Petite étymologie de la frontière

Il existe plusieurs termes désignant ce qui limite, délimite ; frontière est celui que nous utilisons couramment en français. Du latin frons, frontis, qui donna front, la frontière est d’origine militaire ; le mot est ambigu car il recouvre en même temps plusieurs formes de limites et délimitations. En espagnol, frontera recoupe le terme de frontière et assume plus encore sa part de front, certainement parce que ce terme désigna longtemps l’espace entre l’Espagne chrétienne et l’Espagne musulmane lors de la Reconquista. Quant à la frontiera italienne, elle revêt la même signification que la frontière.

D’autres langues utilisent plusieurs termes pour signifier la même notion. En anglais, on distingue border, boundary et frontier. Border vient de l’allemand médiéval bort, borda, qui donna bord, bordure, en français. C’est le terme par lequel, on traduit le plus souvent frontière comme ligne de délimitation politique [1], bien que l’on emploie aussi couramment boundary. Frontier se réfère quant à lui à un espace en mouvement, à un espace incertain, aussi appelé front pionner à la suite des travaux de Frederick Jackson Turner [2]. On retrouve cette distinction entre border/boundary et frontier en arabe, avec hadd et hedad.

Si border vient de l’allemand médiéval, la Grenze allemande n’en dérive pas et recouvre, comme le mot frontière, plusieurs formes de limites et délimitations. Elle a des racines slaves, gran, granica, qui veut dire bord, bordure. Probablement apporté par les chevaliers germaniques qui toujours plus loin s’enfoncèrent à l’est, le mot remplace progressivement le terme de Mark (apparenté à margo, en latin), qui donna margin, mark, en anglais et marche, marque, en français. La marche se rapproche de la frontier : c’est un espace en marge, ayant souvent une fonction militaire visant à contenir ou à mener des attaques.

La frontière, indépendamment des différents sens auxquels renvoie le terme, ne se résume pas à une simple ligne (réelle ou imaginaire) séparant distinctement deux espaces, deux éléments ou deux réalités ; elle peut aussi prendre la forme d’une étendue. Il nous faut composer avec son flottement inhérent et son abstraction croissante — d’une origine spatiale et militaire, on l’emploie pour nombre d’autres domaines, à commencer par le social. Pour résumer, on peut dire que la frontière se borne à limiter.

[1] C’est pour cette raison — et considérant que la plateforme hypothèse limite le nombre de caractères —, que j’ai employé ce terme dans l’adresse du présent carnet.

[2] Frederick Jackson Turner, The Frontier in the American History, Henry Holt and Company, New-York 1921.


Benoit Vaillot

Ph.D. Researcher at the European University Institute (History and Civilization Department) / Doctorant en histoire (EHESS)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *