Les frontières au programme du secondaire : quelques réflexions

Le nouveau programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale met à l’honneur les frontières en introduisant, avec le thème 3, l’étude des divisions politiques du monde. Nous ne pouvons qu’accueillir favorablement cette nouveauté, même si elle apparaît mal conçue et peu ambitieuse.

Extrait du Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale

L’étude des frontières est en effet indispensable à la compréhension des enjeux contemporains, tant le fait étatique s’est imposé au cours de l’histoire. Ce sont les frontières politiques que les professeurs sont amenés à enseigner en Première générale, et non les frontières au sens large — qui inclurait leurs dimensions économiques, sociales, culturelles, etc. Il paraît néanmoins difficile d’y échapper : comment aborder les formes, les dynamiques et les enjeux associés aux frontières sans étudier ces aspects autres que politiques  ?

Le programme vise principalement à faire comprendre aux élèves que les frontières, loin de se réduire à des murs, obéissent à une fonction interne de cohésion intérieure et à une fonction externe de différenciation, qu’elles sont à la fois un espace de séparation et de contact. Le Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale conseille de consacrer environ 25 heures à l’enseignement de ce thème en suivant deux axes principaux :

— « Tracer des frontières, approche géopolitique » ;

— « Les frontières en débat ».

La compréhension des enjeux contemporains étant au cœur du programme de la classe de Première, il n’est pas étonnant que l’introduction commence par aborder la question des frontières dans le monde d’aujourd’hui. Il suffit de considérer le XXe siècle dans son ensemble pour constater leur multiplication et le triomphe de la forme politique de l’État-nation. Une approche géographique multiscalaire variant les exemples peut facilement aboutir à une première typologie des frontières, en fonction de leur degré d’ouverture ou de fermeture, et mettre en lumière des espaces transfrontaliers.

Les jalons qui servent de support à l’évaluation en contrôle continu (contrôle en cours de formation) témoignent du manque d’ambition du thème 3 « Étudier les divisions politiques du monde : les frontières » et, surtout, d’une ignorance manifeste de la production scientifique en histoire, géographie et sciences politiques au profit d’une approche superficielle et trompeuse.

Si l’on en croit le premier axe, le tracé des frontières obéit à trois fonctions : se protéger, se partager des territoires et séparer deux systèmes politiques ; ces dimensions sont successivement envisagées à travers l’étude du limes rhénan, de la conférence de Berlin et de « la frontière entre les deux Corées ».

Le cas du limes rhénan vise à illustrer la dimension protectrice de la frontière, qui sépare l’empire romain du monde germanique qualifié de « barbare ». Les limes romains n’ont pas seulement une fonction de protection et ne peuvent être assimilés à une frontière. On doit lui préférer l’emploi de « limite », mot qui est d’ailleurs utilisé jusqu’à la Révolution française dans le sens que nous donnons aujourd’hui à  « frontière ». L’archéologie a récemment démontré que le limes rhénan n’était pas militarisé sur toute sa longueur et qu’il était aussi un important espace d’échanges économiques entre les mondes gallo-romain et germain. On pourrait utiliser cet exemple pour illustrer la notion de séparation et de contact exigée par le programme. Il est par ailleurs regrettable qu’un seul jalon soit consacré aux formes de frontière d’avant l’époque contemporaine, d’autant plus que le limes romain n’est guère représentatif. D’autres formes que l’on peut retrouver aujourd’hui, comme les zones frontalières, les marches, les marges, etc., ne sont pas obligatoirement étudiées par les élèves et leur professeur ; c’est bien dommage.

La conférence de Berlin est proposée pour aborder les frontières qui partagent des territoires. Ce choix est particulièrement problématique. Depuis plus d’un demi-siècle, l’historiographie déconstruit l’idée d’un découpage territorial de l’Afrique qui aurait été effectué à l’occasion de la conférence internationale de Berlin en 1885 ; or le programme impose de l’enseigner ! L’image de diplomates, confortablement assis dans un fauteuil en train de découper le gâteau africain, est certes familière ; mais elle ne correspond pas à la réalité historique. La conférence de 1885 a été le moment où ont été établies les règles de la conquête coloniale et, en aucun cas, celui du tracé des frontières. L’idée de délimitation à la règle sur une carte géante de l’Afrique est un mythe : c’est sur le terrain que le continent a été essentiellement partagé selon des principes établis à Berlin (occupation effective, notification officielle aux autres puissances, etc.). En outre, Michel Foucher il y a bien longtemps, Camille Lefebvre et Vincent Hirribaren plus récemment — pour ne parler que des francophones — ont démontré que les frontières coloniales en Afrique n’avaient pas été tracées sans ignorer complètement les populations et les enjeux locaux.

