Archives par étiquette : France

Un peuple de la frontière ?

Le livre Le peuple de la frontière [1], publié l’année dernière, n’a pas fait — à ma connaissance — l’objet de recension ou de discussions en sciences humaines et sociales, ce qui est logique pour un livre de journalisme, et en même temps un tort car il est instructif à plusieurs égards. Son auteur, Gérald Andrieu, est parti à la rencontre des Français qui n’attendaient pas Macron en 2017, en parcourant à pied 2000 kilomètres le long de la frontière de Bray-Dunes à Menton. Il traite en journaliste de différents sujets au cœur de la campagne présidentielle de 2017 (chômage, immigration, inégalités, identité, etc.) à raison d’étapes dans des communes situées non loin de la frontière. À travers une série d’entretiens, il donne la parole à des Français que l’on entend peu — ou pas du tout — dans les médias. Comme nous travaillons sur les frontières, et plus particulièrement la frontière franco-allemande qui représente à-peu-près 1/3 du livre, nous ne pouvions échapper à sa lecture.

Le parti-pris de Gérald Andrieu est intéressant. Pour couvrir la campagne présidentielle de 2017, il part d’en bas, des Français, et non d’en haut, des candidats. On peut regretter que ses références en géographie, et en sciences humaines et sociales de façon plus générale, se limitent à Christophe Guilluy et Régis Debré… [2] Tout le long du livre, il entretient une confusion assez pénible entre la France périphérique, assez mal définie mais dont on ne peut contester l’existence, et la frontière. Cette dernière n’est vue que comme une marge, or Strasbourg, Lille ou Nice sont précisément aux antipodes de cette définition. À la vérité, la même enquête journalistique aurait pu être menée en sillonnant d’autres territoires situés loin de la frontière, et la focalisation sur les seuls territoires et populations en crise ou peu ou prou délaissés aurait pu être enrichie par la confrontation avec ceux et celles ne l’étant pas — mais ce n’était précisément pas l’objet du livre.

Néanmoins, il y a des entretiens intéressants et le changement d’échelle permet de comprendre la situation politique, économique et sociale du pays à l’occasion de la campagne présidentielle, en décentrant le regard de l’offre politique nationale au profit de la demande locale. Un travail de journaliste trop rarement fait, même si l’on se souvient du beau récit de Florence Aubenas sur la condition des femmes travailleuses pauvres [3]. On mesure le fossé qui existe entre l’enthousiasme des rédactions de presse pour Emmanuel Macron en 2017 — qui a tourné à la propagande — et l’absence globale d’intérêt pour n’importe quel candidat dans les populations rencontrées, malgré une inclination à voter Marine Le Pen. Ainsi, loin des centres-villes bourgeois et des métropoles, on peut — malgré la médiocrité de sa candidate, désormais évidente pour tous — voter à plus de 65 % pour le Front National au second tour, mais encore faut-il préciser que l’abstention et les bulletins nuls ou blancs sont très importants. Les résultats électoraux de chaque commune visitée sont indiqués en fin de chapitre, afin de mettre en perspective les rencontres.

En réalité, la frontière abordée par le journaliste est intérieure, c’est celle entre la « Macronie » et le reste du pays, dit-il. La formule est bancale et n’aide pas à l’analyse, mais l’auteur s’efforce de se confronter au « réel » des laissés pour compte, à la précarité, et parfois même à la grande misère [4]. Ainsi, à Fourmies, beaucoup de jeunes adultes n’ont encore jamais vu un de leurs parents travailler : on est parfois à la troisième génération de chômeurs ! La question du chômage est de loin celle qui préoccupe le plus ces Français de la périphérie, même si les préoccupations « identitaires » ne sont jamais loin.

Les travailleurs transfrontaliers — 360 000 Français qui font quotidiennement la « navette » avec le pays voisin — sont longuement interrogés, et permettent d’approcher le phénomène concrètement. L’historien mesure la dégradation de l’attractivité de certains territoires frontaliers lorsqu’on observe que les habitants de Villerupt travaillent pour une part importante au Luxembourg, alors même que la situation était tout à fait inverse un siècle plus tôt. Loin d’être les hérauts de l’abolition des frontières, les « navetteurs » sont souvent peu qualifiés en comparaison des travailleurs transfrontaliers belges et allemands, et ne travaillent à l’étranger que par défaut.

La question migratoire est abordée lors des étapes de Steevoorde et bien sûr de Breil-sur-Roya. Là encore, on s’attend à une vallée de la Roya rebelle sous l’égide de Cédric Herrou, mais la réalité est différente : les habitants, sans être nécessairement hostiles aux migrants, ne sont pas si nombreux à leur prêter attention ou à leur porter secours.

Un bon exemple de disjonction entre citoyens et élite politique est détaillé lors d’étapes en Alsace. La commune d’Ungersheim est à l’origine de nombreuses innovations écologiques et sociales (réduction de la facture énergétique, restauration scolaire issue de l’agriculture locale, budgets participatifs, etc.) qui lui donne le droit d’être régulièrement citée en modèle dans la presse locale et nationale. Mais lorsqu’on interroge les populations, tout semble indiquer que les habitants en sont soit exclus, soit ignorants. Autre exemple, celui de Fessenheim, où les habitants sont hostiles à la fermeture de la centrale nucléaire car y perdraient le premier pourvoyeur d’emplois et ce qui fait vivre toute l’économie locale, même si en cas d’accident ils  en seraient les premières victimes. On est loin du consensus médiatique national soulignant la dangerosité du site, on pourrait même parler de « dénégation locale ».

À tort ou à raison, la frontière est vécue par les populations locales comme un « bouclier », mais on ne sait pas très bien contre quoi dans le livre. On comprend que l’ouverture des frontières a été pour eux une catastrophe (perte des activités liées à la douane, fermeture des usines, perte de repères, etc.) et les partisans de l’Union européenne sont de moins en moins nombreux. Si on a voté pour le traité de Maastricht en 1992, on a franchement refusé le traité constitutionnel européen en 2005. Mais quant à un retour éventuel des frontières — qui rappelons-le, ne se sont pas évaporées — on ne voit pas bien quelle forme il pourrait revêtir.

On trouvera surprenant que le peuple de la frontière ne concerne pas la frontière franco-espagnole. Cette dernière est si ancienne et fossilisée qu’on en oublie qu’elle existe ! Pourtant, en suivant les mêmes buts de Gérald Andrieu il y a à dire, entre le terrible tourisme prostitutionnel de La Jonquera qui est un pied de nez à la position abolitionniste de la France, les communes rurales en crise, et les questions identitaires qui se posent face à la communauté autonome du Pays basque espagnol économiquement dynamique.

Certaines situations ne sont pas assez développées pour rendre compte de la complexité et des paradoxes frontaliers. Par exemple, les personnes en situation de grande précarité qui ne font leurs courses que de l’autre côté de la frontière participent à la dévitalisation de leurs bourgs et de leurs centres, alors même qu’ils le déplorent et savent bien que c’est une perte d’emplois, de ressources pour l’État et les collectivités locales, et donc à terme une dégradation des services publics. Enfin, pourquoi Gérald Andrieu ne franchit-il jamais la frontière ? On apprend parfois beaucoup sur soi, par le regard de l’autre.

Le journaliste en dit finalement assez peu sur la frontière, mais il mérite d’être lu. Ce genre d’enquête, avec ses nombreux biais, reste intéressante et utile puisqu’elle part d’en bas, de rencontres, et articule différentes échelles, ce qui est tout de même autre chose que de commenter un fil twitter ou resucer un communiqué de presse [5]. Le livre n’est ainsi pas loin de ce que nous entreprenons en histoire, essayer de comprendre la frontière franco-allemande par en bas, à partir des acteurs locaux, et non par en haut, des États, et ce, des deux côtés de la frontière.

[1] Gérald Andrieu, Le peuple de la frontière, 2017, 237 p.

[2] Nous ne dénigrons ni l’un ni l’autre, mais estimons que c’est un peu court pour comprendre les frontières, l’espace et le territoire.

[3] Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, 2010, 276 p.

[4] L’emploi de l’expression « pays réel » dans le livre est néanmoins problématique en raison de son origine maurassienne, même si l’on ne peut remettre en cause la probité de Gérald Andrieu.

[5] C’est peu ou prou ce qui est dit en introduction par l’auteur.

France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires.

Le musée de l’Armée à Paris organise du 13 avril au 30 juillet 2017 une importante exposition sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, la Commune et leurs mémoires. L’exposition témoigne du regain d’intérêt historiographique pour le second XIXe siècle et en particulier de la guerre de 1870, dont l’importance dépasse la seule histoire franco-allemande comme le rappelle, à juste titre, le président du comité scientifique, Jean-François Chanet [1].

La première partie de l’exposition traite de la guerre et de ses origines. Sa muséographie est assez frustrante. Si une excellente infographie résume habilement en dix minutes tout ce qui doit être retenu des aspects militaires de la guerre de 1870, on peut déplorer la faible part accordée à l’expérience des populations, les Parisiens mis à part. Plusieurs documents et objets (carte de ravitaillement, cornes du dernier bœuf tué pour l’alimentation à Paris, sabre-hachette artisanal, etc.) évoquent leur vie lors des deux sièges : la faim, le froid, la résistance. L’exposition reflète ici les lacunes historiographiques actuelles : par exemple, l’occupation allemande de la France, qui court jusqu’en 1873 pour les départements de l’Est, n’est quasiment pas abordée. Quelques photos inédites de Metz assiégé nous laissent sur notre faim. On s’étonne de la place démesurée accordée aux canons Krupp et à la mitrailleuse Bollée [2] , que seule la mise en valeur des fonds du musée de l’Armée peut expliquer. L’historien s’amuse ici ou là — tout en reconnaissant leur valeur pédagogique — de la présence du nécessaire à pharmacie de Napoléon III ou encore de ses calculs rénaux… La diversité des uniformes militaires exposés suggère aux visiteurs que la guerre de 1870 a déployé un grand nombre d’unités, tant du côté français — garde impériale, garde nationale mobile, volontaires garibaldiens, francs-tireurs, etc. — que du côté allemand où chaque État dispose de son armée avec ses traditions militaires propres. Ainsi, 25 nuances de casques à pointe feront la joie des passionnées d’histoire militaire… Les aspects « spectaculaires » (destructions, violences, ruines, etc.) sont bien mis en valeur dans l’exposition comme dans le catalogue [3] : la photographie du franc-tireur brûlé vif laisse le visiteur sans voix.

Elle attend

La seconde partie de l’exposition se concentre sur les mémoires nombreuses et contradictoires de « l’Année terrible ». La collaboration du musée de l’Armée avec différents musées allemands permet de rassembler et de confronter des peintures, parfois sur le même sujet, d’Anton von Werner ou de Wilhelm Trübner à celles d’Alphonse de Neuville ou d’Édouard Détaille. L’admiration et l’influence réciproques de ces peintres de la nation en guerre sont perceptibles dans cette exposition. On approche avec finesse la peinture d’histoire de cette époque, qui n’est pas aussi triomphale et dominatrice que les discours nationalistes trop souvent plaqués sur elle le laissent croire [4]. La subtilité a aussi présidé au traitement de la Commune, indissociablement liée à la guerre. On sait gré aux membres du comité scientifique de n’avoir pas cédé aux tentations d’une mémoire militante qui en vient parfois à oublier le contexte de la guerre et à nier le poids du patriotisme du petit peuple de Paris dans le déclenchement de l’insurrection. Le souvenir des provinces perdues prend, lui, une place modeste en raison de l’existence d’une salle déjà consacrée à l’Alsace-Lorraine dans l’exposition permanente du musée de l’Armée. Cependant, à notre grande joie, le musée Jean-Jacques Henner a bien voulu prêter son chef d’œuvre L’Alsace. Elle attend (ci-contre). Les lieux de mémoire du conflit, français comme allemands, occupent aussi une place importante.

Le catalogue est par ailleurs remarquable. La moitié de ses 300 pages est consacrée aux essais, de grande qualité, des membres du comité scientifique et des commissaires. Mareike König réussit l’exploit de faire « comprendre la formation de l’Allemagne », et Michel Hau d’en résumer l’histoire économique et sociale de 1820 à 1870, en 6 pages seulement ! Plusieurs contributions (François Lagrange, Jean-Claude Yon) croisent les regards franco-allemands sur la culture de la nation rivale, tandis qu’Éric Anceau dresse un état des lieux historiographique des origines de la guerre. Gilles Pécout souligne la dimension pan-européenne de la guerre de 1870 à travers l’engagement des volontaires garibaldiens. Les aspects militaires ne sont pas oubliés avec les textes de Christophe Pommier et Robert Tombs. Les mémoires françaises (Cécile Champy-Vinas, François Robichon), allemandes (Éric Necker) et socialistes (Mathilde Benoistel) font l’objet de contributions spécifiques qui complètent et servent bien l’exposition. On regrettera seulement les nombreuses erreurs de la cartographie dans un catalogue de belle facture.

Cette exposition a le grand mérite de mettre en lumière une période de l’histoire française, allemande et européenne qui reste méconnue, ensevelie sous les mémoires des deux guerres mondiales. Au sortir du parcours proposé, un immense regret envahit l’historien : François Roth, qui a tant apporté à l’historiographie de la guerre de 1870, est décédé pendant la préparation de l’exposition. Son esprit semble accompagner le visiteur tout au long de ce voyage dans le passé.

[1] Jean-François Chanet, « La guerre de 1870-1871 et l’équilibre européen », pp. 137-143 in Catalogue de l’exposition.

[2] D’autant plus que cette arme a été peu et/ou mal employée, et n’a joué aucun rôle particulier (contrairement aux canons Krupp).

[3] Voir notamment Sylvie Le Ray-Burimi, « « Comme un rêve de pierres ». Ruines et oubli de la guerre de 1870-1871 », pp. 90-96 ; Bertrand Tillier, « Spectaculariser l’Année terrible », pp. 114-120, idem.

[4] Voir à ce sujet : Katja Prott, «  Guerres et nation dans la peinture allemande, 1864-1871 », pp. 104-110 in Catalogue de l’exposition.

Le pays niçois vaut bien quelques chamois

Lors de la formation de l’Italie en 1860, le tout nouvel État cède les territoires de la Savoie et du comté de Nice à la France, après un plébiscite consultant les populations. Ce transfert territorial déplace considérablement la frontière franco-italienne. L’Italie donne des gages territoriaux à Napoléon III, qui a pesé de tout son poids diplomatique et militaire en sa faveur pendant le Risorgimento, et se débarrasse d’une minorité nationale potentiellement problématique. Au moment de la délimitation de la nouvelle frontière, les deux parties s’entendent pour prendre la ligne de partage des eaux comme limite de principe [1].

Or, cette limite n’est pas respectée dans le pays niçois. En effet, à partir de la cime de Colle Longue (Collalunga en italien), la délimitation devient fantasque et ne respecte plus la ligne de partage des eaux, ni même les limites historiques du comté de Nice. Le tracé est désastreux car il sépare en deux les vallées de la Tinée et de la Vésubie, rompant l’unité économique de la région et les solidarités qui s’étaient nouées au fil des siècles entre les habitants. Les biens communaux sont séparés, les parcours de transhumance coupés et des familles se retrouvent séparées. Un exemple parmi cent : plusieurs mois par an, les habitants de Tende et de La Brigue sont coupés du reste de l’Italie en raison de la neige et doivent se ravitailler en France. Les populations obtiennent cependant des dispositions particulières visant à atténuer les conséquences du tracé, qui n’en reste pas moins incongru. De plus, les habitants de Tende et de La Brigue ont voté, lors du plébiscite de 1860, pour la réunion à la France et se revendiquent volontiers Français, ce qui devient particulièrement conflictuel lors de la période fasciste.

Mais quelle est la raison de ce mépris du droit des peuples dont Napoléon III se disait être le champion ? Quelle est la raison cachée des anomalies de la démilitation frontalière ? Quelles considérations stratégiques peuvent-elles cacher ? Il s’avère que ­— loin de considérations politique de haute volée — ce tracé fantaisiste a une cause plus futile : une requête de l’Italie réclamant en effet, en 1860, les crêtes du mont Malinvern et la cime du Gelas, car elles étaient les seules à abriter… des chamois que le roi Victor-Emmanuel II se plaisait à chasser ! [2] Elles sont vite intégrées à la réserve cynégétique de la couronne italienne, dans laquelle sont réintroduits des bouquetins à partir de 1900 — alors que l’espèce s’était éteinte — pour tenir compagnie aux chamois [3].

chamois

Chamois de Madone de Fenestre, à 15 kilomètres environ de Tende et de La Brigue

La faune de la région est très touchée par la Deuxième guerre mondiale ; il reste seulement 300 chamois et 50 bouquetins après la fin des hostilités [4]. Profitant du fait que l’Italie se trouve dans le camp des perdants, la France renégocie alors le tracé de la frontière afin de le faire correspondre mieux à la ligne de partage des eaux, de contrôler les sources de l’énergie hydroélectrique de la région et de permettre le rattachement de Tende et de La Brigue. À la suite du traité de Paris du 10 février 1947, près de 4 000 Tendasques et Brigasques se prononcent par referendum en faveur du rattachement à la France, sans que personne ne se soucie désormais des chamois du roi.

Actualités françaises du 4 juillet 1946

Il faut attendre la création du Parc national du Mercantour en 1979 pour que chamois et bouquetins redeviennent l’objet d’une attention particulière, mais ceci est une autre histoire…

[1] Convention franco-italienne du 7 mars 1861.

[2] On peut aussi se demander si l’avantage stratégique qu’elles constituaient en cas de guerre avec la France n’a pas pesé.

[3] Le massif du Mercantour, son histoire. Site du Parc national du Mercantour.

[4] Idem.

L’île de la concorde

Sur la rivière Bidassoa qui délimite la frontière entre la France et l’Espagne, en aval du pont qui relie Hendaye (France) à Behobia (Espagne), quelques kilomètres avant la baie de Chingoudy, on aperçoit une petite île d’une superficie inférieure à un hectare, qui jouit d’un statut peu commun. Cette île, c’est l’Île des Faisans (Isla de los Faisanes en espagnol), aussi appelée Île de la Conférence en raison de son histoire, elle aussi, peu commune.

ile_de_la_conference_google_earth

Vue satellite (Google Earth) de l’Île des Faisans, 23/10/2014

Sur cette île, le 7 novembre 1659, Louis XIV de France et Philippe IV des Espagnes, au terme d’une conférence diplomatique, concluent la « Paix des Pyrénées » qui met fin à la guerre franco-espagnole. Cette paix donne lieu à un traité qui, outre le règlement des relations franco-espagnoles, fixe la limite séparant le royaume de France des possessions de la monarchie espagnole aux monts Pyrénées [1]. La couronne espagnole abandonne le Roussillon à la couronne de France, ainsi que d’autres territoires à la taille plus modeste situés au nord de la barrière montagneuse. Le roi de France, quant à lui, renonce à sa prétention d’annexer la Catalogne. En 1660, un mariage y est convenu entre Louis XIV et l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche.

ile_de_la_conference

L’isle de la conférence où la paix generalle a esté conclue entre la France et l’Espagne le 7 novemb. 1659 : [estampe]

Le traité des Pyrénées donne à la France et à l’Espagne une des frontières les plus stables de l’histoire moderne et contemporaine, et la plus stable de leurs histoires respectives. L’annexion française de la Catalogne entre 1812 et 1814 mise à part, la limite des Pyrénées comme séparation de la souveraineté française et de la souveraineté espagnole n’a pas été remise en cause depuis 1659. C’est en raison de cette ancienneté que l’on décrit — à tort ­— la chaîne des Pyrénées comme une « frontière naturelle ».

Lorsque la France et l’Espagne décidèrent d’aborner leur frontière commune dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce que le traité des Pyrénées n’avait pas fait, ils laissèrent à l’Île des Faisans, lieu auquel s’attachent « tant de souvenirs historiques communs aux deux Nations », un statut spécial [2]. Alors que l’île aurait pu être annexée par l’un des deux États ou simplement être l’objet d’un partage, elle constitue un condominium, appartenant par indivis aux deux États riverains. Cela signifie que l’île est à la fois sous souveraineté française et espagnole ; mais cela ne signifie pas que la souveraineté y est partagée (comme c’est le cas pour Andorre), en revanche son exercice l’est. Ainsi la convention franco-espagnole du 27 mars 1901 précise que les deux États partagent l’exercice des droits de police, tour à tour, pendant six mois [3].

La France et l’Espagne s’engagent à réprimer tout délit qui serait commis sur cette île, afin que son statut spécial ne soit pas exploité à des fins de contrebande principalement. Sachez que si vous êtes Français ou Espagnol, vous êtes sur cette île justiciable au même titre que lorsque vous vous trouvez dans votre pays d’origine ; son statut spécial ne change rien pour vous. Mais pour les étrangers, cela dépend de la justice de l’État qui exerce la souveraineté au moment de l’infraction constatée. Cependant, cela demeure théorique car l’accès à l’île est interdit.

L’article 27 du traité du 2 décembre 1856 dispose que la France et l’Espagne doivent prendre « toutes les mesures qui leur paraitront convenables pour préserver cette île de la destruction qui la menace, et pour l’exécution, à frais communs, des travaux qu’ils jugeront utiles à sa conservation ou à son embellissement » [4]. Il a été si bien respecté que cette île, qui aurait dû disparaître en raison de l’érosion, a été préservée par le renforcement des berges [5]. On y a même érigé un monument commémorant la signature du traité des Pyrénées où est inscrit en français et en espagnol : « En mémoire des conférences de MDCLIX dans lesquelles Louis XIV et Philippe IV par une heureuse alliance mirent fin à une longue guerre entre les deux nations. Napoléon III Empereur des Français et Isabelle II Reine des Espagnes ont rétabli cette île l’an MDCCCLXI ».

Ici comme ailleurs, la frontière sépare autant qu’elle lie ; elle est plus couture que fermeture.

[1] Article 42 du Traité des Pyrénées, du 7 novembre 1659.

[2] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[3] Convention franco-espagnole du 27 mars 1901.

[4] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[5] La superficie de l’île s’est cependant considérablement réduite.