Faut-il rendre anonyme les sources du XIXe siècle ?

Cet article a été traduit de l’allemand par Célia Burgdorff. Levke Harders: Lieschen Müller, Jean Dupont, Jan Kowalski und Jane Doe. Zur Anonymisierung historischer Akteur*innen in : Migration and Belonging, 22.3.2019, https://belonging.hypotheses.org/1820.

de.hypotheses
À l’occasion de l’anniversaire du volet germanophone d’hypothèses, les meilleurs billets de blogs de l’année ont été sélectionnés et publiés sur des carnets partenaires comme celui-ci.

Levke Harders : Lieschen Müller, Jean Dupont, Jan Kowalski et Jane Doe. De l’anonymisation des acteurs historiques

Ce billet est le fruit d’une coopération avec ma collègue Anette Schlimm (Ludwig-Maximilians-Universität München), découlant de nos discussions autour d’un problème commun. Cet article présente seulement une partie du sujet – la suite est disponible sur le blog d’Anette Schlimm, en allemand.

À l’instar de ma collègue Anette Schlimm, c’est le billet sur la biographie et la migration qui m’a poussé (très tardivement) à m’interroger sur ma manière de citer des acteurs historiques. Bien que je travaille sur des acteurs du XIXe siècle, j’ai pour habitude de citer leur nom intégralement. C’est finalement le blogging scientifique qui nous a sensibilisé à la question. En effet, à la différence de publications destinées à la critique des pairs, les blogs s’adressent à un public plus large. De plus, les personnes ou évènements mentionnées dans un blog peuvent être rapidement retrouvés sur internet.

En tant qu’historien·ne·s, nous justifions nos choix de sujets, de problématique, d’arguments, de thèses grâce à une étude approfondie de sources. Nous rassemblons, lisons, analysons des documents historiques (c’est-à-dire des textes, au sens large). Pour cela, nous respectons des règles disciplinaires strictes, des outils méthodologiques et une cadre juridique. Concernant le droit individuel des personnes étudiées, les dispositions d’accès aux archives et les aspects d’éthique de la recherche ne sont pas les seuls critères à respecter. Ainsi, Anette Schlimm évoque l’importance de la protection des données privées [1] et des approches méthodiques, compte tenu de la nature de l’analyse (quantitative ou qualitative).

Bien que l’histoire orale ait depuis longtemps traité cette question – et même élaboré une grille méthodologique – « le flou demeure quant à la protection de la personnalité, du droit d’auteur et de l’anonymat [2] » selon Dorothee Wierling. Cette dernière met en garde contre la publication d’enregistrements visuels ou audiovisuels, d’extraits ou d’interprétations d’entretiens. Celle-ci peut devenir problématique, même dans le cas où les personnes interrogées auraient donné leur accord au préalable [3]. C’est précisément dans cet aspect que réside la différence avec les sources d’archives du XIXe siècle. En effet, les individus ont laissé des traces dans leur communication avec les autorités, sans que je puisse leur demander leur accord pour l’utilisation de ces données pour ma recherche.

Alors, comment pourrait-on (et devrait-on) anonymiser les données biographiques ? Cette question ne se limite pas à l’histoire mais concerne les sciences sociales dans leur intégralité. Pour Alexia Meyermann et Maike Porzelt, préserver l’anonymat signifie enlever toute information permettant d’identifier des personnes concrètes [4].

Quelques éléments pour faciliter l’anonymisation : 1) lorsqu’il s’agit d’une anonymisation formelle, il est important de supprimer les critères d’identification tels que le nom etc., 2) dans le cas d’une anonymisation factuelle, les données doivent être modifiées, de sorte que l’identification de la personne demande beaucoup d’effort, enfin, 3) s’il s’agit d’une anonymisation absolue, la reconnaissance doit être impossible [5]. Ainsi, il est possible d’occulter partiellement ou intégralement certaines informations ; certaines données peuvent être agrégées ou des caractères peuvent être remplacés. Il est en outre judicieux d’inclure ces réflexions lors du regroupement et de la transcription des données, car les différentes formes d’anonymisation peuvent être laborieuses.

Pour et contre l’anonymisation des données scientifiques

De mon point de vue, il est difficile de trancher le débat pour ou contre l’anonymisation des acteurs du XIXe ou des siècles précédents. Mes discussions avec Anette Schlimm révèlent une multitude d’arguments – pour et contre – à pondérer éventuellement au cas par cas.

Contre l’anonymat / l’anonymisation

  • Pas d’obligation de protection des données ou de disposition légale concernant les archives pour les études du XIXe siècle
  • Perte d’informations
  • Nécessité de catégories (pauvreté, appartenance religieuse) pour mener à bien une recherche
  • Brouille l’analyse
  • Difficile contrôlabilité de la recherche (côtes d’archives contenant des noms)
  • Entrave l’utilisation et la gestion des données scientifiques
  • Perturbe la clarté de l’exposé
  • Plus grande charge de travail

Pour l’anonymat / l’anonymisation

  • Préserve le droit individuel
  • En fonction du corpus de sources, l’anonymat peut être un avantage
  • Empêche le jugement historique (déviance, maladie, morale) de personnes nommées
  • Les données complètes n’ont pas forcément plus de valeur (d’analyse)
  • Protection des descendants, notamment dans le cas d’analyses microhistoriques
  • Les initiales ou pseudonymes peuvent aussi être suffisants
  • Réflexion autour de la propre collecte et analyse de données
  • L’histoire orale ou les sciences sociales qualitatives fournissent de bons référentiels

Trouver des solutions pratiques et éthiques pour la recherche

Actuellement, je teste différentes variations. Ainsi, dans un chapitre de mon étude, j’ai cité les migrant·es seulement avec leur prénom et la première lettre de leur nom de famille, et j’ai adapté les côtes archivistiques. Malgré la citation écourtée, les cartons sont retrouvables. Cependant, ce genre de référencement me paraît peu adapté aux études longues et correspond mieux au format d’un article ou d’un billet de blog. En revanche, je considère qu’il n’est pas indispensable d’anonymiser les individus lors de communications académiques.

Et que faire de ma base de données ? Pour mon projet de recherche, j’ai rassemblé les données biographiques de personnes qui se sont installées en Alsace et dans le Schleswig et Holstein danois au début du XIXe siècle. Les données de cette recherche seront disponibles en libre accès pour d’autres chercheurs (j’explique dans ce billet pourquoi c’est important).

Avant de publier cette base de données je vais soit anonymiser les individus partiellement, ou restreindre l’accès.

Il n’y a sans doute pas de réponse claire ou de vérité absolue concernant le traitement d’acteurs historiques. Je considère que les historien·ne·s devraient expérimenter avec les différents moyens dont ils disposent, réfléchir à leurs pratiques et échanger entre eux.

Ainsi, Anette Schlimm (voici son billet à ce sujet) et moi-même avons hâte de lire vos commentaires et précisions.

[1] Par exemple la charte de protection des données qui a été le sujet de beaucoup de débats entre les bloggueuses et bloggueurs au sein d’Hypotheses, en 2018.

[2] Wierling, Dorothee : Fünfundzwanzig Jahre : Oral History, in WerkstattGeschichte 75 (2017), 83-88, p.86. Voir aussi : Fondation Heinrich Böll [en ligne], URL : https://www.boell.de/de/2018/10/31/erfahrungen-mit-oral-history, Berlin 2018.

[3] Id.

[4] Meyermann, Alexia / Porzelt, Maike [en ligne], URL : https://www.forschungsdaten-bildung.de/get_files.php?action=get_file&file=fdb-informiert-nr-1.pdf

[5] Ibid.

Benoit Vaillot

Doctorant en histoire Arche EA 3400 (Université de Strasbourg) / PhD Researcher (European University Institute, Florence). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

More Posts - Website - Twitter - Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.