Archives par étiquette : Éducation nationale

Les frontières au programme du secondaire : quelques réflexions

Le nouveau programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale met à l’honneur les frontières en introduisant, avec le thème 3, l’étude des divisions politiques du monde. Nous ne pouvons qu’accueillir favorablement cette nouveauté, même si elle apparaît mal conçue et peu ambitieuse.

Extrait du Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale

L’étude des frontières est en effet indispensable à la compréhension des enjeux contemporains, tant le fait étatique s’est imposé au cours de l’histoire. Ce sont les frontières politiques que les professeurs sont amenés à enseigner en Première générale, et non les frontières au sens large — qui inclurait leurs dimensions économiques, sociales, culturelles, etc. Il paraît néanmoins difficile d’y échapper : comment aborder les formes, les dynamiques et les enjeux associés aux frontières sans étudier ces aspects autres que politiques  ?

Le programme vise principalement à faire comprendre aux élèves que les frontières, loin de se réduire à des murs, obéissent à une fonction interne de cohésion intérieure et à une fonction externe de différenciation, qu’elles sont à la fois un espace de séparation et de contact. Le Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale conseille de consacrer environ 25 heures à l’enseignement de ce thème en suivant deux axes principaux :

— « Tracer des frontières, approche géopolitique » ;

— « Les frontières en débat ».

La compréhension des enjeux contemporains étant au cœur du programme de la classe de Première, il n’est pas étonnant que l’introduction commence par aborder la question des frontières dans le monde d’aujourd’hui. Il suffit de considérer le XXe siècle dans son ensemble pour constater leur multiplication et le triomphe de la forme politique de l’État-nation. Une approche géographique multiscalaire variant les exemples peut facilement aboutir à une première typologie des frontières, en fonction de leur degré d’ouverture ou de fermeture, et mettre en lumière des espaces transfrontaliers.

Les jalons qui servent de support à l’évaluation en contrôle continu (contrôle en cours de formation) témoignent du manque d’ambition du thème 3 « Étudier les divisions politiques du monde : les frontières » et, surtout, d’une ignorance manifeste de la production scientifique en histoire, géographie et sciences politiques au profit d’une approche superficielle et trompeuse.

Si l’on en croit le premier axe, le tracé des frontières obéit à trois fonctions : se protéger, se partager des territoires et séparer deux systèmes politiques ; ces dimensions sont successivement envisagées à travers l’étude du limes rhénan, de la conférence de Berlin et de « la frontière entre les deux Corées ».

Le cas du limes rhénan vise à illustrer la dimension protectrice de la frontière, qui sépare l’empire romain du monde germanique qualifié de « barbare ». Les limes romains n’ont pas seulement une fonction de protection et ne peuvent être assimilés à une frontière. On doit lui préférer l’emploi de « limite », mot qui est d’ailleurs utilisé jusqu’à la Révolution française dans le sens que nous donnons aujourd’hui à  « frontière ». L’archéologie a récemment démontré que le limes rhénan n’était pas militarisé sur toute sa longueur et qu’il était aussi un important espace d’échanges économiques entre les mondes gallo-romain et germain. On pourrait utiliser cet exemple pour illustrer la notion de séparation et de contact exigée par le programme. Il est par ailleurs regrettable qu’un seul jalon soit consacré aux formes de frontière d’avant l’époque contemporaine, d’autant plus que le limes romain n’est guère représentatif. D’autres formes que l’on peut retrouver aujourd’hui, comme les zones frontalières, les marches, les marges, etc., ne sont pas obligatoirement étudiées par les élèves et leur professeur ; c’est bien dommage.

La conférence de Berlin est proposée pour aborder les frontières qui partagent des territoires. Ce choix est particulièrement problématique. Depuis plus d’un demi-siècle, l’historiographie déconstruit l’idée d’un découpage territorial de l’Afrique qui aurait été effectué à l’occasion de la conférence internationale de Berlin en 1885 ; or le programme impose de l’enseigner ! L’image de diplomates, confortablement assis dans un fauteuil en train de découper le gâteau africain, est certes familière ; mais elle ne correspond pas à la réalité historique. La conférence de 1885 a été le moment où ont été établies les règles de la conquête coloniale et, en aucun cas, celui du tracé des frontières. L’idée de délimitation à la règle sur une carte géante de l’Afrique est un mythe : c’est sur le terrain que le continent a été essentiellement partagé selon des principes établis à Berlin (occupation effective, notification officielle aux autres puissances, etc.). En outre, Michel Foucher il y a bien longtemps, Camille Lefebvre et Vincent Hirribaren plus récemment — pour ne parler que des francophones — ont démontré que les frontières coloniales en Afrique n’avaient pas été tracées sans ignorer complètement les populations et les enjeux locaux.

Illustration du mythe du partage de l’Afrique lors de la conférence de Berlin (1885)

Le choix de la frontière intercoréenne, quant à lui, est gênant à plus d’un titre. Tout d’abord, on peut contester que ce soit une frontière, puisqu’il s’agit d’une « zone démilitarisée », figeant le front au moment de l’armistice de Panmunjeom qui mit fin à la guerre de Corée (1950-1953). La paix n’a toujours pas été instaurée entre la République de Corée (Corée du Sud) et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord). Aucune des deux parties ne reconnaît de jure la souveraineté de l’autre puisque chacune revendique la souveraineté sur l’ensemble de la péninsule coréenne, de même que sur certaines îles japonaises. Plutôt que de prendre le cas de cette frontière pour illustrer la séparation entre deux systèmes politiques, les rédacteurs du programme auraient été mieux inspirés de proposer un jalon permettant d’étudier la frontière comme lieu de séparation de deux souverainetés. Dans son sens politique, la frontière est la limite spatiale de la souveraineté — souveraineté qui peut prendre des formes politiques variées. On serait presque tenté d’y voir un refus de l’emploi du mot souveraineté en raison d’une manipulation politique de son contenu (cf. souverainisme).

Dans le second axe (« Les frontières en débat »), il s’agit de « reconnaître » et « dépasser » les frontières. Pour ce faire, les concepteurs du programme proposent de s’attarder sur la frontière germano-polonaise de 1939 à 1990 et le droit de la mer. On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit à choisir cette frontière, tant la question suppose une culture historique et géographique qui ne peut se résumer à quelques Dessous des cartes. Et pour quelle finalité ? Une fois encore, un jalon intéressant et plus abordable aurait pu être conçu autour des frontières de l’Allemagne de 1918 à nos jours. Cela aurait permis de poser la question des limites de l’État-nation à l’époque nazie, puis lors de la Seconde guerre mondiale et durant la guerre froide, lorsque l’Allemagne était divisée. Le mur de Berlin, frontière de facto, aurait aussi permis d’aborder la problématique des frontières fermées.

Le fait d’imposer le droit de la mer comme exemple de « dépassement des frontières » est assez curieux. On peut y voir en effet, au contraire, la victoire d’une conception territoriale appliquée aux espaces maritimes et côtiers. De plus, le droit de la mer est présenté comme « identique sur l’ensemble des mers et des océans », ce qui est rigoureusement faux : il suffit de prendre la mer Méditerranée comme cas d’étude pour le démontrer.

Seule la proposition de se focaliser sur les frontières internes et externes de l’Union européenne, objet d’un « travail conclusif » pour le thème 3, semble pertinente à nos yeux. Les jalons y sont cohérents et adéquats ; ils abordent les frontières de l’Europe de Schengen, celles d’un État adhérent (qui peut faire l’objet d’un beau cas d’étude), et les espaces transfrontaliers intra-européens permettant d’évoquer les coopérations transnationales, ainsi que leurs limites.

Bien que les finalités du programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale soient différentes de celles que l’on peut attendre à l’Université, il est inquiétant de retrouver dans un Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale des contresens scientifiques et des erreurs manifestes. La dissolution de la méthode historique et géographique dans une discipline élargie aux sciences politiques et à la géopolitique n’est certainement pas étrangère à cet état de fait. Avant d’exprimer un avis définitif, nous attendrons de voir ce que proposeront les manuels — si l’on dispose d’une bonne direction scientifique, il est très facile de contourner les écueils pointés tout en respectant le programme — et ce qu’en feront les professeurs, qui ont l’habitude de s’adapter.