L’île de la concorde

Sur la rivière Bidassoa qui délimite la frontière entre la France et l’Espagne, en aval du pont qui relie Hendaye (France) à Behobia (Espagne), quelques kilomètres avant la baie de Chingoudy, on aperçoit une petite île d’une superficie inférieure à un hectare, qui jouit d’un statut peu commun. Cette île, c’est l’Île des Faisans (Isla de los Faisanes en espagnol), aussi appelée Île de la Conférence en raison de son histoire, elle aussi, peu commune.

ile_de_la_conference_google_earth

Vue satellite (Google Earth) de l’Île des Faisans, 23/10/2014

Sur cette île, le 7 novembre 1659, Louis XIV de France et Philippe IV des Espagnes, au terme d’une conférence diplomatique, concluent la « Paix des Pyrénées » qui met fin à la guerre franco-espagnole. Cette paix donne lieu à un traité qui, outre le règlement des relations franco-espagnoles, fixe la limite séparant le royaume de France des possessions de la monarchie espagnole aux monts Pyrénées [1]. La couronne espagnole abandonne le Roussillon à la couronne de France, ainsi que d’autres territoires à la taille plus modeste situés au nord de la barrière montagneuse. Le roi de France, quant à lui, renonce à sa prétention d’annexer la Catalogne. En 1660, un mariage y est convenu entre Louis XIV et l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche.

ile_de_la_conference

L’isle de la conférence où la paix generalle a esté conclue entre la France et l’Espagne le 7 novemb. 1659 : [estampe]

Le traité des Pyrénées donne à la France et à l’Espagne une des frontières les plus stables de l’histoire moderne et contemporaine, et la plus stable de leurs histoires respectives. L’annexion française de la Catalogne entre 1812 et 1814 mise à part, la limite des Pyrénées comme séparation de la souveraineté française et de la souveraineté espagnole n’a pas été remise en cause depuis 1659. C’est en raison de cette ancienneté que l’on décrit — à tort ­— la chaîne des Pyrénées comme une « frontière naturelle ».

Lorsque la France et l’Espagne décidèrent d’aborner leur frontière commune dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce que le traité des Pyrénées n’avait pas fait, ils laissèrent à l’Île des Faisans, lieu auquel s’attachent « tant de souvenirs historiques communs aux deux Nations », un statut spécial [2]. Alors que l’île aurait pu être annexée par l’un des deux États ou simplement être l’objet d’un partage, elle constitue un condominium, appartenant par indivis aux deux États riverains. Cela signifie que l’île est à la fois sous souveraineté française et espagnole ; mais cela ne signifie pas que la souveraineté y est partagée (comme c’est le cas pour Andorre), en revanche son exercice l’est. Ainsi la convention franco-espagnole du 27 mars 1901 précise que les deux États partagent l’exercice des droits de police, tour à tour, pendant six mois [3].

La France et l’Espagne s’engagent à réprimer tout délit qui serait commis sur cette île, afin que son statut spécial ne soit pas exploité à des fins de contrebande principalement. Sachez que si vous êtes Français ou Espagnol, vous êtes sur cette île justiciable au même titre que lorsque vous vous trouvez dans votre pays d’origine ; son statut spécial ne change rien pour vous. Mais pour les étrangers, cela dépend de la justice de l’État qui exerce la souveraineté au moment de l’infraction constatée. Cependant, cela demeure théorique car l’accès à l’île est interdit.

L’article 27 du traité du 2 décembre 1856 dispose que la France et l’Espagne doivent prendre « toutes les mesures qui leur paraitront convenables pour préserver cette île de la destruction qui la menace, et pour l’exécution, à frais communs, des travaux qu’ils jugeront utiles à sa conservation ou à son embellissement » [4]. Il a été si bien respecté que cette île, qui aurait dû disparaître en raison de l’érosion, a été préservée par le renforcement des berges [5]. On y a même érigé un monument commémorant la signature du traité des Pyrénées où est inscrit en français et en espagnol : « En mémoire des conférences de MDCLIX dans lesquelles Louis XIV et Philippe IV par une heureuse alliance mirent fin à une longue guerre entre les deux nations. Napoléon III Empereur des Français et Isabelle II Reine des Espagnes ont rétabli cette île l’an MDCCCLXI ».

Ici comme ailleurs, la frontière sépare autant qu’elle lie ; elle est plus couture que fermeture.

[1] Article 42 du Traité des Pyrénées, du 7 novembre 1659.

[2] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[3] Convention franco-espagnole du 27 mars 1901.

[4] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[5] La superficie de l’île s’est cependant considérablement réduite.


Benoit Vaillot

Ph.D. Researcher at the European University Institute (History and Civilization Department) / Doctorant en histoire (EHESS)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *