Archives de catégorie : Varia

France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires.

Le musée de l’Armée à Paris organise du 13 avril au 30 juillet 2017 une importante exposition sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, la Commune et leurs mémoires. L’exposition témoigne du regain d’intérêt historiographique pour le second XIXe siècle et en particulier de la guerre de 1870, dont l’importance dépasse la seule histoire franco-allemande comme le rappelle, à juste titre, le président du comité scientifique, Jean-François Chanet [1].

La première partie de l’exposition traite de la guerre et de ses origines. Sa muséographie est assez frustrante. Si une excellente infographie résume habilement en dix minutes tout ce qui doit être retenu des aspects militaires de la guerre de 1870, on peut déplorer la faible part accordée à l’expérience des populations, les Parisiens mis à part. Plusieurs documents et objets (carte de ravitaillement, cornes du dernier bœuf tué pour l’alimentation à Paris, sabre-hachette artisanal, etc.) évoquent leur vie lors des deux sièges : la faim, le froid, la résistance. L’exposition reflète ici les lacunes historiographiques actuelles : par exemple, l’occupation allemande de la France, qui court jusqu’en 1873 pour les départements de l’Est, n’est quasiment pas abordée. Quelques photos inédites de Metz assiégé nous laissent sur notre faim. On s’étonne de la place démesurée accordée aux canons Krupp et à la mitrailleuse Bollée [2] , que seule la mise en valeur des fonds du musée de l’Armée peut expliquer. L’historien s’amuse ici ou là — tout en reconnaissant leur valeur pédagogique — de la présence du nécessaire à pharmacie de Napoléon III ou encore de ses calculs rénaux… La diversité des uniformes militaires exposés suggère aux visiteurs que la guerre de 1870 a déployé un grand nombre d’unités, tant du côté français — garde impériale, garde nationale mobile, volontaires garibaldiens, francs-tireurs, etc. — que du côté allemand où chaque État dispose de son armée avec ses traditions militaires propres. Ainsi, 25 nuances de casques à pointe feront la joie des passionnées d’histoire militaire… Les aspects « spectaculaires » (destructions, violences, ruines, etc.) sont bien mis en valeur dans l’exposition comme dans le catalogue [3] : la photographie du franc-tireur brûlé vif laisse le visiteur sans voix.

Elle attend

La seconde partie de l’exposition se concentre sur les mémoires nombreuses et contradictoires de « l’Année terrible ». La collaboration du musée de l’Armée avec différents musées allemands permet de rassembler et de confronter des peintures, parfois sur le même sujet, d’Anton von Werner ou de Wilhelm Trübner à celles d’Alphonse de Neuville ou d’Édouard Détaille. L’admiration et l’influence réciproques de ces peintres de la nation en guerre sont perceptibles dans cette exposition. On approche avec finesse la peinture d’histoire de cette époque, qui n’est pas aussi triomphale et dominatrice que les discours nationalistes trop souvent plaqués sur elle le laissent croire [4]. La subtilité a aussi présidé au traitement de la Commune, indissociablement liée à la guerre. On sait gré aux membres du comité scientifique de n’avoir pas cédé aux tentations d’une mémoire militante qui en vient parfois à oublier le contexte de la guerre et à nier le poids du patriotisme du petit peuple de Paris dans le déclenchement de l’insurrection. Le souvenir des provinces perdues prend, lui, une place modeste en raison de l’existence d’une salle déjà consacrée à l’Alsace-Lorraine dans l’exposition permanente du musée de l’Armée. Cependant, à notre grande joie, le musée Jean-Jacques Henner a bien voulu prêter son chef d’œuvre L’Alsace. Elle attend (ci-contre). Les lieux de mémoire du conflit, français comme allemands, occupent aussi une place importante.

Le catalogue est par ailleurs remarquable. La moitié de ses 300 pages est consacrée aux essais, de grande qualité, des membres du comité scientifique et des commissaires. Mareike König réussit l’exploit de faire « comprendre la formation de l’Allemagne », et Michel Hau d’en résumer l’histoire économique et sociale de 1820 à 1870, en 6 pages seulement ! Plusieurs contributions (François Lagrange, Jean-Claude Yon) croisent les regards franco-allemands sur la culture de la nation rivale, tandis qu’Éric Anceau dresse un état des lieux historiographique des origines de la guerre. Gilles Pécout souligne la dimension pan-européenne de la guerre de 1870 à travers l’engagement des volontaires garibaldiens. Les aspects militaires ne sont pas oubliés avec les textes de Christophe Pommier et Robert Tombs. Les mémoires françaises (Cécile Champy-Vinas, François Robichon), allemandes (Éric Necker) et socialistes (Mathilde Benoistel) font l’objet de contributions spécifiques qui complètent et servent bien l’exposition. On regrettera seulement les nombreuses erreurs de la cartographie dans un catalogue de belle facture.

Cette exposition a le grand mérite de mettre en lumière une période de l’histoire française, allemande et européenne qui reste méconnue, ensevelie sous les mémoires des deux guerres mondiales. Au sortir du parcours proposé, un immense regret envahit l’historien : François Roth, qui a tant apporté à l’historiographie de la guerre de 1870, est décédé pendant la préparation de l’exposition. Son esprit semble accompagner le visiteur tout au long de ce voyage dans le passé.

[1] Jean-François Chanet, « La guerre de 1870-1871 et l’équilibre européen », pp. 137-143 in Catalogue de l’exposition.

[2] D’autant plus que cette arme a été peu et/ou mal employée, et n’a joué aucun rôle particulier (contrairement aux canons Krupp).

[3] Voir notamment Sylvie Le Ray-Burimi, « « Comme un rêve de pierres ». Ruines et oubli de la guerre de 1870-1871 », pp. 90-96 ; Bertrand Tillier, « Spectaculariser l’Année terrible », pp. 114-120, idem.

[4] Voir à ce sujet : Katja Prott, «  Guerres et nation dans la peinture allemande, 1864-1871 », pp. 104-110 in Catalogue de l’exposition.

Relire Renan

Je viens de terminer Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi — dont je conseille la lecture —, qui débute par une formule pleine d’amertume et qui renseigne sur le parcours identitaire de l’auteur : « L’exception française c’est d’être français et de devoir le devenir » [1]. Cette phrase a retenu mon attention car elle résume plus justement la conception française de la nation que les (creux) discours politiques actuels.

La conception théorisée par Ernest Renan lors d’une fameuse conférence donnée en Sorbonne en 1882 — intitulée Qu’est-ce qu’une nation ? [2] — est celle que le discours républicain défend en France depuis la fin du XIXe siècle. On qualifie classiquement cette conception de « subjective » ou « élective », car on y choisit son appartenance nationale, et on l’oppose à la conception allemande de la nation, dite « objective » ou « ethnoculturelle », dans laquelle l’appartenance nationale n’est pas choisie mais déterminée par l’ethnicité [3].

Mais plutôt que de soutenir l’opposition entre deux conceptions de la nation, l’historien préfère parler d’un débat entre deux idéaux-types, car ils ne résistent pas toujours à l’historicisation. Ce débat est partie prenante de l’histoire de la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919 : chaque État revendique l’Alsace et la Lorraine selon le discours national qu’il porte, ou que l’on porte pour lui. Il revêt aussi une dimension plus générale, au point qu’il est (faussement) familier dans la vie politique française.

En France, on se plaît à invoquer Renan lorsque que l’identité nationale est questionnée, et à raison. Mais le fait-on correctement ? On récite en effet comme des mantras certains passages de Qu’est-ce qu’une nation ? On rabâche un vocabulaire dont le sens s’est perdu : « vivre ensemble » — auquel on ajoute parfois un tiret, absent chez Renan —, « plébiscite de tous les jours », etc. Si bien que sa conception éminemment politique de la nation se trouve pervertie au profit d’un discours incantatoire, selon lequel on intègrerait la nation dès lors qu’on en manifesterait un semblant de volonté.

Cette conclusion, plus qu’un raccourci, est intellectuellement malhonnête, et à l’origine de bien des frustrations que Magyd Cherfi décrit dans son ouvrage. Si l’on peut rentrer dans la nation française pour Renan, c’est au prix d’une grande exigence :

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses, qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. » [4]

Ce « désir de vivre ensemble » n’est pas contractuel, ni le fruit d’une délibération, mais l’appropriation d’un passé et d’un héritage. Ce passé et cet héritage sont nécessairement sélectifs car il s’agit d’oublier tout ce qui peut être ferment de conflits présents et à venir : « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation » [5]. La nation chez Ernest Renan « suppose un passé » [6], car nous naissons dans un monde déjà vieux. C’est la condition nécessaire pour se projeter politiquement ensemble. Elle implique donc un rapport au temps très différent de celui de la conception ethnoculturelle, où l’ethnicité est permanence.

Alors que l’on s’attendrait, chez un démocrate qui s’engage dans un plaidoyer universaliste, à une référence aux vertus civiques des Athéniens du ve siècle avant notre ère, Renan prend précisément le contre-pied et loue le chant spartiate : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » [7]. Cet exemple n’est pas pris au hasard : les Spartiates se nomment Ὅμοιοι (homoioi), c’est-à-dire semblables — et non égaux. L’on peut ainsi entrer dans la nation à condition d’être semblable, à condition de se ressembler ; à condition de s’assimiler. Il défend plus loin que la nation se prouve par les sacrifices et l’abdication de l’individu au profit de la communauté. A contrario, il n’est pas possible de s’assimiler à une nation qui se définit par la « race », l’« ethnie », le « sang » ; malgré l’acquisition d’un patrimoine national, on y reste à jamais étranger.

Selon la conception française de la nation : « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes » [8]. Il n’en reste pas moins que tout impétrant — qu’il naisse ou non sur le sol national, de parents nationaux ou non [9] — doit s’assimiler à ce qui lui préexiste. Ainsi Magyd Cherfi synthétise-t-il bien cette conception française de la nation dont les racines courent jusqu’au XIXe siècle : « L’exception française, c’est d’être français et de devoir le devenir ».

Il faut relire Renan.

[1] Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, Actes Sud, 2016, p. 4.

[2] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[3] Johann Gottlieb Fichte, dans son Discours à la nation allemande, est la figure de proue de cette conception de la nation.

[4] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[5] Idem.

[6] Ibid.

[7] Cité in Ernest Renan, op. cit.

[8] Ernest Renan, op. cit.

[9] Ce qui ne veut pas dire que tous les impétrants sont égaux entre eux. Il est illusoire de nier qu’une immense partie de nationaux nés sur le sol national, de parents nationaux, ont des facilités évidentes à entrer dans la nation par rapport aux autres.