Archives par étiquette : Identité(s)

Un peuple de la frontière ?

Le livre Le peuple de la frontière [1], publié l’année dernière, n’a pas fait — à ma connaissance — l’objet de recension ou de discussions en sciences humaines et sociales, ce qui est logique pour un livre de journalisme, et en même temps un tort car il est instructif à plusieurs égards. Son auteur, Gérald Andrieu, est parti à la rencontre des Français qui n’attendaient pas Macron en 2017, en parcourant à pied 2000 kilomètres le long de la frontière de Bray-Dunes à Menton. Il traite en journaliste de différents sujets au cœur de la campagne présidentielle de 2017 (chômage, immigration, inégalités, identité, etc.) à raison d’étapes dans des communes situées non loin de la frontière. À travers une série d’entretiens, il donne la parole à des Français que l’on entend peu — ou pas du tout — dans les médias. Comme nous travaillons sur les frontières, et plus particulièrement la frontière franco-allemande qui représente à-peu-près 1/3 du livre, nous ne pouvions échapper à sa lecture.

Le parti-pris de Gérald Andrieu est intéressant. Pour couvrir la campagne présidentielle de 2017, il part d’en bas, des Français, et non d’en haut, des candidats. On peut regretter que ses références en géographie, et en sciences humaines et sociales de façon plus générale, se limitent à Christophe Guilluy et Régis Debré… [2] Tout le long du livre, il entretient une confusion assez pénible entre la France périphérique, assez mal définie mais dont on ne peut contester l’existence, et la frontière. Cette dernière n’est vue que comme une marge, or Strasbourg, Lille ou Nice sont précisément aux antipodes de cette définition. À la vérité, la même enquête journalistique aurait pu être menée en sillonnant d’autres territoires situés loin de la frontière, et la focalisation sur les seuls territoires et populations en crise ou peu ou prou délaissés aurait pu être enrichie par la confrontation avec ceux et celles ne l’étant pas — mais ce n’était précisément pas l’objet du livre.

Néanmoins, il y a des entretiens intéressants et le changement d’échelle permet de comprendre la situation politique, économique et sociale du pays à l’occasion de la campagne présidentielle, en décentrant le regard de l’offre politique nationale au profit de la demande locale. Un travail de journaliste trop rarement fait, même si l’on se souvient du beau récit de Florence Aubenas sur la condition des femmes travailleuses pauvres [3]. On mesure le fossé qui existe entre l’enthousiasme des rédactions de presse pour Emmanuel Macron en 2017 — qui a tourné à la propagande — et l’absence globale d’intérêt pour n’importe quel candidat dans les populations rencontrées, malgré une inclination à voter Marine Le Pen. Ainsi, loin des centres-villes bourgeois et des métropoles, on peut — malgré la médiocrité de sa candidate, désormais évidente pour tous — voter à plus de 65 % pour le Front National au second tour, mais encore faut-il préciser que l’abstention et les bulletins nuls ou blancs sont très importants. Les résultats électoraux de chaque commune visitée sont indiqués en fin de chapitre, afin de mettre en perspective les rencontres.

En réalité, la frontière abordée par le journaliste est intérieure, c’est celle entre la « Macronie » et le reste du pays, dit-il. La formule est bancale et n’aide pas à l’analyse, mais l’auteur s’efforce de se confronter au « réel » des laissés pour compte, à la précarité, et parfois même à la grande misère [4]. Ainsi, à Fourmies, beaucoup de jeunes adultes n’ont encore jamais vu un de leurs parents travailler : on est parfois à la troisième génération de chômeurs ! La question du chômage est de loin celle qui préoccupe le plus ces Français de la périphérie, même si les préoccupations « identitaires » ne sont jamais loin.

Les travailleurs transfrontaliers — 360 000 Français qui font quotidiennement la « navette » avec le pays voisin — sont longuement interrogés, et permettent d’approcher le phénomène concrètement. L’historien mesure la dégradation de l’attractivité de certains territoires frontaliers lorsqu’on observe que les habitants de Villerupt travaillent pour une part importante au Luxembourg, alors même que la situation était tout à fait inverse un siècle plus tôt. Loin d’être les hérauts de l’abolition des frontières, les « navetteurs » sont souvent peu qualifiés en comparaison des travailleurs transfrontaliers belges et allemands, et ne travaillent à l’étranger que par défaut.

La question migratoire est abordée lors des étapes de Steevoorde et bien sûr de Breil-sur-Roya. Là encore, on s’attend à une vallée de la Roya rebelle sous l’égide de Cédric Herrou, mais la réalité est différente : les habitants, sans être nécessairement hostiles aux migrants, ne sont pas si nombreux à leur prêter attention ou à leur porter secours.

Un bon exemple de disjonction entre citoyens et élite politique est détaillé lors d’étapes en Alsace. La commune d’Ungersheim est à l’origine de nombreuses innovations écologiques et sociales (réduction de la facture énergétique, restauration scolaire issue de l’agriculture locale, budgets participatifs, etc.) qui lui donne le droit d’être régulièrement citée en modèle dans la presse locale et nationale. Mais lorsqu’on interroge les populations, tout semble indiquer que les habitants en sont soit exclus, soit ignorants. Autre exemple, celui de Fessenheim, où les habitants sont hostiles à la fermeture de la centrale nucléaire car y perdraient le premier pourvoyeur d’emplois et ce qui fait vivre toute l’économie locale, même si en cas d’accident ils  en seraient les premières victimes. On est loin du consensus médiatique national soulignant la dangerosité du site, on pourrait même parler de « dénégation locale ».

À tort ou à raison, la frontière est vécue par les populations locales comme un « bouclier », mais on ne sait pas très bien contre quoi dans le livre. On comprend que l’ouverture des frontières a été pour eux une catastrophe (perte des activités liées à la douane, fermeture des usines, perte de repères, etc.) et les partisans de l’Union européenne sont de moins en moins nombreux. Si on a voté pour le traité de Maastricht en 1992, on a franchement refusé le traité constitutionnel européen en 2005. Mais quant à un retour éventuel des frontières — qui rappelons-le, ne se sont pas évaporées — on ne voit pas bien quelle forme il pourrait revêtir.

On trouvera surprenant que le peuple de la frontière ne concerne pas la frontière franco-espagnole. Cette dernière est si ancienne et fossilisée qu’on en oublie qu’elle existe ! Pourtant, en suivant les mêmes buts de Gérald Andrieu il y a à dire, entre le terrible tourisme prostitutionnel de La Jonquera qui est un pied de nez à la position abolitionniste de la France, les communes rurales en crise, et les questions identitaires qui se posent face à la communauté autonome du Pays basque espagnol économiquement dynamique.

Certaines situations ne sont pas assez développées pour rendre compte de la complexité et des paradoxes frontaliers. Par exemple, les personnes en situation de grande précarité qui ne font leurs courses que de l’autre côté de la frontière participent à la dévitalisation de leurs bourgs et de leurs centres, alors même qu’ils le déplorent et savent bien que c’est une perte d’emplois, de ressources pour l’État et les collectivités locales, et donc à terme une dégradation des services publics. Enfin, pourquoi Gérald Andrieu ne franchit-il jamais la frontière ? On apprend parfois beaucoup sur soi, par le regard de l’autre.

Le journaliste en dit finalement assez peu sur la frontière, mais il mérite d’être lu. Ce genre d’enquête, avec ses nombreux biais, reste intéressante et utile puisqu’elle part d’en bas, de rencontres, et articule différentes échelles, ce qui est tout de même autre chose que de commenter un fil twitter ou resucer un communiqué de presse [5]. Le livre n’est ainsi pas loin de ce que nous entreprenons en histoire, essayer de comprendre la frontière franco-allemande par en bas, à partir des acteurs locaux, et non par en haut, des États, et ce, des deux côtés de la frontière.

[1] Gérald Andrieu, Le peuple de la frontière, 2017, 237 p.

[2] Nous ne dénigrons ni l’un ni l’autre, mais estimons que c’est un peu court pour comprendre les frontières, l’espace et le territoire.

[3] Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, 2010, 276 p.

[4] L’emploi de l’expression « pays réel » dans le livre est néanmoins problématique en raison de son origine maurassienne, même si l’on ne peut remettre en cause la probité de Gérald Andrieu.

[5] C’est peu ou prou ce qui est dit en introduction par l’auteur.

Relire Renan

Je viens de terminer Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi — dont je conseille la lecture —, qui débute par une formule pleine d’amertume et qui renseigne sur le parcours identitaire de l’auteur : « L’exception française c’est d’être français et de devoir le devenir » [1]. Cette phrase a retenu mon attention car elle résume plus justement la conception française de la nation que les (creux) discours politiques actuels.

La conception théorisée par Ernest Renan lors d’une fameuse conférence donnée en Sorbonne en 1882 — intitulée Qu’est-ce qu’une nation ? [2] — est celle que le discours républicain défend en France depuis la fin du XIXe siècle. On qualifie classiquement cette conception de « subjective » ou « élective », car on y choisit son appartenance nationale, et on l’oppose à la conception allemande de la nation, dite « objective » ou « ethnoculturelle », dans laquelle l’appartenance nationale n’est pas choisie mais déterminée par l’ethnicité [3].

Mais plutôt que de soutenir l’opposition entre deux conceptions de la nation, l’historien préfère parler d’un débat entre deux idéaux-types, car ils ne résistent pas toujours à l’historicisation. Ce débat est partie prenante de l’histoire de la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919 : chaque État revendique l’Alsace et la Lorraine selon le discours national qu’il porte, ou que l’on porte pour lui. Il revêt aussi une dimension plus générale, au point qu’il est (faussement) familier dans la vie politique française.

En France, on se plaît à invoquer Renan lorsque que l’identité nationale est questionnée, et à raison. Mais le fait-on correctement ? On récite en effet comme des mantras certains passages de Qu’est-ce qu’une nation ? On rabâche un vocabulaire dont le sens s’est perdu : « vivre ensemble » — auquel on ajoute parfois un tiret, absent chez Renan —, « plébiscite de tous les jours », etc. Si bien que sa conception éminemment politique de la nation se trouve pervertie au profit d’un discours incantatoire, selon lequel on intègrerait la nation dès lors qu’on en manifesterait un semblant de volonté.

Cette conclusion, plus qu’un raccourci, est intellectuellement malhonnête, et à l’origine de bien des frustrations que Magyd Cherfi décrit dans son ouvrage. Si l’on peut rentrer dans la nation française pour Renan, c’est au prix d’une grande exigence :

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses, qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. » [4]

Ce « désir de vivre ensemble » n’est pas contractuel, ni le fruit d’une délibération, mais l’appropriation d’un passé et d’un héritage. Ce passé et cet héritage sont nécessairement sélectifs car il s’agit d’oublier tout ce qui peut être ferment de conflits présents et à venir : « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation » [5]. La nation chez Ernest Renan « suppose un passé » [6], car nous naissons dans un monde déjà vieux. C’est la condition nécessaire pour se projeter politiquement ensemble. Elle implique donc un rapport au temps très différent de celui de la conception ethnoculturelle, où l’ethnicité est permanence.

Alors que l’on s’attendrait, chez un démocrate qui s’engage dans un plaidoyer universaliste, à une référence aux vertus civiques des Athéniens du ve siècle avant notre ère, Renan prend précisément le contre-pied et loue le chant spartiate : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » [7]. Cet exemple n’est pas pris au hasard : les Spartiates se nomment Ὅμοιοι (homoioi), c’est-à-dire semblables — et non égaux. L’on peut ainsi entrer dans la nation à condition d’être semblable, à condition de se ressembler ; à condition de s’assimiler. Il défend plus loin que la nation se prouve par les sacrifices et l’abdication de l’individu au profit de la communauté. A contrario, il n’est pas possible de s’assimiler à une nation qui se définit par la « race », l’« ethnie », le « sang » ; malgré l’acquisition d’un patrimoine national, on y reste à jamais étranger.

Selon la conception française de la nation : « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes » [8]. Il n’en reste pas moins que tout impétrant — qu’il naisse ou non sur le sol national, de parents nationaux ou non [9] — doit s’assimiler à ce qui lui préexiste. Ainsi Magyd Cherfi synthétise-t-il bien cette conception française de la nation dont les racines courent jusqu’au XIXe siècle : « L’exception française, c’est d’être français et de devoir le devenir ».

Il faut relire Renan.

[1] Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, Actes Sud, 2016, p. 4.

[2] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[3] Johann Gottlieb Fichte, dans son Discours à la nation allemande, est la figure de proue de cette conception de la nation.

[4] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[5] Idem.

[6] Ibid.

[7] Cité in Ernest Renan, op. cit.

[8] Ernest Renan, op. cit.

[9] Ce qui ne veut pas dire que tous les impétrants sont égaux entre eux. Il est illusoire de nier qu’une immense partie de nationaux nés sur le sol national, de parents nationaux, ont des facilités évidentes à entrer dans la nation par rapport aux autres.