Il est des lieux où souffle l’esprit

Au XIXe siècle, le pèlerinage catholique de la colline de Sion, au sud de Nancy, attire chaque année des foules impressionnantes venant de toute la Lorraine, et même au-delà. Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, le pèlerinage ne faiblit pas, mais il revêt une signification supplémentaire : l’espérance dans le retour de la France. En effet, une partie des pèlerins est devenue allemande à la faveur du traité de Francfort ; pour eux, faire le pèlerinage, c’est désormais franchir une frontière.

C’est pourquoi, le 8 septembre 1873, les pèlerins mettent l’Alsace et la Lorraine sous la protection de Marie, à qui ils confient leur « espoir » et leur « confiance ». Une plaque apposée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en témoigne (ci-dessous). Ils proclament leur foi en Dieu et en la patrie, ce qui est, pour eux, plus ou moins la même chose. Une croix de Lorraine brisée symbolise la patrie mutilée par la nouvelle frontière, mais elle est coiffée de quelques mots dans le patois parlé à Dieuze : « ce n’ame po tojo ». Ce vœu engage l’avenir et promet que « ce n’est pas pour toujours ». Tous attendent la résurrection de la patrie, une notion faussement familière, qui recoupe en France, dans des proportions variables, jusqu’au début du XXe siècle à la fois la petite patrie (Lorraine), la grande patrie (France) et la patrie du ciel (le royaume de Dieu).

Carte postale vendue à la basilique Notre-Dame-de-Sion au tournant du XXe siècle

Cette promesse résonne tout au long de la frontière, lorsque les populations se souviennent de la guerre et de sa terrible conséquence : la frontière. Maurice Barrès la fera connaître au reste de la France dans La Colline inspirée [1]. La Première guerre mondiale engloutit la mémoire de la guerre de 1870, guerre durant laquelle Lorrains comme Alsaciens n’ont tous pas porté le même uniforme. Et pourtant, la promesse n’est pas oubliée, lors d’une cérémonie, présidée par Maurice Barrès, une nouvelle plaque est posée dans la basilique Notre-Dame-de-Sion en 1920 : « ce n’ato me po tojo ». Les pèlerins de 1920 répondent à ceux de 1873 en clamant « ce n’était pas pour toujours » et en ajoutant sur la croix de Lorraine brisée, une palme aux couleurs tricolores, comme pour panser une blessure.

Et pourtant, la plaie s’est rouverte, durant la Seconde guerre mondiale, avec l’annexion de fait de la Moselle et de l’Alsace par l’Allemagne. Mais la promesse de 1873 lie toujours les vivants et les morts, et c’est ainsi qu’en 1946, une nouvelle croix de Lorraine est ajoutée, sur laquelle a été gravé « estour inc po tojo ». Enfin, la Lorraine et la France ne seront plus jamais amputées : « c’est maintenant pour toujours ».

Le temps passe, la promesse reste. Les ennemis d’hier, qui en voulaient à l’unité de la patrie, ont changé ; ils sont devenus les amis des Lorrains, comme de tous les Français. Ainsi, lors du centenaire du vœu de 1873, une nouvelle plaque, plus sobre que les autres, est-elle ajoutée : « Réconciliation – 1973 ». Après trois guerres, quatre changements de frontière entre la France et l’Allemagne, et autant de changements de nationalité pour les Alsaciens et les Lorrains, en seulement moins d’un siècle, on peut dire que la promesse a bien été tenue. Maurice Barrès l’avait bien ressenti : « il est des lieux où souffle l’esprit », et la colline de Sion en est un.

Photographie des plaques, propriété de ty-az

[1] Maurice Barrès, La Colline inspirée, Émile-Paul Frères, Paris, 1913.


Benoit Vaillot

Ph.D. Researcher (European University Institute, Florence) / doctorant en histoire (EHESS, Paris). Chercheur associé Arche EA 3400 (Université de Strasbourg). Coordinateur du séminaire doctoral "Nationalism Working Group" hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.