France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires.

Le musée de l’Armée à Paris organise du 13 avril au 30 juillet 2017 une importante exposition sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, la Commune et leurs mémoires. L’exposition témoigne du regain d’intérêt historiographique pour le second XIXe siècle et en particulier de la guerre de 1870, dont l’importance dépasse la seule histoire franco-allemande comme le rappelle, à juste titre, le président du comité scientifique, Jean-François Chanet [1].

La première partie de l’exposition traite de la guerre et de ses origines. Sa muséographie est assez frustrante. Si une excellente infographie résume habilement en dix minutes tout ce qui doit être retenu des aspects militaires de la guerre de 1870, on peut déplorer la faible part accordée à l’expérience des populations, les Parisiens mis à part. Plusieurs documents et objets (carte de ravitaillement, cornes du dernier bœuf tué pour l’alimentation à Paris, sabre-hachette artisanal, etc.) évoquent leur vie lors des deux sièges : la faim, le froid, la résistance. L’exposition reflète ici les lacunes historiographiques actuelles : par exemple, l’occupation allemande de la France, qui court jusqu’en 1873 pour les départements de l’Est, n’est quasiment pas abordée. Quelques photos inédites de Metz assiégé nous laissent sur notre faim. On s’étonne de la place démesurée accordée aux canons Krupp et à la mitrailleuse Bollée [2] , que seule la mise en valeur des fonds du musée de l’Armée peut expliquer. L’historien s’amuse ici ou là — tout en reconnaissant leur valeur pédagogique — de la présence du nécessaire à pharmacie de Napoléon III ou encore de ses calculs rénaux… La diversité des uniformes militaires exposés suggère aux visiteurs que la guerre de 1870 a déployé un grand nombre d’unités, tant du côté français — garde impériale, garde nationale mobile, volontaires garibaldiens, francs-tireurs, etc. — que du côté allemand où chaque État dispose de son armée avec ses traditions militaires propres. Ainsi, 25 nuances de casques à pointe feront la joie des passionnées d’histoire militaire… Les aspects « spectaculaires » (destructions, violences, ruines, etc.) sont bien mis en valeur dans l’exposition comme dans le catalogue [3] : la photographie du franc-tireur brûlé vif laisse le visiteur sans voix.

Elle attend

La seconde partie de l’exposition se concentre sur les mémoires nombreuses et contradictoires de « l’Année terrible ». La collaboration du musée de l’Armée avec différents musées allemands permet de rassembler et de confronter des peintures, parfois sur le même sujet, d’Anton von Werner ou de Wilhelm Trübner à celles d’Alphonse de Neuville ou d’Édouard Détaille. L’admiration et l’influence réciproques de ces peintres de la nation en guerre sont perceptibles dans cette exposition. On approche avec finesse la peinture d’histoire de cette époque, qui n’est pas aussi triomphale et dominatrice que les discours nationalistes trop souvent plaqués sur elle le laissent croire [4]. La subtilité a aussi présidé au traitement de la Commune, indissociablement liée à la guerre. On sait gré aux membres du comité scientifique de n’avoir pas cédé aux tentations d’une mémoire militante qui en vient parfois à oublier le contexte de la guerre et à nier le poids du patriotisme du petit peuple de Paris dans le déclenchement de l’insurrection. Le souvenir des provinces perdues prend, lui, une place modeste en raison de l’existence d’une salle déjà consacrée à l’Alsace-Lorraine dans l’exposition permanente du musée de l’Armée. Cependant, à notre grande joie, le musée Jean-Jacques Henner a bien voulu prêter son chef d’œuvre L’Alsace. Elle attend (ci-contre). Les lieux de mémoire du conflit, français comme allemands, occupent aussi une place importante.

Le catalogue est par ailleurs remarquable. La moitié de ses 300 pages est consacrée aux essais, de grande qualité, des membres du comité scientifique et des commissaires. Mareike König réussit l’exploit de faire « comprendre la formation de l’Allemagne », et Michel Hau d’en résumer l’histoire économique et sociale de 1820 à 1870, en 6 pages seulement ! Plusieurs contributions (François Lagrange, Jean-Claude Yon) croisent les regards franco-allemands sur la culture de la nation rivale, tandis qu’Éric Anceau dresse un état des lieux historiographique des origines de la guerre. Gilles Pécout souligne la dimension pan-européenne de la guerre de 1870 à travers l’engagement des volontaires garibaldiens. Les aspects militaires ne sont pas oubliés avec les textes de Christophe Pommier et Robert Tombs. Les mémoires françaises (Cécile Champy-Vinas, François Robichon), allemandes (Éric Necker) et socialistes (Mathilde Benoistel) font l’objet de contributions spécifiques qui complètent et servent bien l’exposition. On regrettera seulement les nombreuses erreurs de la cartographie dans un catalogue de belle facture.

Cette exposition a le grand mérite de mettre en lumière une période de l’histoire française, allemande et européenne qui reste méconnue, ensevelie sous les mémoires des deux guerres mondiales. Au sortir du parcours proposé, un immense regret envahit l’historien : François Roth, qui a tant apporté à l’historiographie de la guerre de 1870, est décédé pendant la préparation de l’exposition. Son esprit semble accompagner le visiteur tout au long de ce voyage dans le passé.

[1] Jean-François Chanet, « La guerre de 1870-1871 et l’équilibre européen », pp. 137-143 in Catalogue de l’exposition.

[2] D’autant plus que cette arme a été peu et/ou mal employée, et n’a joué aucun rôle particulier (contrairement aux canons Krupp).

[3] Voir notamment Sylvie Le Ray-Burimi, « « Comme un rêve de pierres ». Ruines et oubli de la guerre de 1870-1871 », pp. 90-96 ; Bertrand Tillier, « Spectaculariser l’Année terrible », pp. 114-120, idem.

[4] Voir à ce sujet : Katja Prott, «  Guerres et nation dans la peinture allemande, 1864-1871 », pp. 104-110 in Catalogue de l’exposition.


Benoit Vaillot

Doctorant à l'Institut Universitaire Européen (Florence). History and Civilization Department.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *