Archives mensuelles : octobre 2018

Passport to Pimlico

À la fin des années 1940, les habitants de Pimlico, un quartier de Londres, découvrent un curieux document dans les décombres laissés par l’explosion tardive d’une bombe datant du Blitz. Ce document n’est rien de moins qu’une charte médiévale remontant à la guerre de Cent Ans, indiquant que le quartier est une dépendance du duché de Bourgogne. Or, depuis la mort de Marie de Bourgogne en 1482, cet « État » n’est plus : le quartier de Pimlico est alors en mesure de revendiquer son indépendance. Pimlico devient un État enclavé dans Londres, comme le Vatican l’est aujourd’hui dans Rome. Le gouvernement britannique, peu enclin à accepter cette situation contre laquelle il ne peut rien faire légalement, coupe alors l’alimentation en eau, gaz et électricité, supprime tous les services publics du quartier, et instaure un contrôle frontalier. Les habitants de Pimlico, des personnages loufoques, répondent en se proclamant « Bourguignons », jusqu’à ce qu’un descendant de la maison de Bourgogne se manifeste et revendique son héritage…

Au-delà de la comédie, le film Passport to Pimlico illustre très bien les processus de construction de l’État-nation et des identités nationales qui sont à l’œuvre au quotidien, sans que l’on ne sans rende compte. Tout semble ridicule dans cette production des studios Ealings, et pourtant la fierté des habitants à se revendiquer « Bourguignons » parce qu’ils peuvent se soustraire à la police londonienne et aux réglementations qui y sont liées, n’est pas très éloignée, par exemple, des sécessions cantonales qu’a connu la longue histoire suisse.

Le territoire de Pimlico s’invente aussi par une dialectique entre « Bourguignons » et Britanniques, les premiers revendiquent l’indépendance et les seconds la reconnaissent de facto en instaurant, par exemple, un contrôle aux frontières. Les activités des habitants de Pimlico, tout à fait banales jusqu’à la découverte de la charte médiévale, prennent désormais part au commerce international : tout ce qui sort du quartier devient une exportation, et tout ce qui y rentre, une importation. La présence de douaniers britanniques aux frontières de Pimlico contribue au sentiment d’exceptionnalité des habitants, et crée une différence vis-à-vis de leurs voisins britanniques. Ces petites exceptions et différences, certes ridicules, forgent des nations avec le temps.

Cette comédie britannique a été tournée peu avant le blocus de Berlin, où Berlin-Ouest entre 1948 et 1949 était de fait enclavé dans ce qui deviendra la République démocratique allemande (Allemagne de l’Est) ; la réalité est toujours plus surprenante que la fiction. L’historien peut aussi narrer comment la papauté qui, jusqu’aux accord du Latran en 1929, se considérait comme prisonnière de l’État italien dans la cité du Vatican, a eu à faire face à certains soucis rencontrés par les habitants de Pimlico. L’histoire des frontières, pour peu que l’on dépasse la superficialité de leur histoire politique et que l’on s’intéresse aux populations qui y vivent, est riche de situations cocasses qui cristallisent la différence spatiale et sociale.