Illustration du mythe du partage de l’Afrique lors de la conférence de Berlin (1885)

Le choix de la frontière intercoréenne, quant à lui, est gênant à plus d’un titre. Tout d’abord, on peut contester que ce soit une frontière, puisqu’il s’agit d’une « zone démilitarisée », figeant le front au moment de l’armistice de Panmunjeom qui mit fin à la guerre de Corée (1950-1953). La paix n’a toujours pas été instaurée entre la République de Corée (Corée du Sud) et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord). Aucune des deux parties ne reconnaît de jure la souveraineté de l’autre puisque chacune revendique la souveraineté sur l’ensemble de la péninsule coréenne, de même que sur certaines îles japonaises. Plutôt que de prendre le cas de cette frontière pour illustrer la séparation entre deux systèmes politiques, les rédacteurs du programme auraient été mieux inspirés de proposer un jalon permettant d’étudier la frontière comme lieu de séparation de deux souverainetés. Dans son sens politique, la frontière est la limite spatiale de la souveraineté — souveraineté qui peut prendre des formes politiques variées. On serait presque tenté d’y voir un refus de l’emploi du mot souveraineté en raison d’une manipulation politique de son contenu (cf. souverainisme).

Dans le second axe (« Les frontières en débat »), il s’agit de « reconnaître » et « dépasser » les frontières. Pour ce faire, les concepteurs du programme proposent de s’attarder sur la frontière germano-polonaise de 1939 à 1990 et le droit de la mer. On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit à choisir cette frontière, tant la question suppose une culture historique et géographique qui ne peut se résumer à quelques Dessous des cartes. Et pour quelle finalité ? Une fois encore, un jalon intéressant et plus abordable aurait pu être conçu autour des frontières de l’Allemagne de 1918 à nos jours. Cela aurait permis de poser la question des limites de l’État-nation à l’époque nazie, puis lors de la Seconde guerre mondiale et durant la guerre froide, lorsque l’Allemagne était divisée. Le mur de Berlin, frontière de facto, aurait aussi permis d’aborder la problématique des frontières fermées.

Le fait d’imposer le droit de la mer comme exemple de « dépassement des frontières » est assez curieux. On peut y voir en effet, au contraire, la victoire d’une conception territoriale appliquée aux espaces maritimes et côtiers. De plus, le droit de la mer est présenté comme « identique sur l’ensemble des mers et des océans », ce qui est rigoureusement faux : il suffit de prendre la mer Méditerranée comme cas d’étude pour le démontrer.

Seule la proposition de se focaliser sur les frontières internes et externes de l’Union européenne, objet d’un « travail conclusif » pour le thème 3, semble pertinente à nos yeux. Les jalons y sont cohérents et adéquats ; ils abordent les frontières de l’Europe de Schengen, celles d’un État adhérent (qui peut faire l’objet d’un beau cas d’étude), et les espaces transfrontaliers intra-européens permettant d’évoquer les coopérations transnationales, ainsi que leurs limites.

Bien que les finalités du programme d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques de Première générale soient différentes de celles que l’on peut attendre à l’Université, il est inquiétant de retrouver dans un Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale des contresens scientifiques et des erreurs manifestes. La dissolution de la méthode historique et géographique dans une discipline élargie aux sciences politiques et à la géopolitique n’est certainement pas étrangère à cet état de fait. Avant d’exprimer un avis définitif, nous attendrons de voir ce que proposeront les manuels — si l’on dispose d’une bonne direction scientifique, il est très facile de contourner les écueils pointés tout en respectant le programme — et ce qu’en feront les professeurs, qui ont l’habitude de s’adapter.

Benoit Vaillot

Doctorant en histoire (EHESS, Paris) / Arche EA 3400 (Université de Strasbourg). PhD Researcher (European University Institute, Florence). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

More Posts - Website - Twitter - Facebook


6 réflexions sur « Les frontières au programme du secondaire : quelques réflexions »

  1. FRANCOIS LEPOUTRE

    Cher Monsieur,
    merci pour cet éclairage. Je suis un professeur d’histoire à Paris et je me lance dans la préparation du programme de Spé.
    En ce qui concerne les jalons je suis assez surpris par le caractère très spécifique et restreint proposé à l’étude…
    Pour le limes Rhénan par exemple il me paraît délicat de réduire la question des limites de l’empire (longtemps en expansion) à cette portion..
    Je suis étonné qu’il n’y ait pas de jalons sur la questions des marche, des zones tampons…
    “Pour se partager des territoires : la conférence de Berlin et le partage de l’Afrique.” La totalité des sources que j’ai consultées indiquent que la conférence n’a pas fixé de frontières mais établie des règles d’exploitation et de relations entre puissances coloniales.
    Vous pensez qu’il n’est pas question de colonialisme… je pensais tout de même évoquer la question de l’exploration et des modalités d’appropriation/conquête. j’imagine qu’un petit arrêt sur Stanley et Brazza pourrait nourrir l’imagination de mes élèves (qui ne sont qu’en première)… Je me disais aussi qu’il fallait traiter de la question des rivalités d’influence des puissances européennes en Afrique de l’ouest.
    Pour la frontière germano-polonaise de 1939 à 1990 entre guerre et diplomatie je suis aussi assez dérouté. Ce thème me paraît très précis et complexe…. L’intitulé oriente vers la question de la reconnaissance des frontières. Comment aborder à la fois les controverse politico-juridiques de 1945 et celles liées au processus de rétablissement de l’unité nationale et étatique de l’Allemagne
    (novembre 1989) en deux heures…
    Nous disposons de 24 heures pour aborder l’introduction et les cinq jalons des deux axes.
    Cela signifie que nous avons à peu près deux heures pour chaque point :
    le Limes en 2 heures
    la conférence de Berlin en 2 heures
    etc…

    Un autre thème : “Une puissance qui se reconstruit après l’éclatement d’un empire : la Russie depuis 1991” aurait mérité une approche par la question des frontières… mais comment l’intégrer

    Il nous est demandé de faire faire des exposés, fiches de lectures, dossiers documentaires. Avez-vous des sites ou des ouvrages accessibles aux élèves à me recommander?
    Il y a tellement de thèmes, de jalons, sur des problématiques et des périodes historiques si différentes. -La démocratie, Religion-Etat, les médias, la démocratie, l’affirmation et le déclin de puissances internationales.
    C’est un véritable défi, j’ai peur de ne pouvoir pas avoir assez de l’été pour tout maîtriser.
    François

    Répondre
    1. Benoit Vaillot Auteur de l’article

      Cher Monsieur,

      Bien que le programme soit mal fait, les professeurs devraient quand même — selon moi — parler des marches, marges et zones tampons, etc. qui ont fait office de frontière au fil du temps. Précisément, le limes n’est pas tout à fait une frontière, et sur certaines portions, c’est même nettement une marche militaire. Un bon exemple de frontière non-linéaire est la frontière anglo-écossaise au Moyen-Âge, cela prend la forme d’un espace peu peuplé, où les razzias de part et d’autre sont nombreuses. C’est pourquoi, on y a élevé des moutons plutôt que de cultiver la terre. Encore aujourd’hui, les “borders” forment une région qui démarque fortement l’Angleterre de l’Écosse.

      Je pense sincèrement que si vous commencez à parler de la colonisation avec la conférence de Berlin, vous allez vous perdre et ne pas vous en sortir, le programme invite à enseigner cet événement de façon géopolitique, et non historique (comme pour la conférence de Yalta). Et le problème de traiter de la colonisation, et non des sociétés coloniales, c’est que l’on a une tendance à minimiser le point de vue des (futurs) colonisés : dans tous les cas, ça n’intéresse pas ceux qui sont à l’origine du programme, sinon il y aurait plus de temps alloué. Pour être tout à fait honnête, je ne vois pas ce que viendraient faire Stanley et Brazza, à moins de considérer qu’ils sont une sorte d’application des règles qui seront ou ont été fixées à Berlin. Peut-être, pourrait-on faire un cas d’étude sur la crise de Fachoda en 1898 où la France cherche à étendre les frontières de son empire colonial à l’Est (pour former un axe Dakar-Djibouti) avec la mission Marchand, mais bute sur la Grande-Bretagne qui, à travers l’Égypte sous sa domination, souhaite s’étendre vers le Sud (pour former un axe Le Caire-Le Cap). Ce serait ainsi l’occasion de parler du mahdisme et des populations locales qui n’ont pas fait que regarder les Européens avancer dans la région ; des armées européennes composées en réalité de troupes coloniales ; des explorations à des fins militaires et scientifiques ; des prises de position conformément à la conférence de Berlin ; etc. Mais là encore, cela demande beaucoup de travail aux professeurs, je serais curieux de voir ce que peuvent proposer les manuels à ce sujet. Si un jour, on me propose de me pencher sur la question, je reviendrai en parler sur le carnet.

      Pour ce qui est de la question des frontières de la Pologne, c’est en effet complexe. La Pologne est partagée en 1939 en vertu du pacte germano-soviétique — comme cela a toujours été le cas lorsque les Allemands se sont entendus avec les Russes pour avoir une marge en guise de frontière. Elle redevient indépendante en 1945 mais au prix d’un déplacement de ses frontières qui a mobilisé l’ensemble de la nation polonaise : combien de centaines de milliers de personnes ont émigré de territoires anciennement polonais pour se retrouver dans des territoires ayant toujours été peuplés par des Allemands (et qui ont donc dû partir) ? La Pologne est un bel exemple de construction radicale de l’État nation avec des frontières excluant les non-nationaux et incluant ses nationaux. La question de la reconnaissance des frontières est en effet complexe, longtemps la République fédérale d’Allemagne a réclamé les frontières de 1938. Le traité 4 +2 de 1990 devrait être étudié, car ce n’est ni plus, ni moins, que le règlement de la question des frontières pour ce qui concerne l’Allemagne et la Pologne depuis la Seconde guerre mondiale. Faire tout ça en deux heures, cela me parait fou, j’en conviens avec vous.

      Si vous voulez intégrer la question des frontières au thème « Une puissance qui se reconstruit après l’éclatement d’un empire : la Russie depuis 1991 », il suffit de parler des frontières des républiques de l’Union soviétique, de montrer que les indépendances ont été proclamées en fonction de ces frontières soviétiques — et non selon des critères « ethniques » —, et qu’aujourd’hui la Russie essaye de retrouver son influence dans le cadre de ses anciennes frontières soviétiques, mais pas plus loin — elle n’en n’a pas les moyens. Il faudra quand même souligner que les anciennes républiques soviétiques baltes ont réussi à échapper à l’influence russe, tandis que les autres républiques sont toutes dans le giron russe à travers des organisations de coopération économique et militaire : l’Ukraine est tiraillée entre l’exemple balte et le chemin suivi par les autres anciennes républiques soviétiques ; un bout de son territoire (la Crimée) a même été annexé par la Russie.

      À des fins pédagogiques, je conseille toujours « Le dessous des cartes », et je vous invite à acquérir les dossiers relatifs aux frontières de la Documentation française, ça vous fera gagner du temps et vous y trouverez de nombreux cas d’études utiles. Ce que couvre ce point de programme est gigantesque, mais, en même temps, est marqué d’un certain « crétinisme géopolitique » qui traite de façon peu ambitieuse le sujet. Si l’on reste focalisé sur cette approche géopolitique, on ne perd pas tant de temps que ça, même si les élèves, eux, y perdent en esprit critique, compréhension et complexité.

      En espérant vous avoir été utile.

      Répondre
        1. Benoit Vaillot Auteur de l’article

          Cher Monsieur,

          J’appelle « crétinisme géopolitique » le fait de réduire toute réflexion au sujet des frontières à la seule dimension géopolitique. L’histoire et la géographie de façon plus générale apportent d’autres approches qui me semblent bien plus utiles et intéressantes pour comprendre les frontières. Il faut se méfier de l’approche géopolitique qui apporte souvent des réponses simples à des questions complexes. Par ailleurs, l’expression renvoie à Marx.

          Bien à vous.

          Répondre
  2. Ariel Dahan

    Ce n’est hélas pas la première fois que de tels contresens sont imposées à nos enfants. La vision de la souveraineté est inexistante. De même, la vision de la politique dite ‘coloniale’ est restée bloquée au stade de l’excuse…
    Bref grande inquiétude pour la compréhension du rôle de l’histoire dans la construction mentale des élèves.
    bon courage.
    Ariel Dahan, Avocat

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.