Méfions-nous de la belle infographie

Depuis quelque temps, on observe la multiplication dans la presse de diagrammes, cartes et schémas employés comme illustrations d’articles, et désignés par le terme générique — heureux ou malheureux — d’infographie. Cette mode s’étend à beaucoup d’acteurs qui produisent de l’information sur internet. Les cartes sont donc de plus en plus produites et mobilisées. Or leur lecture n’est pas évidente et leur sémiologie reste complexe. Et nous savons bien que les cartes peuvent mentir [1]. L’entreprise Visual Capitalist, qui produit de l’infographie à des fins commerciales, a récemment publié une très belle carte en ligne, intitulée The Age of Borders, qui nous permet de prendre la mesure du phénomène.

Cette carte est en haute résolution ; il faut zoomer pour l’apprécier pleinement.

Pour notre grand plaisir, elle propose de dater le premier tracé de toutes les frontières du monde. Deux petites cartes complémentaires indiquent l’« âge moyen » des frontières dans chaque région du monde : 33,6 % d’entre elles — notez la précision ! — ne seraient même pas centenaires. Un diagramme distribue les tracés frontaliers par grandes périodes et, sans surprise, les frontières semblent en majorité avoir été tracées entre 1875 et 1924, au cours de ces cinq décennies fondamentales où les puissances coloniales délimitèrent les espaces placés sous leur souveraineté et où de nouveaux États apparurent, à la faveur de la Première Guerre mondiale. Le petit exposé qui accompagne le document est assez naïf : à l’en croire, les frontières auraient été indéfinies jusqu’à une période récente…

De prime abord, le document semble fort pratique pour qui souhaite, en un coup d’œil, visualiser une histoire « globale » des tracés frontaliers actuels. La carte est superbe. Elle s’avère pourtant problématique et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, elle donne à voir un monde de lignes, un monde où les frontières ne seraient que des tracés rectilignes. Même si l’on ne peut contester le triomphe de l’État à l’échelle mondiale, il reste pourtant des frontières indéterminées ou contestées. Certaines sont mentionnées comme « disputées », par exemple celle entre le Pakistan et l’Inde, mais cette indétermination n’apparaît pas ailleurs (cf. le cas du Sahara occidental, revendiqué par le Maroc).

Un autre problème est à souligner : seuls des ouvrages de langue anglaise sont mobilisés à titre de sources — même si plusieurs d’entre eux font autorité — et il s’agit uniquement d’ouvrages à orientation ou à forte coloration juridique. C’est pourquoi la carte mentionne, comme origine des tracés frontaliers, quasi uniquement des dates de traités, allant même jusqu’à mobiliser une charte féodale de 1278 pour Andorre… Nous sommes là face à un cas de « crétinisme juridique » où la frontière se résume à une abstraction de papier. Même en se situant dans cette perspective étriquée, on peut noter de nombreux oublis, par exemple pour le cas de la frontière franco-italienne modifiée par le traité de Paris de 1947 (Pour en savoir plus : Le pays niçois vaut bien quelques chamois). Curieusement, ce sont parfois les dates de commission de délimitation qui sont retenues — ce qui s’avère bien plus intéressant de notre point de vue.

Et quid des frontières maritimes et aériennes ? La frontière ne saurait-elle être que terrestre ? Pourquoi la carte affirme-t-elle représenter les tracés de frontières disparues et n’en fait-elle figurer qu’un nombre extrêmement réduit (et pas un seul en Europe !) ? On est heureux d’apprendre que la Somalie a des frontières internationales, alors que son existence n’est qu’une fiction politique aujourd’hui. Quant au Tibet et à Taiwan, aucun doute n’est possible : ils sont chinois. L’Australie, quant à elle, ne semble pas avoir de frontières, alors que le Sri Lanka pourrait bien être indien…

Un exemple illustrant parfaitement les différents arguments développés ci-dessus est celui de l’actuelle frontière entre l’Iran, d’une part, et la Turquie et l’Irak, d’autre part. À en croire les auteurs de la carte, il s’agirait de la plus vieille frontière de l’Asie, qui remonterait à 1639 (traité de Zuhab). Or, en réalité, cette frontière n’a été tracée que tardivement, au terme d’un long processus achevé seulement au début du XXe siècle. Sabri Ateş [2] nous apprend que les commissaires de délimitation peinèrent, durant toute la deuxième moitié du XIXe siècle, pour lui donner son tracé actuel. Quant au traité de 1639, ils en connaissaient l’existence mais étaient alors incapables de mettre la main dessus. Au mieux, la connaissance du traité a servi à répartir grossièrement différentes régions. Il existait bien une frontière auparavant, mais elle ne correspond en aucun cas à la ligne indiquée sur la carte. Par ailleurs, concernant la frontière maritime, la portion contestée au niveau du Chott-el-Arab n’apparait pas. Et ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres des approximations du document.

Une frontière ne saurait se résumer à un traité et à une date : elle se construit au quotidien, socialement, historiquement, etc. Cette carte, loin d’aider à une histoire globale des frontières, véhicule en fait ce que l’on qualifierait volontiers de « stéréotypes géohistoriques » : elle donne l’illusion d’un monde parfaitement ordonné par le droit international, niant les interactions à l’échelle la plus grande et le temps long. Et que dire des commentaires qui accompagnent certaines représentations des tracés ? Ainsi la conférence de Berlin de 1884-1885 aurait-elle été le moment précis où « les puissances coloniales européennes divisèrent l’Afrique entre elles ». Outre que ce propos a été balayé par l’historiographie depuis longtemps [3], il nie toute participation des populations — africaines, en l’occurrence — à la construction de leurs frontières, allant à l’encontre des études les plus récentes sur la question [4]. C’est pourquoi nous devons nous méfier de l’infographie, particulièrement lorsqu’elle est belle.

[1] Mark Monmonier, How to lie with maps, 1991.

[2] Sabri Ateş, The Ottoman-Iranian Borderlands. Making a Boundary, 1843-1914, 2013

[3] Henri Brunschwig, Lpartage de l’Afrique noire, 1975

[4] Le meilleur exemple : Camille Lefebvre, Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe-XXe siècles, 2015.


Benoit Vaillot

Ph.D. Researcher (European University Institute, Florence) / doctorant en histoire (EHESS, Paris). Chercheur associé Arche EA 3400 (Université de Strasbourg). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l’Institut Universitaire Européen.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *