Archives mensuelles : novembre 2019

Un projet d’Union européenne en 1892

Au cours de ses recherches, des documents exceptionnels, qui sommeillaient au fond de cartons d’archives, remontent parfois à la lumière du jour. La lettre dont nous allons parler fait assurément partie de ces trouvailles originales.

Nous avons affaire ici à un courrier d’Eduard Löwenthal, adressé au ministre français des Affaires étrangères en date du 9 octobre 1892. Nous pouvons établir que ce document est une traduction, étant donné la syntaxe, la ponctuation erratique et la francisation des noms propres ; une expression en allemand est même conservée entre parenthèses.

L’auteur, Eduard Löwenthal, signe en qualité de directeur du Berliner Montags-Zeitung, journal hebdomadaire berlinois. Il s’agit d’un écrivain et journaliste allemand, connu pour être un militant pacifiste à la fin du XIXe siècle ; il est à l’origine de la Société allemande de propagande internationale pour la paix (Deutschen Verein für internationale Friedenspropaganda) créée en 1874. Il a vécu en France lors de son exil politique, après avoir été poursuivi en Prusse pour divers délits d’opinion.

Son courrier est adressé en 1892 à Alexandre Ribot, ministre des Affaires étrangères du gouvernement Loubet, au moment où Löwenthal est revenu en Allemagne à la faveur d’une amnistie. L’époque coïncide avec un relatif réchauffement des relations franco-allemandes qui fait suite au départ du pouvoir d’Otto von Bismarck. De part et d’autre de la frontière, les passions nationalistes sont quelque peu retombées.

Le document est étonnant à plus d’un titre. Löwenthal propose non seulement la création d’une Union européenne en 1892 – il n’est pas le premier – mais également de faire de l’Alsace-Lorraine une sorte de territoire fédéral européen, doté… d’un tribunal international et d’un parlement élu siégeant à Strasbourg. Faut-il voir dans cette proposition la sensibilité particulière du fils d’une famille judéo-alsacienne émigrée en Allemagne ? Ce qui est certain, c’est qu’il a conscience d’une chose : aucune paix n’est possible sans le règlement de la question de l’Alsace-Lorraine, véritable pomme de discorde franco-allemande depuis 1871.

Voici la lettre retranscrite in extenso :

À son Excellence, Monsieur Ribot, ministre des Affaires étrangères, Paris.

On peut bien prétendre de nos jours qu’il n’y a pas de gouvernement, qui se chargerait de cœur léger de la responsabilité d’une guerre tant avantageuse qu’elle pourra se présenter, et les armements des grandes puissances finiront sous peu par épuiser les nations les plus riches. Dans tous les cas il sera impossible de les continuer à l’infini.

L’échange perpétuel des rôles du vainqueur et du vaincu entre les différents peuples ne servira guère au but de la civilisation ni de la prospérité humaine et sans nul doute il serait temps d’établir un état des choses substituant à l’arbitraire le droit ou bien une Justice régulière. Pour arriver à ce but on n’aura qu’à constituer les différents États de notre continent en Union Européenne sous le régime des gouvernements existants et munie d’une Justice de paix internationale basée sur le droit des gens réformé et codifié par un parlement international élu et convoqué ad hoc. L’Alsace-Lorraine pourra figurer alors en domaine de l’Union Européenne (Europäisches Unionland) et le Tribunal international devra être établi à Strasbourg, où le parlement international devra siéger également.

Il va sans dire que je n’attends pas une résolution immédiate de la part des gouvernements intéressés, mais si vous accordez un accueil sympathique à ma proposition précédente, je suis sûr que le gouvernement allemand en ferait de même. La presse gouvernementale des deux pays devra commencer à discuter la lettre présente, dont je ferai part en même temps à M. le comte de Caprivi et à coup sûr l’opinion publique de toute l’Europe y sera acquise rapidement et notre siècle va être couronné ainsi par l’élimination de la guerre du monde civilisé, c’est-à-dire par l’acte de naissance de la véritable civilisation.

En attendant votre réponse, je serais heureux, Monsieur le ministre, de vous voir entrer dans la voie ci-dessus désignée et je vous prie d’agréer l’assurance de mon plus profond respect.

Berlin, le 9 octobre 1892

Friedrichstrasse 237

 

Edouard Loewenthal,

Directeur de la Berliner Montags-Zeitung.

Nous ne pouvons affirmer que le ministre français des Affaires étrangères a daigné répondre à ce courrier ; il a néanmoins été conservé dans les archives. Nous ne pouvons pas non plus attester que Löwenthal a écrit à l’administration allemande des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt). Ce qui est certain, c’est que le projet de « neutraliser » l’Alsace-Lorraine pour dépasser l’antagonisme franco-allemand est un pis-aller qui a déjà été envisagé après son annexion par l’Empire allemand, en 1871. Outre qu’il n’aurait jamais été envisageable, pour l’état-major allemand, de perdre le contrôle de cette pièce essentielle à la défense contre la France, c’était une solution hors sol et irréaliste. Le gouvernement impérial avait conscience qu’une Alsace-Lorraine neutre, même avec un prince allemand à sa tête, aurait fini tôt ou tard par se réunir à la France.