Le pays niçois vaut bien quelques chamois

Lors de la formation de l’Italie en 1860, le tout nouvel État cède les territoires de la Savoie et du comté de Nice à la France, après un plébiscite consultant les populations. Ce transfert territorial déplace considérablement la frontière franco-italienne. L’Italie donne des gages territoriaux à Napoléon III, qui a pesé de tout son poids diplomatique et militaire en sa faveur pendant le Risorgimento, et se débarrasse d’une minorité nationale potentiellement problématique. Au moment de la délimitation de la nouvelle frontière, les deux parties s’entendent pour prendre la ligne de partage des eaux comme limite de principe [1].

Or, cette limite n’est pas respectée dans le pays niçois. En effet, à partir de la cime de Colle Longue (Collalunga en italien), la délimitation devient fantasque et ne respecte plus la ligne de partage des eaux, ni même les limites historiques du comté de Nice. Le tracé est désastreux car il sépare en deux les vallées de la Tinée et de la Vésubie, rompant l’unité économique de la région et les solidarités qui s’étaient nouées au fil des siècles entre les habitants. Les biens communaux sont séparés, les parcours de transhumance coupés et des familles se retrouvent séparées. Un exemple parmi cent : plusieurs mois par an, les habitants de Tende et de La Brigue sont coupés du reste de l’Italie en raison de la neige et doivent se ravitailler en France. Les populations obtiennent cependant des dispositions particulières visant à atténuer les conséquences du tracé, qui n’en reste pas moins incongru. De plus, les habitants de Tende et de La Brigue ont voté, lors du plébiscite de 1860, pour la réunion à la France et se revendiquent volontiers Français, ce qui devient particulièrement conflictuel lors de la période fasciste.

Mais quelle est la raison de ce mépris du droit des peuples dont Napoléon III se disait être le champion ? Quelle est la raison cachée des anomalies de la démilitation frontalière ? Quelles considérations stratégiques peuvent-elles cacher ? Il s’avère que ­— loin de considérations politique de haute volée — ce tracé fantaisiste a une cause plus futile : une requête de l’Italie réclamant en effet, en 1860, les crêtes du mont Malinvern et la cime du Gelas, car elles étaient les seules à abriter… des chamois que le roi Victor-Emmanuel II se plaisait à chasser ! [2] Elles sont vite intégrées à la réserve cynégétique de la couronne italienne, dans laquelle sont réintroduits des bouquetins à partir de 1900 — alors que l’espèce s’était éteinte — pour tenir compagnie aux chamois [3].

chamois

Chamois de Madone de Fenestre, à 15 kilomètres environ de Tende et de La Brigue

La faune de la région est très touchée par la Deuxième guerre mondiale ; il reste seulement 300 chamois et 50 bouquetins après la fin des hostilités [4]. Profitant du fait que l’Italie se trouve dans le camp des perdants, la France renégocie alors le tracé de la frontière afin de le faire correspondre mieux à la ligne de partage des eaux, de contrôler les sources de l’énergie hydroélectrique de la région et de permettre le rattachement de Tende et de La Brigue. À la suite du traité de Paris du 10 février 1947, près de 4 000 Tendasques et Brigasques se prononcent par referendum en faveur du rattachement à la France, sans que personne ne se soucie désormais des chamois du roi.

Actualités françaises du 4 juillet 1946

Il faut attendre la création du Parc national du Mercantour en 1979 pour que chamois et bouquetins redeviennent l’objet d’une attention particulière, mais ceci est une autre histoire…

[1] Convention franco-italienne du 7 mars 1861.

[2] On peut aussi se demander si l’avantage stratégique qu’elles constituaient en cas de guerre avec la France n’a pas pesé.

[3] Le massif du Mercantour, son histoire. Site du Parc national du Mercantour.

[4] Idem.


Benoit Vaillot

Ph.D. Researcher at the European University Institute (History and Civilization Department) / Doctorant en histoire (EHESS)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *