Relire Renan

Je viens de terminer Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi — dont je conseille la lecture —, qui débute par une formule pleine d’amertume et qui renseigne sur le parcours identitaire de l’auteur : « L’exception française c’est d’être français et de devoir le devenir » [1]. Cette phrase a retenu mon attention car elle résume plus justement la conception française de la nation que les (creux) discours politiques actuels.

La conception théorisée par Ernest Renan lors d’une fameuse conférence donnée en Sorbonne en 1882 — intitulée Qu’est-ce qu’une nation ? [2] — est celle que le discours républicain défend en France depuis la fin du xixe siècle. On qualifie classiquement cette conception de « subjective » ou « élective », car on y choisit son appartenance nationale, et on l’oppose à la conception allemande de la nation, dite « objective » ou « ethnoculturelle », dans laquelle l’appartenance nationale n’est pas choisie mais déterminée par l’ethnicité [3].

Mais plutôt que de soutenir l’opposition entre deux conceptions de la nation, l’historien préfère parler d’un débat entre deux idéaux-types, car ils ne résistent pas toujours à l’historicisation. Ce débat est partie prenante de l’histoire de la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919 : chaque État revendique l’Alsace et la Lorraine selon le discours national qu’il porte, ou que l’on porte pour lui. Il revêt aussi une dimension plus générale, au point qu’il est (faussement) familier dans la vie politique française.

En France, on se plaît à invoquer Renan lorsque que l’identité nationale est questionnée, et à raison. Mais le fait-on correctement ? On récite en effet comme des mantras certains passages de Qu’est-ce qu’une nation ? On rabâche un vocabulaire dont le sens s’est perdu : « vivre ensemble » — auquel on ajoute parfois un tiret, absent chez Renan —, « plébiscite de tous les jours », etc. Si bien que sa conception éminemment politique de la nation se trouve pervertie au profit d’un discours incantatoire, selon lequel on intègrerait la nation dès lors qu’on en manifesterait un semblant de volonté.

Cette conclusion, plus qu’un raccourci, est intellectuellement malhonnête, et à l’origine de bien des frustrations que Magyd Cherfi décrit dans son ouvrage. Si l’on peut rentrer dans la nation française pour Renan, c’est au prix d’une grande exigence :

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses, qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. » [4]

Ce « désir de vivre ensemble » n’est pas contractuel, ni le fruit d’une délibération, mais l’appropriation d’un passé et d’un héritage. Ce passé et cet héritage sont nécessairement sélectifs car il s’agit d’oublier tout ce qui peut être ferment de conflits présents et à venir : « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation » [5]. La nation chez Ernest Renan « suppose un passé » [6], car nous naissons dans un monde déjà vieux. C’est la condition nécessaire pour se projeter politiquement ensemble. Elle implique donc un rapport au temps très différent de celui de la conception ethnoculturelle, où l’ethnicité est permanence.

Alors que l’on s’attendrait, chez un démocrate qui s’engage dans un plaidoyer universaliste, à une référence aux vertus civiques des Athéniens du ve siècle avant notre ère, Renan prend précisément le contre-pied et loue le chant spartiate : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » [7]. Cet exemple n’est pas pris au hasard : les Spartiates se nomment Ὅμοιοι (homoioi), c’est-à-dire semblables — et non égaux. L’on peut ainsi entrer dans la nation à condition d’être semblable, à condition de se ressembler ; à condition de s’assimiler. Il défend plus loin que la nation se prouve par les sacrifices et l’abdication de l’individu au profit de la communauté. A contrario, il n’est pas possible de s’assimiler à une nation qui se définit par la « race », l’« ethnie », le « sang » ; malgré l’acquisition d’un patrimoine national, on y reste à jamais étranger.

Selon la conception française de la nation : « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes » [8]. Il n’en reste pas moins que tout impétrant — qu’il naisse ou non sur le sol national, de parents nationaux ou non [9] — doit s’assimiler à ce qui lui préexiste. Ainsi Magyd Cherfi synthétise-t-il bien cette conception française de la nation dont les racines courent jusqu’au xixe siècle : « L’exception française, c’est d’être français et de devoir le devenir ».

Il faut relire Renan.

[1] Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, Actes Sud, 2016, p. 4.

[2] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[3] Johann Gottlieb Fichte, dans son Discours à la nation allemande, est la figure de proue de cette conception de la nation.

[4] Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Calmann-Lévy, 1882.

[5] Idem.

[6] Ibid.

[7] Cité in Ernest Renan, op. cit.

[8] Ernest Renan, op. cit.

[9] Ce qui ne veut pas dire que tous les impétrants sont égaux entre eux. Il est illusoire de nier qu’une immense partie de nationaux nés sur le sol national, de parents nationaux, ont des facilités évidentes à entrer dans la nation par rapport aux autres.

Le pays niçois vaut bien quelques chamois

Lors de la formation de l’Italie en 1860, le tout nouvel État cède les territoires de la Savoie et du comté de Nice à la France, après un plébiscite consultant les populations. Ce transfert territorial déplace considérablement la frontière franco-italienne. L’Italie donne des gages territoriaux à Napoléon III, qui a pesé de tout son poids diplomatique et militaire en sa faveur pendant le Risorgimento, et se débarrasse d’une minorité nationale potentiellement problématique. Au moment de la délimitation de la nouvelle frontière, les deux parties s’entendent pour prendre la ligne de partage des eaux comme limite de principe [1].

Or, cette limite n’est pas respectée dans le pays niçois. En effet, à partir de la cime de Colle Longue (Collalunga en italien), la délimitation devient fantasque et ne respecte plus la ligne de partage des eaux, ni même les limites historiques du comté de Nice. Le tracé est désastreux car il sépare en deux les vallées de la Tinée et de la Vésubie, rompant l’unité économique de la région et les solidarités qui s’étaient nouées au fil des siècles entre les habitants. Les biens communaux sont séparés, les parcours de transhumance coupés et des familles se retrouvent séparées. Un exemple parmi cent : plusieurs mois par an, les habitants de Tende et de La Brigue sont coupés du reste de l’Italie en raison de la neige et doivent se ravitailler en France. Les populations obtiennent cependant des dispositions particulières visant à atténuer les conséquences du tracé, qui n’en reste pas moins incongru. De plus, les habitants de Tende et de La Brigue ont voté, lors du plébiscite de 1860, pour la réunion à la France et se revendiquent volontiers Français, ce qui devient particulièrement conflictuel lors de la période fasciste.

Mais quelle est la raison de ce mépris du droit des peuples dont Napoléon III se disait être le champion ? Quelle est la raison cachée des anomalies de la démilitation frontalière ? Quelles considérations stratégiques peuvent-elles cacher ? Il s’avère que ­— loin de considérations politique de haute volée — ce tracé fantaisiste a une cause plus futile : une requête de l’Italie réclamant en effet, en 1860, les crêtes du mont Malinvern et la cime du Gelas, car elles étaient les seules à abriter… des chamois que le roi Victor-Emmanuel II se plaisait à chasser ! [2] Elles sont vite intégrées à la réserve cynégétique de la couronne italienne, dans laquelle sont réintroduits des bouquetins à partir de 1900 — alors que l’espèce s’était éteinte — pour tenir compagnie aux chamois [3].

chamois

Chamois de Madone de Fenestre, à 15 kilomètres environ de Tende et de La Brigue

La faune de la région est très touchée par la Deuxième guerre mondiale ; il reste seulement 300 chamois et 50 bouquetins après la fin des hostilités [4]. Profitant du fait que l’Italie se trouve dans le camp des perdants, la France renégocie alors le tracé de la frontière afin de le faire correspondre mieux à la ligne de partage des eaux, de contrôler les sources de l’énergie hydroélectrique de la région et de permettre le rattachement de Tende et de La Brigue. À la suite du traité de Paris du 10 février 1947, près de 4 000 Tendasques et Brigasques se prononcent par referendum en faveur du rattachement à la France, sans que personne ne se soucie désormais des chamois du roi.

