Archives mensuelles : novembre 2017

La frontière comme refuge

Au XVIIIe siècle, le château de Cirey (Cirey-sur-Blaise, aujourd’hui en Haute-Marne) a accueilli un invité exceptionnel : Jean-François Marie Arouet, plus connu sous le nom de Voltaire. Le philosophe avait été contraint de s’enterrer aux confins du royaume de France après la publication en 1734, à son insu, des Lettres Philosophiques. Il y vécut jusqu’en 1749 en compagnie de sa maîtresse, Émilie du Châtelet, propriétaire de la demeure et grande scientifique.

Mais, la plus grande qualité du château est moins son hôte que sa localisation. Il est situé non loin du duché de Lorraine, alors encore indépendant du royaume de France, quoique voué à disparaître. Aux marges de la France, Voltaire et Émilie du Châtelet vivent librement leurs amours et leurs études. Et si la disgrâce royale venait à frapper le philosophe pour ses écrits ou qu’une quelconque menace fondait sur lui, il n’aurait qu’à tailler promptement la route — éventualité à laquelle il s’était d’ailleurs préparé :

« Je suis actuellement sur les frontières de France avec une chaise de poste, des chevaux de selle, et des amis, prêt à gagner le séjour de la liberté, s’il ne m’est plus permis de revoir celui du bonheur » [1].

À partir de 1759, Voltaire s’installe à Ferney (Ferney-Voltaire, aujourd’hui dans l’Ain), où il est encore affaire de château, puisqu’il en reconstruisit un dans le hameau décati. Mais que faire si loin de Paris, avec, cette fois-ci, quelques paysans pour seule compagnie ? S’y réfugier, pardi ! En effet, à moins de 500 mètres de la demeure du philosophe terminait le royaume de France et commençait le canton de Genève (Confédération helvétique).

Bien qu’ayant voyagé dans toute l’Europe et traversé un grand nombre de frontières sans difficultés majeures, Voltaire avait une conscience aiguë de ce qu’étaient les limites de la souveraineté, si bien qu’il aimait s’y abriter, à bonne distance du pouvoir royal.

[1] Voltaire, Œuvres complètes, Garnier, 1883, tome 33, p. 596.