Archives de catégorie : Thèse

Il est des lieux où souffle l’esprit

Au XIXe siècle, le pèlerinage catholique de la colline de Sion, au sud de Nancy, attire chaque année des foules impressionnantes venant de toute la Lorraine, et même au-delà. Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, le pèlerinage ne faiblit pas, mais il revêt une signification supplémentaire : l’espérance dans le retour de la France. En effet, une partie des pèlerins est devenue allemande à la faveur du traité de Francfort ; pour eux, faire le pèlerinage, c’est désormais franchir une frontière.

C’est pourquoi, le 8 septembre 1873, les pèlerins mettent l’Alsace et la Lorraine sous la protection de Marie, à qui ils confient leur « espoir » et leur « confiance ». Une plaque apposée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en témoigne (ci-dessous). Ils proclament leur foi en Dieu et en la patrie, ce qui est, pour eux, plus ou moins la même chose. Une croix de Lorraine brisée symbolise la patrie mutilée par la nouvelle frontière, mais elle est coiffée de quelques mots dans le patois parlé à Dieuze : « ce n’ame po tojo ». Ce vœu engage l’avenir et promet que « ce n’est pas pour toujours ». Tous attendent la résurrection de la patrie, une notion faussement familière, qui recoupe en France, dans des proportions variables, jusqu’au début du XXe siècle à la fois la petite patrie (Lorraine), la grande patrie (France) et la patrie du ciel (le royaume de Dieu).

Carte postale vendue à la basilique Notre-Dame-de-Sion au tournant du XXe siècle

Cette promesse résonne tout au long de la frontière, lorsque les populations se souviennent de la guerre et de sa terrible conséquence : la frontière. Maurice Barrès la fera connaître au reste de la France dans La Colline inspirée [1]. La Première guerre mondiale engloutit la mémoire de la guerre de 1870, guerre durant laquelle Lorrains comme Alsaciens n’ont tous pas porté le même uniforme. Et pourtant, la promesse n’est pas oubliée, lors d’une cérémonie, présidée par Maurice Barrès, une nouvelle plaque est posée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en 1920 : « ce n’ato me po tojo ». Les pèlerins de 1920 répondent à ceux de 1873 en clamant « ce n’était pas pour toujours » et en ajoutant sur la croix de Lorraine brisée, une palme aux couleurs tricolores, comme pour panser une blessure.

Et pourtant, la plaie s’est rouverte, durant la Seconde guerre mondiale, avec l’annexion de fait de la Moselle et de l’Alsace par l’Allemagne. Mais la promesse de 1873 lie toujours les vivants et les morts, et c’est ainsi qu’en 1946, une nouvelle croix de Lorraine est ajoutée, sur laquelle a été gravé « estour inc po tojo ». Enfin, la Lorraine et la France ne seront plus jamais amputées : « c’est maintenant pour toujours ».

Le temps passe, la promesse reste. Les ennemis d’hier, qui en voulaient à l’unité de la patrie, ont changé ; ils sont devenus les amis des Lorrains, comme de tous les Français. Ainsi, lors du centenaire du vœu de 1873, une nouvelle plaque, plus sobre que les autres, est-elle ajoutée : « Réconciliation – 1973 ». Après trois guerres, quatre changements de frontière entre la France et l’Allemagne, et autant de changements de nationalité pour les Alsaciens et les Lorrains, en seulement moins d’un siècle, on peut dire que la promesse a bien été tenue. Maurice Barrès l’avait bien ressenti : « il est des lieux où souffle l’esprit », et la colline de Sion en est un.

Photographie des plaques, propriété de ty-az

[1] Maurice Barrès, La Colline inspirée, Émile-Paul Frères, Paris, 1913.

Le coup de poker d’un actionnaire

Après six mois de combats, la guerre de 1870 prend fin : la France est défaite et contrainte de réclamer une paix. Commence alors une longue période de pourparlers et de négociations qui aboutissent, non sans peine, au traité de Francfort du 10 mai 1871. La question principale qui occupe les négociateurs est celle du tracé de la nouvelle frontière, car il s’agit de déterminer l’ampleur de l’annexion des territoires réclamés par les Allemands.

Les plénipotentiaires des deux pays se sont mis d’accord dès les préliminaires de paix sur un tracé frontalier qui cède l’Alsace et une partie de la Lorraine à l’Empire allemand fraîchement proclamé. Cependant, au dernier moment, les Français obtiennent de sauver un morceau d’Alsace — Belfort et ses environs — en échange de deux villages lorrains. Le traité renvoie à plus tard la détermination du « rayon » autour de Belfort conservé à la France. Mais les négociateurs n’arrivent pas à trouver un accord, car les Allemands exigent, pour tout gain français autour de la place forte, un gain allemand en Lorraine.

Ainsi, dans le Pays-Haut, plusieurs villages au sous-sol riche en fer — Aumetz, Moyeuvre, Thil et Villerupt — deviennent monnaie d’échange permettant de conserver aux Français la citadelle de Belfort, verrou stratégique et seule forteresse à ne pas s’être rendue, ou à ne pas avoir été prise, pendant la guerre. Les diplomates français s’évertuent tout de même à minimiser, autant que faire se peut, les gains allemands en Lorraine. Le ministre des Finances Pouyer-Quertier, d’origine normande, obtient même, lors d’une conversation surréaliste avec Bismarck rapportée par un tiers [1], une modification du tracé au profit de la France… mais plus encore :

« — Si vous étiez le vaincu, je vous donne ma parole que je ne vous eusse pas obligé à devenir Français, et vous me faites Allemand.

— Comment cela ? s’est exclamé le grand chancelier, et qui vous parle de prendre votre Normandie ? Je ne comprends plus rien à ce que vous me dites en ce moment.

— La chose est pourtant bien simple, prince ; je suis l’un des principaux actionnaires des forges de Villerupt, et vous voyez bien que, de ce côté, vous me faites Allemand.

— Allons, allons, fit M. de Bismarck, ne pleurez pas, je vous laisse Villerupt, mais ne me demandez plus rien, ou je vous le reprends. »

Carte postale, Friedenschluss in Hôtel Schwan, Frankfurt A/M 10. Mai. 1871, date inconnue. (Accords de paix à l’hôtel Schwan, Francfort-sur-le-Main, 10 mai 1871). Pouyer-Quertier et Bismarck sont respectivement le 5e et 6e personnage en partant de la gauche.

Le ministre des Finances, en veillant aux intérêts de la France, veillait donc aux siens propres. Ce gentlemen’s agreement permet de reconsidérer la rationalité de l’État dans les négociations internationales. La bonhomie de certains des acteurs qui l’animent peut avoir une influence, à la marge, sur le cours de l’histoire. Les intérêts de la nation ont-ils été lésés au profit d’intérêts particuliers ? Difficile de l’établir. Ce qui est certain, c’est que de tous les villages discutés, les seuls à avoir été conservés grâce à Pouyer-Quertier sont ceux qui avaient le potentiel minier et industriel le plus faible pour la France, mais la plus grande valeur pour sa fortune personnelle. Un tracé frontalier tient, parfois, à peu de choses.

[1] Aimé Laussedat, La délimitation de la frontière franco-allemande. Souvenirs et impressions, Paris, Charles Delagrave, 1902. AImé Laussedat a participé aux négociations de Bruxelles et Francfort concernant le tracé de la frontière.

Bienvenue

Bienvenue sur mon carnet de thèse qui porte sur l’histoire des frontières, et plus particulièrement la frontière franco-allemande entre 1871 et 1914.

Dans ce nouveau carnet, je propose de présenter plusieurs aspects de ma thèse, mais aussi de discuter des frontières d’hier et d’aujourd’hui.