontières. Les activités des habitants de Pimlico, tout à fait banales jusqu’à la découverte de la charte médiévale, prennent désormais part au commerce international : tout ce qui sort du quartier devient une exportation, et tout ce qui y rentre, une importation. La présence de douaniers britanniques aux frontières de Pimlico contribue au sentiment d’exceptionnalité des habitants, et crée une différence vis-à-vis de leurs voisins britanniques. Ces petites exceptions et différences, certes ridicules, forgent des nations avec le temps.

Cette comédie britannique a été tournée peu avant le blocus de Berlin, où Berlin-Ouest entre 1948 et 1949 était de fait enclavé dans ce qui deviendra la République démocratique allemande (Allemagne de l’Est) ; la réalité est toujours plus surprenante que la fiction. L’historien peut aussi narrer comment la papauté qui, jusqu’aux accord du Latran en 1929, se considérait comme prisonnière de l’État italien dans la cité du Vatican, a eu à faire face à certains soucis rencontrés par les habitants de Pimlico. L’histoire des frontières, pour peu que l’on dépasse la superficialité de leur histoire politique et que l’on s’intéresse aux populations qui y vivent, est riche de situations cocasses qui cristallisent la différence spatiale et sociale.

Border Studies Summer School 2018 at the Hokkaido University, Sapporo, Japan: a brief debrief

From July 2 to 5 2018, I had the chance to attend the Border Studies Summer School organized by the Slavic-Eurasian Research Center (SRC) and the Public Policy School (HOPS) at the Hokkaido University. I live-tweeted in French the different conferences with the hashtag #BSSSSapporo on my account @BenoitVaillot

The first part of the programme reviewed the borders in North-East Asia and addressed a large number of subjects from a comparative perspective. That gave me a better understanding of the diplomatic, economic and cultural relations between the various States in the region. But above all, even though I already knew a little bit the region through my general background, thinking from a regional point of view and being in Japan completely changed my perspective. This has been a good way to revise my European perspective and I hope I will import some visions I discovered here in my work. In a more general way, it was really important to share with students from all over Asia, but also from America. I am used to working with international researchers, but they are mostly Europeans, and if we can have different approaches in Europe, they remain very close in comparison with the approaches I encountered at this Border Studies Summer School. The various conferences were very effective in capturing the region’s main border issues.

Professor Akihiro Iwashita (Hokkaido University), pioneer of border studies in Asia, introduced this first part of the programme, while Professor David Wolf (Hokkaido University) spoke of the construction of North East Asia as a space and a concept, geographically centred on the Korean peninsula. Wooyeal Paik (Yonsei University) intervened on China’s borders, and particularly those of its authoritarian neighbours, North Korea and Myanmar: a fine case study for understanding the influence of borders in authoritarian regimes domestic politics. In a different way, Edward Boyle (Kyushu University) traced Japan’s territorial construction in order to analyse Japan’s relations with its neighbours, with whom it has territorial disputes (see below). For example, the island of Hokkaido was late integrated into Japan, and was called Ezo until the incorporation that only begin with the Meiji era. This island was a bridgehead to Sakhalin and Kuril islands, which fanned the lust of Russia.

Jonathan Bull, for his part, spoke of post-imperial memory in Japan, a memory that cannot be reconciled with those of its neighbours — at the moment. The Japanese understanding of migration in the twentieth century is closely linked to their vision of the end of the Japanese Empire, in which they willingly considered themselves as victims, while Japan’s neighbours suffered from Japanese imperialism until 1945. A very excellent sum-up of the North Korean Issue was made by Professor Naomi Chi (Hokkaido University), who showed well the current paradoxes of the division of the Korean peninsula: cooperation in many fields without peace treaty or even recognition of the regime on each side of the Demilitarized Zone. I was particularly interested as a historian by Ed Pullford, who put the social actors, and in particular the most marginal (smugglers, bandits, guerilleros) in the production of borders in North East Asia during the nineteenth and twentieth centuries, and more particularly in the region where Russia, China and Korea have a common border. And finally, Christophe Sohn spoke about cross-border cooperation in Europe through three main cases: Geneva, Oresund and Luxembourg.

The second part of the programme was devoted to the governance and the public policies in a globalized world. Thanks to Naomi Chi, the main concepts and a general overview were explained. The focus was first on the United States border with Laurie Trautmann (Border Policy Research Institute), who is working on the U.S.-Canadian border and Professor Mark Montoya (University of Arizona), who is dealing with the U.S.-Mexican border at a time when the U.S. president wants to build a border wall. It is interesting to see how the issues are different, and in the case of Mexico, the border is not only economic and political, but also racial. I really appreciated the documentary Statelessness, which taught me that there were people without citizenship in Japan, but not only, because of the complex history of migrations and political shifts in Eastern Asia.

Naomi Chi reviewed the migration situation in Japan and South Korea, and linked them to the relations between the two countries. One must fight the widespread idea that there is no immigration to Japan, nor identity problems. There are Koreans living in Japan for a very long time, and very few have taken Japanese nationality because it is very difficult. At the same time, Japan welcomed Japanese descendants, for example, from Brazil. Japan needs workers for its economy, especially in the care sector. Then, Alexander Bukh (Wellington University) explained the different territorial disputes Japan has with its neighbours: claims on Senkaku Island (with China and Taïwan), Etorofu islands (Iturup administered by Russia) and on Takeshima islands (Dokdo for Koreans) administered by South Korea. The documentary This Land is Ours he made was very interesting to understand the claims on the Senkaku/Dokdo islands from below, through the activists group of Japan and Korea who are claiming theses islands for their respective country. Professor Iwashita concluded the programme with the border tourism, taking the example of the Russian-Chinese border, with which it is possible to solve conflicts.

I warmly recommend the Border Studies Summer School programme at the Hokkaido University. I learned so much about North East Asia and its borders and really enjoyed the documentary films that point to another aspects of the issues raised during the program. The interdisciplinary approach made it possible not only to address geopolitical problems, but also to consider the different actors in the region in a historical context.

I really want to add that the organization was extraordinarily amazing and efficient. I respectfully thank the Professor Iwashita and Professor Chi for everything they have done. Undoubtedly, this Border Studies Summer School was a great success.

Il est des lieux où souffle l’esprit

Au XIXe siècle, le pèlerinage catholique de la colline de Sion, au sud de Nancy, attire chaque année des foules impressionnantes venant de toute la Lorraine, et même au-delà. Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, le pèlerinage ne faiblit pas, mais il revêt une signification supplémentaire : l’espérance dans le retour de la France. En effet, une partie des pèlerins est devenue allemande à la faveur du traité de Francfort ; pour eux, faire le pèlerinage, c’est désormais franchir une frontière.

C’est pourquoi, le 8 septembre 1873, les pèlerins mettent l’Alsace et la Lorraine sous la protection de Marie, à qui ils confient leur « espoir » et leur « confiance ». Une plaque apposée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en témoigne (ci-dessous). Ils proclament leur foi en Dieu et en la patrie, ce qui est, pour eux, plus ou moins la même chose. Une croix de Lorraine brisée symbolise la patrie mutilée par la nouvelle frontière, mais elle est coiffée de quelques mots dans le patois parlé à Dieuze : « ce n’ame po tojo ». Ce vœu engage l’avenir et promet que « ce n’est pas pour toujours ». Tous attendent la résurrection de la patrie, une notion faussement familière, qui recoupe en France, dans des proportions variables, jusqu’au début du XXe siècle à la fois la petite patrie (Lorraine), la grande patrie (France) et la patrie du ciel (le royaume de Dieu).

Carte postale vendue à la basilique Notre-Dame-de-Sion au tournant du XXe siècle

Cette promesse résonne tout au long de la frontière, lorsque les populations se souviennent de la guerre et de sa terrible conséquence : la frontière. Maurice Barrès la fera connaître au reste de la France dans La Colline inspirée [1]. La Première guerre mondiale engloutit la mémoire de la guerre de 1870, guerre durant laquelle Lorrains comme Alsaciens n’ont tous pas porté le même uniforme. Et pourtant, la promesse n’est pas oubliée, lors d’une cérémonie, présidée par Maurice Barrès, une nouvelle plaque est posée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en 1920 : « ce n’ato me po tojo ». Les pèlerins de 1920 répondent à ceux de 1873 en clamant « ce n’était pas pour toujours » et en ajoutant sur la croix de Lorraine brisée, une palme aux couleurs tricolores, comme pour panser une blessure.

Et pourtant, la plaie s’est rouverte, durant la Seconde guerre mondiale, avec l’annexion de fait de la Moselle et de l’Alsace par l’Allemagne. Mais la promesse de 1873 lie toujours les vivants et les morts, et c’est ainsi qu’en 1946, une nouvelle croix de Lorraine est ajoutée, sur laquelle a été gravé « estour inc po tojo ». Enfin, la Lorraine et la France ne seront plus jamais amputées : « c’est maintenant pour toujours ».

Le temps passe, la promesse reste. Les ennemis d’hier, qui en voulaient à l’unité de la patrie, ont changé ; ils sont devenus les amis des Lorrains, comme de tous les Français. Ainsi, lors du centenaire du vœu de 1873, une nouvelle plaque, plus sobre que les autres, est-elle ajoutée : « Réconciliation – 1973 ». Après trois guerres, quatre changements de frontière entre la France et l’Allemagne, et autant de changements de nationalité pour les Alsaciens et les Lorrains, en seulement moins d’un siècle, on peut dire que la promesse a bien été tenue. Maurice Barrès l’avait bien ressenti : « il est des lieux où souffle l’esprit », et la colline de Sion en est un.

Photographie des plaques, propriété de ty-az

[1] Maurice Barrès, La Colline inspirée, Émile-Paul Frères, Paris, 1913.

Le récit d’Henri, jeune lorrain de nationalité allemande, qui franchit la frontière avec sa famille un 16 août

Was bedeutet Heimat ? C’est quoi la Heimat ?

Tropy, c’est la vie ! Avec Sean Takats et Serge Noiret

Une semaine consacrée aux frontières par la Fabrique de l’histoire, sur France Culture

La délimitation de la frontière franco-allemande de 1871

Storify de la semaine @EnDirectDuLabo avec Benoit Vaillot