Actualités françaises du 4 juillet 1946

Il faut attendre la création du Parc national du Mercantour en 1979 pour que chamois et bouquetins redeviennent l’objet d’une attention particulière, mais ceci est une autre histoire…

[1] Convention franco-italienne du 7 mars 1861.

[2] On peut aussi se demander si l’avantage stratégique qu’elles constituaient en cas de guerre avec la France n’a pas pesé.

[3] Le massif du Mercantour, son histoire. Site du Parc national du Mercantour.

[4] Idem.

L’île de la concorde

Sur la rivière Bidassoa qui délimite la frontière entre la France et l’Espagne, en aval du pont qui relie Hendaye (France) à Behobia (Espagne), quelques kilomètres avant la baie de Chingoudy, on aperçoit une petite île d’une superficie inférieure à un hectare, qui jouit d’un statut peu commun. Cette île, c’est l’Île des Faisans (Isla de los Faisanes en espagnol), aussi appelée Île de la Conférence en raison de son histoire, elle aussi, peu commune.

ile_de_la_conference_google_earth

Vue satellite (Google Earth) de l’Île des Faisans, 23/10/2014

Sur cette île, le 7 novembre 1659, Louis XIV de France et Philippe IV des Espagnes, au terme d’une conférence diplomatique, concluent la « Paix des Pyrénées » qui met fin à la guerre franco-espagnole. Cette paix donne lieu à un traité qui, outre le règlement des relations franco-espagnoles, fixe la limite séparant le royaume de France des possessions de la monarchie espagnole aux monts Pyrénées [1]. La couronne espagnole abandonne le Roussillon à la couronne de France, ainsi que d’autres territoires à la taille plus modeste situés au nord de la barrière montagneuse. Le roi de France, quant à lui, renonce à sa prétention d’annexer la Catalogne. En 1660, un mariage y est convenu entre Louis XIV et l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche.

ile_de_la_conference

L’isle de la conférence où la paix generalle a esté conclue entre la France et l’Espagne le 7 novemb. 1659 : [estampe]

Le traité des Pyrénées donne à la France et à l’Espagne une des frontières les plus stables de l’histoire moderne et contemporaine, et la plus stable de leurs histoires respectives. L’annexion française de la Catalogne entre 1812 et 1814 mise à part, la limite des Pyrénées comme séparation de la souveraineté française et de la souveraineté espagnole n’a pas été remise en cause depuis 1659. C’est en raison de cette ancienneté que l’on décrit — à tort ­— la chaîne des Pyrénées comme une « frontière naturelle ».

Lorsque la France et l’Espagne décidèrent d’aborner leur frontière commune dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce que le traité des Pyrénées n’avait pas fait, ils laissèrent à l’Île des Faisans, lieu auquel s’attachent « tant de souvenirs historiques communs aux deux Nations », un statut spécial [2]. Alors que l’île aurait pu être annexée par l’un des deux États ou simplement être l’objet d’un partage, elle constitue un condominium, appartenant par indivis aux deux États riverains. Cela signifie que l’île est à la fois sous souveraineté française et espagnole ; mais cela ne signifie pas que la souveraineté y est partagée (comme c’est le cas pour Andorre), en revanche son exercice l’est. Ainsi la convention franco-espagnole du 27 mars 1901 précise que les deux États partagent l’exercice des droits de police, tour à tour, pendant six mois [3].

La France et l’Espagne s’engagent à réprimer tout délit qui serait commis sur cette île, afin que son statut spécial ne soit pas exploité à des fins de contrebande principalement. Sachez que si vous êtes Français ou Espagnol, vous êtes sur cette île justiciable au même titre que lorsque vous vous trouvez dans votre pays d’origine ; son statut spécial ne change rien pour vous. Mais pour les étrangers, cela dépend de la justice de l’État qui exerce la souveraineté au moment de l’infraction constatée. Cependant, cela demeure théorique car l’accès à l’île est interdit.

L’article 27 du traité du 2 décembre 1856 dispose que la France et l’Espagne doivent prendre « toutes les mesures qui leur paraitront convenables pour préserver cette île de la destruction qui la menace, et pour l’exécution, à frais communs, des travaux qu’ils jugeront utiles à sa conservation ou à son embellissement » [4]. Il a été si bien respecté que cette île, qui aurait dû disparaître en raison de l’érosion, a été préservée par le renforcement des berges [5]. On y a même érigé un monument commémorant la signature du traité des Pyrénées où est inscrit en français et en espagnol : « En mémoire des conférences de MDCLIX dans lesquelles Louis XIV et Philippe IV par une heureuse alliance mirent fin à une longue guerre entre les deux nations. Napoléon III Empereur des Français et Isabelle II Reine des Espagnes ont rétabli cette île l’an MDCCCLXI ».

Ici comme ailleurs, la frontière sépare autant qu’elle lie ; elle est plus couture que fermeture.

[1] Article 42 du Traité des Pyrénées, du 7 novembre 1659.

[2] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[3] Convention franco-espagnole du 27 mars 1901.

[4] Traité de Bayonne du 2 décembre 1856, article 27.

[5] La superficie de l’île s’est cependant considérablement réduite.

Petite étymologie de la frontière

Il existe plusieurs termes désignant ce qui limite, délimite ; frontière est celui que nous utilisons couramment en français. Du latin frons, frontis, qui donna front, la frontière est d’origine militaire ; le mot est ambigu car il recouvre en même temps plusieurs formes de limites et délimitations. En espagnol, frontera recoupe le terme de frontière et assume plus encore sa part de front, certainement parce que ce terme désigna longtemps l’espace entre l’Espagne chrétienne et l’Espagne musulmane lors de la Reconquista. Quant à la frontiera italienne, elle revêt la même signification que la frontière.

D’autres langues utilisent plusieurs termes pour signifier la même notion. En anglais, on distingue border, boundary et frontier. Border vient de l’allemand médiéval bort, borda, qui donna bord, bordure, en français. C’est le terme par lequel, on traduit le plus souvent frontière comme ligne de délimitation politique [1], bien que l’on emploie aussi couramment boundary. Frontier se réfère quant à lui à un espace en mouvement, à un espace incertain, aussi appelé front pionner à la suite des travaux de Frederick Jackson Turner [2]. On retrouve cette distinction entre border/boundary et frontier en arabe, avec hadd et hedad.

Si border vient de l’allemand médiéval, la Grenze allemande n’en dérive pas et recouvre, comme le mot frontière, plusieurs formes de limites et délimitations. Elle a des racines slaves, gran, granica, qui veut dire bord, bordure. Probablement apporté par les chevaliers germaniques qui toujours plus loin s’enfoncèrent à l’est, le mot remplace progressivement le terme de Mark (apparenté à margo, en latin), qui donna margin, mark, en anglais et marche, marque, en français. La marche se rapproche de la frontier : c’est un espace en marge, ayant souvent une fonction militaire visant à contenir ou à mener des attaques.

La frontière, indépendamment des différents sens auxquels renvoie le terme, ne se résume pas à une simple ligne (réelle ou imaginaire) séparant distinctement deux espaces, deux éléments ou deux réalités ; elle peut aussi prendre la forme d’une étendue. Il nous faut composer avec son flottement inhérent et son abstraction croissante — d’une origine spatiale et militaire, on l’emploie pour nombre d’autres domaines, à commencer par le social. Pour résumer, on peut dire que la frontière se borne à limiter.

[1] C’est pour cette raison — et considérant que la plateforme hypothèse limite le nombre de caractères —, que j’ai employé ce terme dans l’adresse du présent carnet.

[2] Frederick Jackson Turner, The Frontier in the American History, Henry Holt and Company, New-York 1921.

Bienvenue

Bienvenue sur mon carnet de thèse qui porte sur l’histoire de la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919.

Dans ce nouveau carnet, je propose de présenter plusieurs aspects de ma thèse, mais aussi de discuter des frontières d’hier et d’aujourd’hui.